Claude Luezior, Ces Douleurs mises à Feu

Par |2018-01-03T22:14:53+01:00 18 octobre 2017|Catégories : Claude Luezior, Essais & Chroniques|

Lorsque CLAUDE LUEZIOR, l’un des pre­miers styl­istes con­tem­po­rains, comme le souligne le poète Jean-Louis Bernard, laboure les brous­sailles  de l’aube aux reflets de lig­nite, les mots/ tels des loups se lan­cent à sa pour­suite. Somptueux hal­lali où réson­nent en gonds vibra­toires des images qui s’encastrent dans les arma­tures de l’ossature du destin.

Pas­sant de l’ivresse à l’ascétisme, l’angoisse en ban­doulière, com­plice des dieux,  il dérè­gle l’heure du malin ; et lorsqu’il met ses douleurs à feu, l’aube devient alors plus lumineuse. Claude Luezior n’est pas pour autant pyro­mane : en Vul­cain mod­erne, il actionne sa forge mati­nale pour faire jail­lir la lumière sur le rivage de cor­morans, là où volè­tent des arpèges par­fumés. Même si , par­fois, le feu a des avant-goûts de cen­dre, ce sont des cen­dres de rosée. La ger­mi­na­tion pousse sous la braise. Se con­stitue alors un livre d’heures, une cav­erne où sta­lag­mites et sta­lac­tites se tutoient, se tressent. À cha­cun d’y pénétr­er pour entr­er en réson­nance avec le poète.

 Claude Luezior est tor­turé de doutes, de promesses/qui délivrent, de croy­ances qui empoi­son­nent, il  prie entre l’angoisse du devenir et la trace du sou­venir. Il est un navire qui voit sou­vent l’horizon se noy­er dans des ombres au sourire  de bru­ine. Alors se rap­proche le seuil dans les caprices d’un cré­pus­cule qui rôde. Même si aller au-delà du seuil est tou­jours angois­sant, dans la texture/ de mes insomnies/ errent sans cesse/ des loques imp­ies : celles de la camarde, la peur ne taraude pas le poète à con­di­tion de mourir / pour quelque chose d’utile / pour quelqu’un. Dans ses textes qui bour­geon­nent, se concentrent/ les saveurs du désir / où se réfugient / les velours/ d’une ten­dresse. Chez  Luezior, le désir brûle tou­jours jusqu’aux bor­nages de la souffrance.

Claude Luezior, Ces Douleurs mises à Feu, Éd. Les Presses littéraires, 2015, Prix de poésie 2015 Yolaine et Stéphane Blanchard, Couverture : tableau de Gil Pottier

Claude Luezior, Ces Douleurs mis­es à Feu, Éd. Les Press­es lit­téraires, 2015, 
Prix de poésie 2015 Yolaine et Stéphane Blanchard, 
Cou­ver­ture : tableau de Gil Pottier

Ce recueil de poèmes est un labyrinthe où la glace donne des coups de poings, où les flammes dansent avec les douleurs du grand Feu. C’est un miroir pour met­tre à plat les cica­tri­ces de la vie, c’est une porte  pour fuir des enc­los de haine, pour asséch­er les ver­tiges assassins.

À la lisière de l’imperceptible, Claude Luezior est un allumeur de réver­bères, tou­jours en marche pour recom­mencer cet exer­ci­ce obscur et indis­pens­able qui vaut surtout comme une aven­ture ou  ain­si que le dis­ait Yves Bon­nefoy une inci­ta­tion à se ris­quer dans l’inconnu.

Cet opus­cule est un grand livre à con­serv­er à portée d’âme car ses hymnes tac­tiles con­duisent à l’intangible pour goûter ensem­ble /aux miels sub­tils délivrés en un nec­tar d’éternité.

Avec le poète Claude Luezior il y a tou­jours une voie : celle de la Lumière dont le monde a tant besoin.

Présentation de l’auteur

Claude Luezior

Claude Luezior, auteur suisse d’expression française, naît à Berne en 1953. Il y passe son enfance puis étudie à Fri­bourg, Philadel­phie, Genève, Lau­sanne, Rochester (Min­neso­ta) et Boston. Médecin, spé­cial­iste en neu­rolo­gie (son nom civ­il est Claude-André Dessi­bourg), il devient chef de clin­ique au CHUV puis pro­fesseur tit­u­laire à l’Université de Fri­bourg. Par­al­lèle­ment à ses activ­ités sci­en­tifiques, il ne cesse d’écrire depuis son jeune âge et com­mence à pub­li­er depuis 1995. 

Sor­tent dès lors une quar­an­taine d’ouvrages, pour la plu­part à Paris : romans, nou­velles, recueils de poésie, haïkus, ouvrages d’art. Tout comme en médecine, il encour­age la col­lab­o­ra­tion mul­ti­dis­ci­plinaire, donne des con­férences, par­ticipe à des expo­si­tions et à des antholo­gies, écrit des arti­cles dans des revues lit­téraires ain­si que des préfaces.

Les édi­tions Librairie-Galerie Racine à Paris ont pub­lié en 2018 et 2020 trois livres de Claude Luezior : Jusqu’à la cen­dre (recueil de poèmes), Gol­go­tha (poème lyrique et dessins) ain­si qu’ Un Ancien Tes­ta­ment déluge de vio­lence (cri­tique humoris­tique et pacifiste).

Cer­tains de ses livres sont traduits en langues étrangères et en braille.  Luezior reçoit de nom­breuses dis­tinc­tions dont le Prix européen ADELF-Ville de Paris au Sénat en 1995 ain­si qu’un Prix de poésie de l’Académie française en 2001. Il est nom­mé Cheva­lier de l’Ordre nation­al des Arts et des Let­tres par le Min­istère français de la Cul­ture en 2002. En 2013, le 50e prix Marie Noël, dont un ancien lau­réat est Léopold Sédar Sen­g­hor, lui est remis par l’acteur Michel Gal­abru de la Comédie française.

www.claudeluezior.weebly.com

 

Autres lec­tures

Claude Luezior, Ces Douleurs mises à Feu

Lorsque CLAUDE LUEZIOR, l’un des pre­miers styl­istes con­tem­po­rains, comme le souligne le poète Jean-Louis Bernard, laboure les brous­sailles  de l’aube aux reflets de lig­nite, les mots/ tels des loups se lan­cent à sa pour­suite. Somptueux hallali […]

Claude Luezior, Un Ancien Testament déluge de violence

Peu de temps après Gol­go­tha, voici que paraît Un Ancien Tes­ta­ment déluge de vio­lence. Dia­ble ! Claude Luezior aurait-il une âme de cis­ter­cien ? On ne peut en effet qu’admirer le tra­vail préal­able à la […]

Aller en haut