> Marian Drăghici, Poèmes

Marian Drăghici, Poèmes

Par |2019-05-14T17:04:46+02:00 4 mai 2019|Catégories : Essais & Chroniques, Marian Drăghici|

Traduction du rou­main par Sonia Elvireanu

hymne. à la  jouis­sance com­plète

 

j’ai eu un étang
j’ai eu une mai­son
avec un étang

main­te­nant

au bord d’aucune eau
je demeure
et regarde dans l’eau : le ciel

avec des pois­sons et des étoiles
avec le petit verre par­mi elles.

ce fut
le but de ma vie

je peux

te contem­pler, Dieu,
à cet ins­tant
éter­nel­le­ment

tout

 

imn. juisă­rii com­plete

 

am avut heleş­teu
am avut casă
cu heleş­teu

acum

la mar­gine de nicio apă
stau
şi mă uit în apă : cerul

cu peş­ti şi stele
cu păhă­ruţul printre ele.

ăsta fuse
ros­tul vieţii mele

pot

să te contem­plu, Doamne
în cli­pa asta
veş­nic

tot

 

la trace. une can­ti­lène

 “Dichterexistentz als Sünde” (Rilke)

 

de mon temps, pen­dant les fêtes
il nei­geait aux petits verres sur le vil­lage
du cré­pus­cule à l’aube
de l’aube au cré­pus­cule
de l’aube au cré­pus­cule

à blancs petits verres il nei­geait
à blancs petits verres il tour­billon­nait
à blancs petits verres il nei­geait
à blancs petits verres il tour­billon­nait

il nei­geait,
il nei­geait aux petits verres en tour­billons
sur les traces de l’enfant par­ti
seul
au monde
à faire ses voeux.

seul
au monde
à faire ses voeux.

en regar­dant sa trace
remé­mo­rée
en regar­dant sa trace
remé­mo­rée de tant de blanc imma­cu­lé
ma foi, je me suis enivré
de tant de blanc imma­cu­lé
ma foi, je me suis enivré :

assez, c’est ter­mi­né
avec l’existence
du poète
comme péché !

le ron­ron­ne­ment de la chatte
à la fenêtre quand elle écrit
en soi une poé­sie
une grande, abso­lue poé­sie
dont per­sonne ne sait
comme du tom­beau du désert
comme du tom­beau du désert

c’est ma seule nos­tal­gie
c’est ma seule
ma seule
nos­tal­gie.

 

urma. o can­ti­lenă

 “Dichterexistentz als Sünde” (Rilke)

 

la vre­mea mea, în sărbă­to­ri
nin­gea cu păhă­ruţe peste sat
din înse­rare până-n zori
din zori şi până-n înse­rat
din zori şi până-n înse­rat

cu albe păhă­ruţe ful­guia
cu albe păhă­ruţe vis­co­lea
cu albe păhă­ruţe ful­guia
cu albe păhă­ruţe vis­co­lea

nin­gea,
nin­gea cu albe păhă­ruţe ‘nvol­bu­rat
pe urmele băia­tu­lui ple­cat
sin­gur
în lume
la urat

sin­gur
în lume
la urat.

pri­vind în urma lui
reme­mo­rat
pri­vind în urma lui
reme­mo­rat de-atâ­ta alb ima­cu­lat
pe cins­tea mea, m-am îmbă­tat
de-atâ­ta alb ima­cu­lat
pe cins­tea mea, m-am îmbă­tat :

gata, s-a ter­mi­nat
cu exis­tenţa
poe­tu­lui
ca păcat !

tor­sul pisi­cii
la geam când scrie
în sinea ei o poe­zie
o mare abso­lută poe­zie
de care nime­ni nu ştie
ca de mor­mân­tul din pus­tie
ca de mor­mân­tul din pus­tie

e sin­gu­ra mea nos­tal­gie
e sin­gu­ra sin­gu­ra
mea
nos­tal­gie.

 

 

 

 

 

Présentation de l’auteur

Marian Drăghici

MARIAN DRĂGHICI (n.1953). Poète par excel­lence, il est rédac­teur de la pres­ti­gieuse revue lit­té­raire La vierou­maine, fon­dée en 1906, et membre de l’Union des écri­vains rou­mains. Il a publié : De l’art poé­tique (1988), La par­tie de billard de la forêt russe (1995), Le franc-tireur (1996), Le franc-tireur & le coq en tôle (1996), Harrum, le livre de l’échec (2004), Licht, lansam/​​Lumină, încet, (édi­tion bilingue) publiée par les Éditions Wieser Verlag, Klagenfurt, Autriche, en 2004, lan­cée à Vienne lors d’un réci­tal extra­or­di­naire du poète, béné­fi­ciaire par la suite d’une bourse remise par Austria Kulturkontakt (en 2005), La Négresse (2005), lumière, dou­ce­ment (2013). Il a fait de nom­breuses lec­tures publiques lors des fes­ti­vals de poé­sie en Roumanie et à l’étranger. Il a reçu de nom­breux prix et dis­tinc­tions, dont les plus impor­tants : Prix de la revue Ramuri pour son pre­mier recueil en manus­crit, Le verre au rayon (1985), Frontiera Poesis (1996), Chevalier de l’Ordre du Mérite cultu­rel (2004), Prix « Virgil Mazilescu » (2009), le pres­ti­gieux Prix natio­nal « Tudor Arghezi » pour Opera Omnia (2014), remis par l’Union des écri­vains rou­mains et l’Institut cultu­rel rou­main. Ses poèmes sont inclus en antho­lo­gies dans le pays et à l’étranger. Il est tra­duit en anglais, fran­çais, alle­mand, alba­nais et macé­do­nien.

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Marian Drăghici, Poèmes

Traduction du rou­main par Sonia Elvireanu hymne. à la  jouis­sance com­plète   j’ai eu un étang j’ai eu une mai­son avec un étang main­te­nant au bord d’aucune eau je [...]

mm

Sonia Elvireanu

Sonia Elvireanu, poète, roman­cière, cri­tique, essayiste, tra­duc­trice, est membre de l’Union des écri­vains rou­mains, pro­fes­seur asso­ciée à l’Université tech­nique de Cluj-Napoca, Roumanie. Elle a reçu plu­sieurs prix de poé­sie, cri­tique, essai et tra­duc­tion. Elle écrit en rou­main et en fran­çais.
X