Xavier Bordes, L’œuvre du Noir

2018-01-03T19:43:05+01:00

Quelque part à l’horizon où la pous­sière de sil­ice rousse
S’efface en longeant le mirage
Je regarde pass­er le sou­venir des Hommes du Matin
Égrenant leurs car­a­vanes bleues

De rares touffes de cet hal­fa gris qu’on tresse pour les couffes
Ponctuent la dis­tance ondulante
Sparte et l’alphabet grec Les sol­dats noirs sur les poter­ies rouges
Achille nu bran­dit sa lance con­tre Hector

Bizarre comme dans ma tête un mot arabe
Réveille d’injustifiables images
Voici le soukh et ses couffins avec leurs cônes colorés
Poudre d’épices, de grains aux noms oubliés

Pareilles à ces bols de toutes les couleurs
Dont tu broy­ais dans l’huile cuite et odorante
(A faire bouil­lon­ner jusqu’à ce que le duvet frise !)
Le cad­mi­um, l’outremer, le ver­mil­lon, la stron­tiane et la garance…

A présent c’est Van Eyck et son ver­nis d’ambre dis­sout à froid
Qui paraît : Gio­van­ni Arnolfi­ni et son épouse Le lus­tre cuivré
Plus bas le miroir de sor­cière et plus bas le cabot grincheux
Et les soc­ques de bois dans le coin gauche…

L’émerveillement absolu ! Ah si tu pou­vais peindre
Avec l’ambre des mots un réel qui soit aus­si solide
Et tra­verse le temps ! Mais ton poème à toi
Est comme l’horizon qui trem­ble en longeant le mirage !

Juste un souf­fle d’air pur et l’immense désert blême
Tan­dis que dans le ciel du soir – à l’instant où commence
Ton écri­t­ure ténébreuse – ne s’allume
Qu’une beauté impartagée et son fris­son d’étoile solitaire !

Présentation de l’auteur

Xavier Bordes

Xavier Bor­des, né le 4 juil­let 1944, dans le vil­lage des Arcs en Provence (Var).

Études musi­cales et classiques. 
Organ­iste. Étude de com­po­si­tion, théorie atonale et orches­tra­tion avec Julien Falk. Thèse de doc­tor­at sur Joë Bous­quet, sous la direc­tion de Jean-Pierre Richard.
Musi­colo­gie (instru­ments et musique des Aymara en Amérique du Sud).
Quitte Paris pour une mis­sion de musi­colo­gie au Maroc et Sahara.
S’in­stalle à Oued-Zem, puis à Moham­me­dia en 1973. 
Enseigne­ment et jour­nal­isme (Rédac­teur en chef de la Revue Auto­mo­bile Africaine, con­férences nom­breuses, notam­ment dans les Cen­tres Culturels).

Tra­duc­tions de poètes Grecs : Elytis, prix Nobel de Lit­téra­ture, puis Cavafy, Solo­mos, Anag­nos­takis, Davve­tas, Zaky­thi­nos principalement.

Com­mence une œuvre poé­tique en 1979.

Retour en France (Paris) fin 84. Tra­vaille dans l’édi­tion musi­cale (direc­tion artis­tique). Lecteur de grec pour les ED. Gallimard.
Mem­bre du comité de la revue PO&SIE (Rédac­teur en chef, Michel Deguy) avec Jacques Roubaud, Michel Chail­lou, Robert Davreu, Alain Duault, Pierre Oster notamment.
En 1989 en col­lab­o­ra­tion avec l’en­tre­prise DBE, X.B. expose un poème de 300 m² sur une façade du 6 avenue de Fried­land à Paris, asso­cié à une con­férence et un exposé théorique à la Mai­son des Écrivains.

Xavier Bordes

L’u­ni­ver­sité de Poitiers, du 16 au 21 novem­bre 1992, X.B. entre­prend, avec les Ed. Mille et une nuits, la pub­li­ca­tion en vol­umes à 10frs d’œuvres philosophiques gré­­co-latines liées à l’u­nivers con­tem­po­rains : Epi­cure, Ovide, Sénèque, Théophraste, etc… Le pub­lic démon­tre par son intérêt que la cul­ture antique reste d’ac­tu­al­ité, Épi­cure notam­ment parvient à un tirage de plus de 250000 exemplaires.

