> Il ne suffit pas d’un tas de cendres…

Il ne suffit pas d’un tas de cendres…

Par |2018-10-20T11:10:14+00:00 5 octobre 2013|Catégories : Blog|

 

Il ne suf­fit pas d'un tas de cendres pour faire un homme (extraits)

 

 

Ce n'est pas l'opposé le contraire la contra­po­sée
pas le non-savoir la non-pré­sence le non-être
ce n'est pas la demi-vie le quart de vie…
c'est autre chose
on ne connait pas on -n'- en revient pas

Jour après jour
un tas de petites choses -sans trop d'importance-
petites sous­trac­tions
et puis on n'en peut plus et puis on -en- meurt

De moins en moins com­ment être encore qui

Ta vie extrê­me­ment là et nous les oiseaux ensemble
juste avant l'éclipse qui vient

Temps tout entier absor­bé par l'inconsolable et plus que pro­bable tâche à accom­plir mou­rir

Celui qui meurt n'attend pas

Oublier le nom des choses oublier qu'elles sont seront

Les choses ne se posent plus -en ces termes-
on est encore là on n'en est pas sûr et même

Ici étendre les der­niers vête­ments -le vent se lève-
ici où sus­pendre les larmes -le fil est ten­du-
bâtir le der­nier châ­teau de sable -la mer est mon­tante-
le der­nier che­min de domi­nos -les enfants pensent à toi-

Tu vas à elle elle va à toi curieuse coïn­ci­dence

Ta recherche de l'homme qui te res­semble res­sem­ble­rait res­sem­blait res­sem­ble­ra
Il se pour­rait que tu atteignes ta fin

Je pro­fite de ce qui est encore vivant
la vie est si vaste en ses ter­mi­nai­sons

Mourir
ce voyage que l'on fait seul et cou­ché
les pieds nus sans san­dales
les mains nues sans bagages
l'intention nue sans des­ti­na­tion
le corps nu sans os

Là où on ne se met pas à la place de l'autre

Mourir ne pas mou­rir un juste milieu sem­blait exclu

Tes grands yeux posés ailleurs
tes yeux entrou­verts négo­ciant une tran­sac­tion
-quelque chose qui aurait à voir avec un dedans-dehors-
tes yeux fixes -tu as bien rai­son de contem­pler ce qui est beau-
ai-je aimé te regar­der par­tir ?
j'ai tes yeux noi­sette

Combien de temps rai­son­na­ble­ment
pour de cendres deve­nir can­tique ou vent ?
 

X