> Thomas Chapelon, Ce vivant parmi les cendres

Thomas Chapelon, Ce vivant parmi les cendres

Par | 2018-04-06T17:11:57+00:00 6 avril 2018|Catégories : Critiques, Thomas Chapelon|

Dans la col­lec­tion Dialogue, aux Editions L’Arachnoïde, Ce vivant par­mi les cendres, un très beau livre d’art de Thomas Chapelon magni­fi­que­ment illus­tré par Thomas Pesle.

 

Vivant oui vivant mais par­mi les cendres, celles d’un monde et d’un « temps détruit ».
Les mots flottent par­mi les cendres, ceux du poète lan­cés à la ver­ti­cale à tra­vers la page, celles du peintre en regard des textes, traces impro­bables dis­til­lées en éclats de lumière.
Traces effa­cées, souffle vain­cu, struc­tures fra­giles, des cieux noir­cis, des sols embour­bés, pol­lu­tion et matières, cendre pure masse dif­forme écla­tée « de l’outre monde ».
Des cendres seule­ment des cendres, « pas de fumée », « pas de lumières », une apo­ca­lypse de mots tom­bés dans le vent, souf­flés, éper­dus, entre le geste et le dire où seul l’instinct de vivre,

  ce qui n’est adve­nu et advien­dra 

 

Thomas Chapelon, Ce vivant par­mi les cendres, encres de encres, Editions L’Arachnoïde, juin 2016

Quand ce qui advient avec l’écriture, en équi­libre sur ce monde défait, est fait d’ombres, ciné­tique de l’absence, archéo­lo­gie des tré­fonds, des cavernes, un « chef-d’oeuvre d’abstraction » où la folie col­la­bore avec la dou­leur, où les gémis­se­ments imprègnent tout à la recherche de l’Homme nou­veau.

Dans le mou­ve­ment inces­sant du non-être se débat l’être, une danse archaïque frap­pée du sceau de la fini­tude. L’artiste avance à la recherche d’un sens authen­tique, dans les aspé­ri­tés du temps, dans les cendres noires, dans les mines à char­bon, dans les guerres, dans l’ombre des char­niers, dans les traces du trou­peau…

Le récit poème est un chant de détresse. On reste à la sur­face entre ciel et terre comme sus­pen­du, comme à chaque fois dans la poé­sie de Thomas Chapelon, entre vio­lence et fra­gi­li­té.
On est par­mi les cendres conju­rant le sort fait aux mots qui démul­ti­plient l’appel, de la cou­leur, celle même des cendres, en conden­sa­tion d’un vou­loir infi­ni, terres rouges, ocres, rouges encore…Mais il n’y a pas que les cendres qui sont rouges, rouge le sang, rouge l’émeute,

les mots se réservent
la sen­tence d’exécution 

Les varia­tions dans les encres épousent les textes. On passe des cendres noires sur fond or, dis­per­sées, à des plages blanches tapis­sées de taches bleu­tées, l’or de la terre, le noir du ciel, tumultes au milieu, des­truc­tion de matière, retom­bées ima­gi­naires, visions spec­trales d’un reste d’humanité, lumières éva­nes­centes dans le brouillard, écla­te­ments et flammes mor­do­rées jusqu’au rouge incan­des­cent des trois der­nières toiles, aveu­glantes.

 

 

 

mm

Marie-Josée Desvignes

Collabore à LEGS EDITION.

Publications

Poésie

  • REQUIEM, récit poé­tique, (112p)  Editions La Cardère, sep­tembre 2013 Cardère Editeur, extraits
  • Finaliste pour la Bourse d’écriture Gina Chenouard 2013 (SGDL) bourse créa­tion poé­sie

  • Lauréate du Prix TEC-CRIAC Nord Pas de Calais 2001(recueil éd Lieux d’être)

  • Finaliste du prix Val de Seine 2002, Editinter (3e place pour Onzains de l’enfance)

  • Soutien du CNL, jan­vier 2003, bourse d’encouragement pour l’écriture poé­tique

  • Poésie Première, Gros textes, Friches, Encres vaga­bondes, Filigranes, L’Echappée Belle, Fragments d’amour, ARPA (de 2003 à 2010), Lieux d’être, Décharge, Recours au poème, Terre à ciel, Paysages écrits… Journal de mes pay­sages 2, Lesmotsplusgrandsquenous, Traversées, Le capi­tal des mots, Ardemment Résidence auteur, Nunc, Imagine et poé­sia (revue inter­na­tio­nale), La pis­cine, Tiers Livre., Legs et Littérature (dont un spé­cial Marie Vieux-Chauvet), Revue Intanqu’ïllités (Ed Zulma), Ecrits du Nord

Essais, documents

  • La lit­té­ra­ture à la por­tée des enfants, enjeux des ate­liers d’écriture dès l’école pri­maire ,  Editions L’Harmattan, 2000, 3 réim­pres­sions Ed L’Harmattan, extraits

  • « Un si beau métier  »… article publié sous le pseu­do­nyme Marie DELHESTRE, Actes de Recherche en Sciences Sociales, SEUIL, déc 2008 site du CAIRN texte com­plet

Nouvelles

Roman

  • Jeu de dupes, roman, Editions ED.Kiro (Kirographaires), sous le pseu­do­nyme Marie DELHESTRE, nov. 2011

Ouvrages collectifs

  • Dans des mai­sons incon­nues, Tiers-Livre Editeur, déc 2016 Tiers livre

  • Dehors, recueil sans abri, Editions Janus, mai 2016 (107 auteurs, béné­fices au pro­fit de l’Association Action Froid) Ed. Janus

  • Imagine et Poesia, e-book, antho­lo­gie inter­na­tio­nale diri­gée par Hughette Bertrand (Canada) et Lidia Chiarelli (Italie) antho­lo­gie 2015 et 2016 Immagine e poe­sia

  • Somewhere, texte en col­la­bo­ra­tion, ouvrage de pho­to­gra­phies de Rith Banney, Ed La matière noire, édi­tions numé­riques et papier, déc 2013

  •  Malala, Médiathèque L’Alcazar, Marseille, 2013

Articles en revues

Son site inter­net