Yves Namur, N’être que ça

Par |2022-03-05T17:05:49+01:00 5 février 2022|Catégories : Critiques, Yves Namur|

« Voir c’est peut-être marcher dans le dedans de soi, marcher vers l’impensable » 

N’être que ça, un livre d’essais d’environ 100 pages, en for­mat de poche, invite les lecteurs à plonger dans les réflex­ions d’Yves Namur, à pren­dre part à son ques­tion­nement, à sa quête inces­sante. De quoi ? Peut-être d’un livre qui dit tout, qui con­tient tout de la vie et de la mort, l’Oeuvre de Mal­lar­mé,  peut-être : « Il m’arrive de penser que c’est un livre que je cherche dés­espéré­ment. Un livre ou tout serait dit […]. Un livre qui con­tiendrait tout, jusqu’à l’histoire de ma mort prochaine ».

L’auteur  met sur les pages ses pen­sées, ses sen­sa­tions, ses inter­ro­ga­tions sur la vie et la mort, sur les choses que l’on voit autour de nous, les oiseaux, les fleurs, le ciel, les arbres, un petit jardin, ce microunivers qui nous par­le dans son lan­gage à lui et nous donne des leçons de vie. Il faut réap­pren­dre à regarder, à voir, nous dit-il par la voix d’Édmond Jabès d’Aely: « Le regard n’est pas le savoir, mais la porte. Voir, c’est ouvrir une porte ». 

En effet, Yves Namur est à l’écoute des voix qui appel­lent d’un livre, du soi, des choses, de la nature, des mots, les voix du vis­i­ble et de l’invisible qui con­stru­isent son chemin de réflex­ion, une nais­sance, car « écrire c’est naître » pour lui.

Regarder c’est aus­si naître, s’ouvrir au monde, voir les choses vivre naturelle­ment, n’être que vie, et se deman­der si l’homme ne pour­rait cess­er de chercher le savoir et n’être tout sim­ple­ment qu’un peu de vie, tel un oiseau, une fleur, n’être que trace de l’éphémère. Cepen­dant il n’arrête pas d’interroger, de ques­tion­ner la nais­sance, la vie, la mort, les choses, les mots, dans une suite de ques­tions sans réponse et de réflex­ions dans une let­tre adressée à un incon­nu ou tout sim­ple­ment à soi-même pour entretenir l’apparence d’un dia­logue.  Il imag­ine par­fois une réplique de son inter­locu­teur, son (auto)portrait ironique,  main­tenant ain­si la dynamique d’une réflex­ion com­mu­niquée à l’autre. 

Yves Namur, N’être que ça, Édi­tions Let­tres vives, 2021, 16 euros.

Sa réflex­ion infati­ga­ble se nour­rit de cul­ture livresque et s’in­ter­roge sur l’une de leur phrase ou d’un mot, telle « la lampe éteinte qui allume encore » de Juar­roz. Par­fois il racon­te une his­toire ou cite un pas­sage de la Bible. Il passe avec aisance de cette cul­ture livresque au réel, regar­dant un mer­le, un mésange, un rouge-gorge ou une rose, un tas de feuilles qui lui inspirent aus­sitôt une inter­ro­ga­tion, une réflexion.

Une chose qu’on regarde est « porte de vie et porte de paroles », « une porte de ques­tions ». Celui qui regarde est « pèlerin sans chemin », car « voir c’est peut-être marcher dans le dedans de soi, marcher vers l’impensable », « regarder l’envers des choses, l’envers de l’aile ».

Il inter­roge les mots : naître, être, mort, ange, vide, silence, soli­tude, prière, rose, Dieu, écrire etc. Pour lui « écrire c’est naître », « naître et être » n’est qu’une seule voca­ble, c’est « ajouter du poids à mon igno­rance, du trou­ble à ma langue ». Écrire c’est par­ticiper à la vie, être trace du vécu, le livre « un urne funéraire », « ce qu’on garde de l’autre dans sa mémoire ».

Le regard d’Yves Namur, son ques­tion­nement infati­ga­ble va du vis­i­ble vers l’invisible, de l’être vers le non-être, de la  vérite vers la non-vérité, du sens vers le non-sens. C’est un regard qui s’ouvre sur le réel, étant à la fois inter­ro­ga­tion des formes de l’être et quête du non-être.

