Ludovic Bernhardt, Réacteur 3 [Fukushima]

Par |2022-06-06T12:10:56+02:00 6 juin 2022|Catégories : Critiques, Ludovic Bernhardt|

Loin de l’introspection ou de la séduc­tion, Réac­teur 3 [Fukushi­ma] se veut témoignage ou aver­tisse­ment, ce qui n’interdit pas une vraie musi­cal­ité, au moins dans les pre­miers poèmes. 

Car, à mesure que le nar­ra­teur-robot se désagrège, l’expression prend d’autres formes. Il y a les mots rares ou sur­prenants qui se tam­pon­nent ; il y aus­si les blancs, les chiffres ou les plans du réac­teur comme si nous y étions enfer­més. Le lecteur est con­duit, pas tou­jours en douceur, de la curiosité à l’angoisse à tra­vers des descrip­tions tan­tôt oniriques tan­tôt tech­niques, une ponc­tu­a­tion déstruc­turée ou des gra­phies comme informatisées :

Mas­sacre des fonc­tions ven­ti­la­toires (nar­ines gref­fées de tubes de sil­i­cone). Débrailler des entrailles. Brûler des com­posants mutés en diox­ines. Tan­dis que des coulées de codes aigu­il­lon­nent les évangiles encéphalites. C6 81 56 28 09 34 31 D2 F9 9C D6 BD 92 ED (…)

Une lec­ture à voix haute serait stop­pée nette à l’image du robot dans les décom­bres, à moins que d’autres effets vien­nent ampli­fi­er ces sen­sa­tions ter­ri­bles et nous plonger dans le cœur de la cen­trale détru­ite : lumières, bruitages, fumées, projections… 

Ludovic Bern­hardt, Réac­teur 3  [Fukushi­ma], Edi­tions Lan­sk­ine, 64 pages, 13 €. 

Réac­teur 3 est donc poésie, au sens tra­di­tion­nel d’une har­monie formelle, mais aus­si expéri­men­ta­tion dans le cadre de lec­tures per­for­mées. C’est d’ailleurs tout le tra­vail de son auteur, Ludovic Bern­hardt.
Ludovic Bern­hardt est lau­réat du Grand Prix de Poésie de la SGDL.

Présentation de l’auteur

Ludovic Bern­hardt est écrivain et artiste, diplômé du Fres­noy ; il vit et tra­vaille actuelle­ment à Nogent-sur-Marne, rési­dent à Guy Loë de la Mai­son de Arts Bernard Antho­nioz. Il réalise des instal­la­tions, œuvres numériques, pein­tures et poésie expéri­men­tale ou post-poésie.

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Ludovic Bernhardt, Réacteur 3 [Fukushima]

Loin de l’introspection ou de la séduc­tion, Réac­teur 3 [Fukushi­ma] se veut témoignage ou aver­tisse­ment, ce qui n’interdit pas une vraie musi­cal­ité, au moins dans les pre­miers poèmes. Car, à […]

mm

François Thiéry-Mourelet

François Thiéry-Mourelet est poète, romanci­er, auteur de livres de jeunesse et d’un théâtre poé­tique (Zoé et la fumée, Les Cynophiles, Opa­line, etc.). Il a été reporter au Liban, nav­i­ga­teur, cri­tique aux Nou­velles Lit­téraires, respon­s­able de la com­mu­ni­ca­tion puis jour­nal­iste spé­cial­isé dans la san­té et l’écologie. Son dernier roman La langue de tamanoir, est paru aux édi­tions Sans Escale. Chez le même édi­teur, Brise dans le miroir suit les errances d’un marin : le poète racon­te la quête d’un « écri­t­uri­er » et de son dou­ble. 89 chants pour dire les douceurs d’un lagon, les galbes d’un corps, les désas­tres d’une guerre, l’inexorable fin des pas­sions, l’impossible renais­sance ou la dis­pari­tion d’un monde.
Aller en haut