Par­mi divers­es man­i­fes­ta­tions, les poèmes de Xavier Bor­des ont fait l’ob­jet de plusieurs émis­sions sur France-Cul­­ture et d’autres radios pour sa poésie et ses tra­duc­tions d’Épicure et de Sénèque.

Du 12 au 18 févri­er 1996, les poèmes du poète grec Odysseas Elytis traduits par X. Bor­des (en col­lab­o­ra­tion avec R. Longueville) ont fait l’ob­jet de lec­tures quo­ti­di­ennes à France-Culture.

Prix Max Jacob 1999 pour «Comme un bruit de source».
Pour­suit depuis une œuvre de poète et de tra­duc­teur, en grande par­tie pub­liée directe­ment sur inter­net (Calameo – Word presse – Overblog).

Son blog : xavier.bordes.over-blog.com

En 2011, au cours de l’an­née anniver­saire de la nais­sance d’Odysseas Elytis, X.B. fait don de ses archives Elytis à la Bib­lio­thèque Gen­na­dios à Athènes (Fond Bordes).
Par­ticipe aux des­tinées de la revue belge Tra­ver­sées couron­née récem­ment d’un prix de la Revue Poé­tique 2011.

X. Bor­des vit et tra­vaille actuelle­ment à Paris.

Poésie

  • Le Sans-Père à Plume avec une pré­face de Michel Deguy  (Ed. de Loess)  1982
  • L’Ar­gy­ronef (Ed. Belin, revue PO&SIE) 1984
  • Syrinx (Ed. Belin, revue PO&SIE) 1985
  • Ma Venise (Ed. Eyras — Madrid) 1985 Ver­sion F. et Espag­nole  (trad. Miche­line          Durand).
  • Alpha­bets (Ed. Belin, revue PO&SIE) 1986
  • La Pierre Amour, poèmes 1972–1985 (Ed. Gal­li­mard.  Dis­tin­gué par l’A­cadémie Française.) 1987
  • Elégie de San­nois (NRF juil­let-Août 88)
  • Notes pour des chas­s­es rêvées (Ed. d’Art D. Mar­tin 1988)
  • Onze poèmes tirés d’une conque (Recueil — Champ Val­lon) 1988
  • Le masque d’Or  (Ed. de Loess,  St Mar­tin de Cormières.) 1988
  • Poèmes Car­rés (Ed. Belin, revue PO&SIE) 1988
  • La cham­bre aux Oiseaux (Edi­tion d’art J.C. Michel  — Nan­cy) 1989
  • Son­nets  (Ecbo­lade
  • Aphrodite (Ed. Gnô­sis & Enri­co Navar­ra — avec Michel Deguy, D. Davve­tas, Jean Luc Nan­cy, M. Abramovicz, etc…) 1990
  • Rêve pro­fond réel (Recueil — Champ Val­lon) 1991
  • Impériss­ables passe­ments de lumière — Rouge­mont  (Ed. galerie P. Gabert, Paris) 1992
  • Lev­ées d’om­bre et de lumière, (avec le pein­tre Rouge­mont.) (Paris — Cer­cle des 101 femmes          Bib­lio­philes) 1992
  • Le grand Cirque Argos (ED. Robert et Lydie Dutrou) 1993
  • Je par­le d’un pays incon­nu (ED. Le Cri & Jacques Dar­ras, Brux­elles) 1995
  • Comme un bruit de source (Ed. Gal­li­mard, Paris) 1999
  • L’étrange clarté de nos rêves (Ed. Asso­cia­tives Clà­pas, Mil­lau) 1999
  • A jamais la lumière (Ed.Gallimard, Paris) 2001
  • Quand le poète mon­tre la lune… (Ed; De Cor­levour, Paris) 2003

 