« Le par­adis est dans l’œil de celui qui regarde ». Voici une invi­ta­tion à voir autrement que par la rai­son, à sen­tir la beauté naturelle de tout ce qui existe tout sim­ple­ment, à regarder les choses dans leur sim­plic­ité, les inter­ro­geant cepen­dant pour appren­dre de leur silence et de leur lumière à « n’être que ça, une trace de silence », car « seules les traces font rêver » (René Char).

Présentation de l’auteur

Yves Namur

Yves Namur est né à Namur (Bel­gique) en 1952. Médecin, édi­teur, il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages. Par­mi ceux-ci Le Livre des sept portes (Let­tres Vives, Paris, 1994), Le Livre des apparences (Let­tres Vives, 2001), Les ennu­age­ments du cœur (Let­tres Vives, 2004), Dieu ou quelque chose comme ça (Let­tres Vives, 2008) ou La Tristesse du figu­ier (Let­tres Vives, 2012). Ses livres sont traduits et pub­liés dans une quin­zaine de langues et ont reçu de nom­breux prix par­mi lesquels le Louise Labé, le Tris­tan Tzara, le Prix lit­téraire de la Com­mu­nauté française, le Prix inter­na­tion­al Eugène Guille­vic pour l’ensemble de son œuvre et plus récem­ment en 2012, le Prix Mal­lar­mé. Il est mem­bre de l’Académie Royale de Langue et de Lit­téra­ture français­es de Bel­gique et depuis peu, mem­bre de l’Académie Mallarmé.

 

Deux antholo­gies de ses œuvres vien­nent de paraître : Un poème avant les com­mence­ments (1975–1990), Le Tail­lis Pré, en coédi­tion avec Le Noroît, 2013, et Ce que j’ai peut-être fait(1990–2012), Let­tres Vives, 2013.

 

 

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Namur

Orchestré par Jacques Ran­court, du 19 juin 2013 au 23 juin 2013. Infor­ma­tions ici : http://www.printempsdespoetes.com/index.php?url=agenda/fiche_eve.php&cle=39842 ou là : http://www.mplf.be/  

Deux anthologies de poèmes d’Yves Namur

Les recueils, tous deux édités en 2013, per­me­t­tent de par­courir plusieurs décen­nies d’écriture poé­tique. Un poème avant les com­mence­ments regroupe des textes écrits de 1975 à 1990 ; Ce que j’ai peut-être fait est […]

Yves Namur

  UNE ANTHOLOGIE PARTISANE         À l’occasion du tren­tième anniver­saire du Tail­lis Pré, Yves Namur, le fon­da­teur et ani­ma­teur de cette mai­son unique­ment dédiée à la poésie, pub­lie une anthologie […]

Yves NAMUR, Les Lèvres et la soif

      Dans son inces­sant ques­tion­nement, entre méta­physique et poésie, Yves Namur procède selon une méth­ode qui vise à creuser, en reprenant à la fois le mou­ve­ment de la vrille et celui […]

Yves Namur, Dis-moi quelque chose

Les 115 chants que nous donne à lire le Poète Yves Namur, l’une des grandes voix poé­tiques de la poésie belge, « Dis-moi quelque chose », suiv­ent le cours des saisons. C’est musi­cal, comme un […]

Yves Namur, N’être que ça

« Voir c’est peut-être marcher dans le dedans de soi, marcher vers l’impensable »  N’être que ça, un livre d’essais d’environ 100 pages, en for­mat de poche, invite les lecteurs à plonger dans les […]

