> Matthieu Gaines, Poèmes entre le silence et l’écrit

Matthieu Gaines, Poèmes entre le silence et l’écrit

Par |2018-11-07T17:57:53+00:00 5 novembre 2018|Catégories : Matthieu Gaines, Poèmes|

De vague en lame

 

 

            où s’est per­due la mer
                          et quel bras l’a ber­cée
                                    de vague – en vague – rou­ler
                                              chaque flux m’est mi-sphère

et dans quels bras amers as-tu rêvé rou­ler

chaque reflux mys­tère
                           et – dans les creux – lavée
                                    la vague à rava­ler
                                              comme on noie soli­taire

cher­chons dans tes yeux clairs la mer éva­po­rée

 

c’est l’onde !
c’est l’eau per­due !
c’est là qu’il faut cou­ler !

                                                                      errant

                                                             je rêve
                                                 encore
                                    l’écho
                   de tes
fra­cas

La voyelle esseu­lée

Ô
que j’aime à m’y plaire

« sois mon eau   –    sois mon île »
 et
  la
   mer
  s’est
    ouverte
    l’égarée
     retrou­vée

 

 

Langagement

 

long­temps les mots ricochent
sou­vent           les mots         s’étirent
et
attardent
à
mûrir
com­bien les mots sont proches

 

quand les mots
                             filent
                                          défilent
et défient les fêlures
les mots échos sons purs
se répondent
immo­biles

 

mots fra­giles                          ou secousses
cas­cades
étreintes
épieux
mots sons
images
temps
lieux
verbe attire et repousse

inter­jecte ou écoute

de la phrase au pho­nème
les                  mots               qu’on              sait                  qu’on              aime
mots
tom­bés
goutte à goutte

 

 

Fragments

 

 

Dans le silence cra­que­lé des corps
qui se pressent, engour­dis
dans la fêlure d’une nuit plus claire que le jour
au drap qui retombe len­te­ment

le moment paraît et s’installe

plein de ce mur­mure déli­cat qui déchire la chair
d’un vent muet qui s’entête
per­du

le blanc devient absence
sur­di­té, mutisme de l’hiver, replié sur lui-même
le cri même a givré dans les gorges rou­gies
sans per­cer

c’est l’instant plein d’incomplet
d’à-peu-près, de retard et d’oubli
juste la seconde
qui saute un temps
puis qui se fige
sans rai­son sans parole – inache­vée.

 

Mots croisés

 

les mots cra­quèlent                à ma por­tée                phrase hési­tée                        les mots s’emmêlent

à demi né                                le verbe frêle               ni son ni sel                            tou­jours par­ler

les mots s’enterrent               demi rêvé                    prêts à cre­ver                         les mots dans l’air

vers bégayé                            le verbe espère           ni sang ni fer                          recom­men­cer

X