A cela il faut ajouter plusieurs vol­umes pub­liés sur le Net, à l’adresse :

 Principales traductions

  • D’ Odysseas Elytis (grec, prix Nobel 1979, traduit en coll. avec R. Longueville) :
  • Marie des Brumes (Ed. La Décou­verte) 1984 (réed. en 86)
  • To Axion Esti (Ed. Gal­li­mard) 1987
  • Avant Tout (Cahiers de l’E­garé — Le Revest) 1988
  • Elytis — un méditer­ranéen uni­versel  (Tra­duc­tions et études en Cat­a­logue Paris — Expo­si­tion au Cen­tre Pom­pi­dou.) 1988
  • Sur­réal­istes Grecs (Tra­duc­tions et études en Cat­a­logue Paris — Expo­si­tion au Cen­tre Pom­pi­dou.) 1991
  • Le Mono­gramme (NRF — Ed. Gal­li­mard — juil­let-août 1996)
  • Axion Esti suivi de L’Ar­bre Lucide et du Jour­nal d’un invis­i­ble Avril. (Ed. Gal­li­mard — Paris) 1996
  • D’Épicure : Let­tre sur le bon­heur (Ed. Mille et une nuits) 1993
  • D’O­vide : Remèdes à l’Amour (Ed. Mille et une nuits) 1993
  • De Sénèque : De la brièveté de la vie (Ed. Mille et une nuits) 1993
  • De Cicéron : Lélius ou l’ami­tié (Ed. Mille et une nuits) 1995 
  • De Théophraste : Les Car­ac­tères (Ed. Mille et une nuits) 1996 
  • De D. Davve­tas : Soleil Immatériel (Ed. Galilée) 1989
  • La Chan­son de Péné­lope (Ed. Galilée) 1989
  • Poèmes (Revue PO&SIE, Belin) 1989
  • Le man­teau de Lao­coon (Ed. Galilée) 1990
  • D’Alex­is Zaky­thi­nos : Les noyés du grand large (Ed. J.C. Valin  — Hautécri­t­ures) 1989
  • De Mano­lis Anag­nos­takis : Les Poèmes,    (Ed. Le Cri et J. Dar­ras, Brux­elles)  1994 
  •  (avec la coll. de Démosthènes Davvetas.)

Anthologie

  • 27 Poètes grecs con­tem­po­rains  (Ed. Revue In’Hui, Le Cri.) 1994 en col­lab­o­ra­tion avec Robert Longueville.

Principaux essais et préfaces

  • Mys­tique, de Joë Bous­quet (Ed. Gal­li­mard) 1972 
  • Imag­in­er la Tour Eif­fel dans la brume…   (Revue In’Hui — 38 — Le Cri et J.D., Bruxelles.)
  • Sur la Sai­son en Enfer de Rim­baud (Ed. Mille et une nuits) 1993
  • Relire Aragon (Revue In’Hui — 1995 — Le Cri et J.D., Bruxelles.)
  • Frag­ments d’un Dieu-Michaux  (La Licorne, UFR Langues Lit­téra­tures Poitiers — 1993)

 

Publications diverses dans :

  •  Po&sie (Ed. Belin), Europe, La Let­tre Inter­na­tionale, la NRF, In’Hui, Recueil, des revues uni­ver­si­taires, etc… Ain­si que des textes cri­tiques sur de nom­breux pein­tres et pho­tographes (Rouge­mont, Le Cloarec, Tis­serand, Four, Bran­don, Leick, etc…) 

 

Autres lec­tures

Xavier Bordes, La Pierre Amour

Il en est des livres comme des pays : si l’on peut, seul, décou­vrir des mer­veilles au cours d’un voy­age, le sou­tien éclairé d’un guide per­met la con­nais­sance des ressorts et des lieux […]

Xavier Bordes : la conjuration du mensonge

Cet arti­cle a d’abord été pub­lié sur Causeur le 25 févri­er 2018. Pro­posé dans la ver­sion que vous avez sous les yeux, et accep­té sans qu’il soit demandé à l’auteur de le retravailler. […]

Aller en haut