mm

Sonia Elvireanu

Sonia Elvire­anu : poète, roman­cière, cri­tique, essay­iste, tra­duc­trice, ani­ma­trice cul­turelle, pro­fesseur de français asso­cié à l’Université Tech­nique de Cluj-Napoca, l’Université « 1 Decem­brie 1918 » d’Alba Iulia, Fon­da­tion uni­ver­si­taire « AISTEDA » de Bucarest, fil­iale Alba Iulia ; pro­fesseur au Col­lège Nation­al « Horea, Cloş­ca şi Crişan » à sec­tions bilingues roumain-français. Affil­i­a­tions : Union des Écrivains de Roumanie, Cen­tre de Recherche de l’Imaginaire « Specu­lum », Cen­tre de Recherch­es Philologiques pour le Dia­logue Mul­ti­cul­turel de l’Université « 1 Decem­brie 1918 » d’Alba Iulia, Fédéra­tion Inter­na­tionale des Pro­fesseurs de Français (FIPF), Mai­son de la Cul­ture Naji Naa­man de Liban, Asso­ci­a­tion fran­co-roumaine AMI Alba Iulia, Asso­ci­a­tion cul­turelle Sem­per Artes Iași. Bours­es européennes : Paris (2011), Stras­bourg (2007), Besançon (2005), Paris (2003). Coor­di­na­tion de pro­jets lit­téraires inter­na­tionaux, nationaux et régionaux. Par­tic­i­pa­tion aux Con­grès mon­di­aux et européens de la Fédéra­tion Inter­na­tionale des Pro­fesseurs de Français : Paris, Vienne, Québec, Athènes, Prague. Organ­isatrice d’événements : 8 édi­tions des Journées de la fran­coph­o­nie à Alba Iulia. Livres pub­liés : Poésie Le chant de la mer à l’ombre du héron cen­dré, Paris, L’Harmattan, 2020 (Diplôme d’honneur, 2020, Société des Poètes Français, Paris, France ; Prix d’honneur, 2021, Académie poé­tique et lit­téraire de Provence, France; Le Prix de l’Année 2021, Roumanie). Le souf­fle du ciel, l’Harmattan, 2019 (Prix Jacques Viesvil, 2019, Société des Poètes Français, Paris, France). Les mur­mures de la lumière, Ars Lon­ga, 2019 (Prix de créa­tiv­ité Naji Naa­man, 2019, Liban). Le silence d’entre les neiges, L’Harmattan, 2018 (lau­réat du Grand con­cours du Monde fran­coph­o­ne, 2019, France). Les ombres de l’arc-en-ciel, Ars Lon­ga, 2016 (Prix de poésie « Aron Cotruş » 2017). À tra­vers des regards de nénuphars, Bucureşti, eLit­er­atu­ra, 2015. Entre le Lev­ant et le Couchant, Ars Lon­ga, 2014. La soli­tude de l’iris, Ima­go, 2013. Au-delà des larmes, Ima­go, 2011. Temps pour deux, Gens lati­na, 2010. Romans Le brouil­lard, Ars Lon­ga, 2019. Méta­mor­phose, Ars Lon­ga, 2015 (Prix de début en roman « Le voyageur », 2016). Essais et cri­tiques Au fil d’Ariane, Ars Lon­ga, 2017 (sélec­tion­né pour le livre de l’année). Ion Vinea, Cent et une poésies, Edi­tu­ra Acad­e­miei Române, 2018. Rod­i­ca Bra­ga : la représen­ta­tion de l’intériorité, eLit­er­atu­ra, 2015 (Prix de mono­gra­phie lit­téraire, 2016). Le vis­age som­bre de Ianus, Tipo Moldo­va, 2013 (Prix d’essai, 2014). Gabriel Pleşea, Une per­spec­tive sur l’exil roumain, Ima­go, 2012. Le retour de l’exil dans le roman « L’Ignorance » de Milan Kun­dera, Aeter­ni­tas, 2011. À l’ombre des mots, Ima­go, 2011 (Prix de cri­tique lit­téraire, 2012). Livres pour enfants : Piu dans mon jardin, Ars Lon­ga, 2020. Măruţ et Zmeuri­ca, Ars Lon­ga, 2020. Tra­duc­tions du français en roumain Yves Namur, La tristesse du