De vague en lame

 

 

            où s’est per­due la mer
                          et quel bras l’a bercée
                                    de vague – en vague – rouler
                                              chaque flux m’est mi-sphère

et dans quels bras amers as-tu rêvé rouler

chaque reflux mystère
                           et – dans les creux – lavée
                                    la vague à ravaler
                                              comme on noie solitaire

cher­chons dans tes yeux clairs la mer évaporée

 

c’est l’onde !
c’est l’eau perdue !
c’est là qu’il faut couler !

                                                                      errant

                                                             je rêve
                                                 encore
                                    l’écho
                   de tes
fracas

La voyelle esseulée

Ô
que j’aime à m’y plaire

« sois mon eau   –    sois mon île »
 et
  la
   mer
  s’est
    ouverte
    l’égarée
     retrouvée

 

 

Langagement

 

longtemps les mots ricochent
sou­vent           les mots         s’étirent
et
attardent
à
mûrir
com­bi­en les mots sont proches

 

quand les mots
                             filent
                                          défilent
et défient les fêlures
les mots échos sons purs
se répondent
immobiles

 

mots frag­iles                          ou secousses
cascades
étreintes
épieux
mots sons
images
temps
lieux
verbe attire et repousse

inter­jecte ou écoute

de la phrase au phonème
les                  mots               qu’on              sait                  qu’on              aime
mots
tombés
goutte à goutte

 

 

Fragments

 

 

Dans le silence craque­lé des corps
qui se pressent, engourdis
dans la fêlure d’une nuit plus claire que le jour
au drap qui retombe lentement

le moment paraît et s’installe

plein de ce mur­mure déli­cat qui déchire la chair
d’un vent muet qui s’entête
perdu

le blanc devient absence
sur­dité, mutisme de l’hiver, replié sur lui-même
le cri même a givré dans les gorges rougies
sans percer

c’est l’instant plein d’incomplet
d’à‑peu-près, de retard et d’oubli
juste la seconde
qui saute un temps
puis qui se fige
sans rai­son sans parole – inachevée.

 

Mots croisés

 

les mots craquè­lent                à ma portée                phrase hésitée                        les mots s’emmêlent

à demi né                                le verbe frêle               ni son ni sel                            tou­jours parler

les mots s’enterrent               demi rêvé                    prêts à crev­er                         les mots dans l’air

vers bégayé                            le verbe espère           ni sang ni fer                          recommencer