> Alfred Edward Housman, La recrue

Alfred Edward Housman, La recrue

Par | 2017-12-30T11:27:11+00:00 20 octobre 2013|Catégories : Alfred Edward Housman, Poèmes|

 

Laiss’ ton chez toi der­rière toi, mon gars,
   Serre la main de tes amis,
Et pars, que la chance te suive
   Tant qu’à Ludlow tien­dra la tour.

Oh, si tu reviens un dimanche
    Lorsque les rues de Ludlow seront calmes
Et que réson­ne­ront les cloches
   Aux fermes, aux che­mins, aux mou­lins,

Ou si tu reviens un lun­di
   Lorsqu’à Ludlow le mar­ché bruit
Et que les carillons joue­ront
   « Retour du héros vain­queur »,

Que tu reviennes en héros
   Ou ne reviennes pas du tout,
A toi pen­se­ront les gars que tu laisses
   Jusqu’à ce qu’à Ludlow tombe la tour.

Et tu enten­dras le clai­ron
   Qui sonne aux terres d’Orient,
Tu for­ce­ras les enne­mis de l’Angleterre
   A regret­ter que tu sois né.

Si jusqu’au jour du Jugement
   Tu repo­sais en terre d’Orient,
Où tu tom­bas s’alourdiront
   Les cœurs de tes com­pa­gnons.

Laiss’ ton chez toi der­rière toi,
   Tes amis par champs et ville ;
Oh, ville et champ gar­de­ront ta mémoire
   Jusqu’à ce qu’à Ludlow la tour soit écrou­lée.

 

Traduction par Delia Morris et André Ughetto

 

 

The Recruit

 

Leave your home behind, lad,
And reach your friends your hand,
And go, and luck go with you
While Ludlow tower shall stand.

Oh, come you home of Sunday.
When Ludlow streets are still
And Ludlow bells are cal­ling
To farm and lane and mill,

Or come you home of Monday
  When Ludlow mar­ket hums
And Ludlow chimes are playing
  'The conque­ring hero comes',
.
     Come you home a hero,
       Or come not home at all,
The lads you leave will mind you
  Till Ludlow tower shall fall.

And you will list the bugle
  That blows in lands of morn,
And make the foes of England
  Be sor­ry you were born.

And you till trump of doom­sday
  On lands of mom may lie,
And make the hearts of com­rades
  Be hea­vy where you die.

Leave your home behind you,
  Your friends by field and town :
Oh, town and field will mind you
  Till Ludlow tower is down.
 

Sommaires