figu­ier, Şcoala Arde­leană, 2022. Giu­liano Ladolfi, J’atteste la présence Ars Lon­ga, 2022. Giu­liano Ladolfi, Au milieu du gué, Ars Lon­ga, 2021. Michel Her­land, Tropiques et Mis­erere, Ars Lon­ga, 2020 (Prix d’honneur Naji Naa­man 2020, Liban). Yves Namur, La tristesse du figu­ier, Şcoala Arde­leană, 2022. Mar­i­lyne Bertonci­ni, Wan­da Mihuleac, Sable, Ars Lon­ga, 2019. Patrick Devaux, Tant de bon­heur à ren­dre aux fleurs, Le Coudri­er, 2019. Michel Ducobu, Siège sage, Qua­trains pour la médi­ta­tions, Ars Lon­ga, 2015. Denis Emorine, De toute éter­nité, Ars Lon­ga, 2015 (Prix de tra­duc­tion, 2016) Tra­duc­tions du roumain en français Sil­viu, Mihăilă, Le bal­anci­er amoureux, Ars Lon­ga, 2020. Eva dans la galax­ie des couleurs, Ars Lon­ga, 2019. Mar­i­an Drăghi­ci, lumière, douce­ment, Paris, L’Harmattan, 2018 (Prix d’honneur Naji Naa­man, 2020, Liban ; Prix d’honneur 2021, Académie poé­tique et lit­téraire de Provence, France). José Maria Paz Gago, Manuel pour séduire les princess­es, Skop­je, Poet­i­ki, 2010. Livres de l’auteur traduits en ital­ien et en anglais : Ensoleille­ments au cœur du silence/ Scin­til­lii nei cuore del silen­zio. Tra­duc­tion de Giu­liano Ladolfi, Giu­liano Ladolfi Edi­tore, 2021. Il can­to del mare all’ombra dell’airone ciner­i­no. Tra­duc­tion de Giu­liano Ladolfi, Giu­liano Ladolfi Edi­tore, 2021. Chirpy in my gar­den. Traduit en anglais par Cristi­na Ele­na Saf­ta, Ars Lon­ga, 2021. Prix : Diplôme d’honneur 2020 (Société des Poètes Français, Paris, France), Prix d’honneur 2021 (Académie poé­tique et lit­téraire de Provence, France), Prix Le livre de l’Année 2021 (Union des Écrivains de Roumanie) pour Le chant de la mer à l’ombre du héron cen­dré ; Prix Jacques Viesvil, Paris, 2019 : Le souf­fle du ciel (Société des Poètes Français, Paris, France) ; Prix Naji Naa­man de créa­tiv­ité, 2019 (Mai­son de la Cul­ture « Naji Naa­man », Liban) pour Les mur­mures de la lumière ; Diplôme de haute valeur lit­téraire, Lau­réate du Grand con­cours du Monde fran­coph­o­ne 2019 (Académie poé­tique et lit­téraire de Provence, France) pour Le silence d’entre les neiges ; Prix « Aron Cotruş » ex aequo 2017 (Union des Écrivains de Roumanie) pour Les ombres de l’arc-en-ciel ; Prix de tra­duc­tion 2016 (Union des Écrivains de Roumanie) pour De toute éter­nité de Denis Emorine; Prix « Le voyageur » 2015, début en roman (Union des Écrivains de Roumanie) pour Méta­mor­phose; Prix de mono­gra­phie lit­téraire 2015 (Union des Écrivains de Roumanie) pour Rod­i­ca Bra­ga- la représen­ta­tion de l’intériorité; Prix de l’essai lit­téraire 2014 (Union des Écrivains de Roumanie) pour Le vis­age som­bre de Ianus; Prix de cri­tique lit­téraire 2012 (Union des Écrivains de Roumanie) pour À l’ombre des mots; Pre­mier prix de lit­téra­ture com­parée au con­cours « La Bel­gique romane », Brux­elles, 2006 ; Pre­mier Prix de tra­duc­tion au Fes­ti­val inter­na­tion­al « L. Bla­ga », Sebeş, 2008 ; IVe place pour la créa­tion en prose au con­cours « Le Tour du monde en 80 textes », Paris, 2004. Présence en antholo­gies : Hommes et cages, Ars Lon­ga, 2020; Mario Sel­vag­gio, La route de la poésie et de la lumière, Paris, Aga et l’Harmattan, 2019; Liens et entrelacs, Varso­vie, 2018; O lim­bă, un neam, Târ­gov­işte, 2018; Gio­van­ni Dotoli, Encar­nación Med­i­na Arjona, Mario Sel­vag­gio, Entre ciel et terre, L’olivier en vers. Antholo­gie poé­tique, Roma, Edi­zioni Uni­ver­si­tarie Romani, 2017; Primă­vara metaforelor, Galaţi, Edi­tu­ra InfoRa­pArt, 2015; Antologi­ile revis­tei Sin­gur. Poezie, Târ­gov­işte, Ed. Sin­gur, 2014; Antologi­ile revis­tei Sin­gur. Proză, Târ­gov­işte, Ed. Sin­gur, 2014; Lau­renţiu Bădi­cioiu, Romeo şi Juli­eta la Mizil. Antholo­gie de poezie şi epi­gramă, Bucureşti, RBA Media, 2012; Eu scriu. Antolo­gie de ver­suri, Alba Iulia, Gens lati­na, 2010. En vol­umes col­lec­tifs (sélec­tion): Vin­tilă Horia, Un gân­di­tor pen­tru mile­ni­ul trei (2017), Imag­i­nar, iden­ti­tate şi alter­i­tate în lit­er­atură (2017), Mit, muz­ică, rit­u­al. Abor­dări din per­spec­ti­va lit­er­a­turii com­para­te (2016), Mit, basm, leg­endă. Mutaţii ale nucle­elor nar­a­tive (2015), Nor­man Manea, Departe şi aproape (2014), Imag­i­nar şi iluzie (2012), Studii uman­iste şi per­spec­tive inter­cul­tur­al (2011), Com­mu­ni­quer, échang­er, col­la­bor­er en français dans l’espace méditer­ranien et balka­nique (Athènes, 2011), De la cor­pul imag­i­nat la cor­pul reprezen­tat (2010), Faire vivre les iden­tités fran­coph­o­nes. Actes du 12‑e con­grès mon­di­al de la FIPF, Québec 2008 (Krakow, 2009), Pro­ceed­ing The First Inter­na­tion­al Con­fer­ence on Lin­guis­tic and Inter­cul­tur­al Edu­ca­tion (2008), Le français, une langue qui fait la dif­férence. Actes du pre­mier Con­grès européen de la FIPF, Vienne 2006, (Krakow, 2008), Eval­u­are alter­na­tivă (2005), Metodele gândirii crit­ice (2004). Présence en dic­tio­n­naires et his­toires de la lit­téra­ture roumaine con­tem­po­raine : Ioan Hol­ban (coord.), Un dicţionar al scri­ito­rilor români con­tem­po­rani, Iaşi, Tipo Moldo­va, 2016, vol. IV; Iri­na Petraş, Scri­itori ai Tran­sil­vaniei. Dicionar crit­ic ilus­trat, Cluj-Napoca, Edi­tu­ra Edi­tu­ra Eikon, Cluj-Napoca, 2014; Dicţionar-Almanah al Scri­ito­rilor din Fil­iala Alba-Hune­doara a Uni­u­nii Scri­ito­rilor din Româ­nia, Sebeş, Edi­tu­ra Emma Books, 2016 ; O alt­fel de isto­rie a lit­er­a­turii române con­tem­po­rane, Ed. Sin­gur, Târ­gov­işte, 2013. Poésie, prose, essais, recen­sions et chroniques, tra­duc­tions en revues lit­teraires : Con­cer­to pour marées et silence, Poésie Pre­mière, Ver­so, Fran­copo­lis, Recours au poème, Tra­ver­sées, Mon­des fran­coph­o­nes, Tric-trac, Rup­katha, Dia­logues et cul­tures, Viaţa românească, Româ­nia lit­er­ară, Luceafărul de dimineaţă, Con­vor­biri lit­er­are, Vatra, Famil­ia, Euphori­on, Tri­buna, Apos­trof, Neu­ma, Cai­ete sil­vane, Argeş, Ver­so, Cai­etele Echi­nox, Bucov­ina lit­er­ară, Nord lit­er­ar, Annales Uni­ver­si­tatis Apu­len­sis, Boe­ma, Baaadul lit­er­ar, Gând româ­nesc, Pietrele Doam­nei, Théorie et Pra­tique, Nou­velle Approche du français, Uni­ver­sul cat­e­drei, Glasul, Claviaturi.
Aller en haut