Trois poèmes de Yin Xiaoyuan

Par |2021-11-06T15:49:19+01:00 6 novembre 2021|Catégories : Essais & Chroniques, Yin Xiaoyuan|

Yin Xiaoyuan, poète mil­i­tante  au sein du mou­ve­ment qu’elle a fondé pour une lit­téra­ture qui tran­scende les gen­res, ani­me aus­si l’EPS  « Ency­clo­pe­dic Poet­ry School », créé par elle en 2017. Elle fédère un groupe dynamique de jeunes poètes chi­nois à l’origine de nom­breuses actions inter­na­tionales,  qui pro­pose de nou­veaux par­a­digmes pour le mélange des gen­res ample­ment ouvert aux cul­tures inter­na­tionales, trans­for­mant  l’écriture par des jux­ta­po­si­tions lin­guis­tiques acro­ba­tiques, l’introduction de sujets sci­en­tifiques inno­vants, de références à des sub-cul­tures var­iées (rock, rap, jeux vidéos…), des emprunts lin­guis­tiques (Yin Xiaoyuan est aus­si poly­glotte et tra­duc­trice) et des thé­ma­tiques his­toriques bous­culées par des  représen­ta­tions éton­nantes et non linéaires de la réal­ité, prom­enant le lecteur d’un loin­tain passé anté-his­torique à des spécu­la­tions sur un futur de sci­ence-fic­tion. Un ensem­ble, traduit par Mar­i­lyne Bertonci­ni, a été pub­lié ici sous le titre “Les Mys­tère d’Elche”

∗∗∗

 

Trois poèmes de Yin Xiaoyuan

 

Tra­duc­tion Cécile Ouhmani

Cen­tripetal Force

The city, in the dis­tant gold­en jun­gle of a mag­nif­i­cent sunset,
Now radi­at­ing light, now gliding
Below zero. A coast road against faint streaks of dawn is a sym­bol of
The elapse of time. Mine dig­gers in cot­ton or linen
Passed by, bas­ket on shoulder, 

 Bar­ing their birch-hued teeth. Whirring wheels under­neath you
In whiffs of zephyr, were like bulls in
A field of wheat. A pat of but­ter, and a flask of tea tree oil
Were what you car­ried in your pock­et, to sooth the mock­ing axis,
When you flipped dust of all things off

From your leather gauntlets. ‘Her jew­el­ry and glances are as old as
Roots of banyan trees. Through a worm­hole she com­mu­ni­cates with the city
Three hun­dred years ago…’ Bizarre songs they sang.
You found­ed your­self still. Fall­en leaves rolled up 
When you low­ered your ride, and tilt­ed laterally
So it became a fire-breath­ing but­ter­fly, going to war,
Which you reined back from a cliff,
Hoofs in air.

 

Force cen­tripète

La ville, loin dans la jun­gle d’or d’un couchant magnifique,
Ray­onne de lumière et glisse
En-dessous de zéro. Une route côtière, quelques touch­es d’aube, sym­bole du
Du temps qui passe. Des mineurs en coton ou en lin,
leur panier sur l’épaule,

Leurs dents couleur de bouleau. Les roues bruissent
Dans la brise, des buf­fles dans
Une riz­ière. Une noix de beurre, et une fiole d’huile d’arbre à thé
Dans ta poche, pour apais­er l’axe de la roue
Quand tu sec­oues la pous­sière des choses

Avec tes gants de cuir. « Ses bijoux et ses regards sont vieux comme
Les racines des banyans. Par le trou d’un ver elle com­mu­nique avec a ville
D’il y a trois cents ans… » Ils chantent des chants étranges.
Tu restes calme. Des feuilles tombent et tournoient.

Tu t’es cour­bée avant de bas­culer sur le côté,
Alors un papil­lon de feu est par­ti en guerre
Tu l’as retenu au bord de la falaise,
Sabots en l’air.

 

 

 

 

 

 

 

∗∗∗

Quan­tum Walk

Man with [gin­ger-hued fingers][standard bio­log­i­cal clock][recluse mind][decrepit lungs] Man with [jade-hued fingers][Oversped bio­log­i­cal clock][moderate mind][fresh lungs] Man with [jade-hued fingers][disordered bio­log­i­cal clock][fractured mind][stout lungs]

HE for­mu­lat­ed them as above until the scar­let scrawl zigzagged
Beyond the ever-stretch­ing wall, while between the curves he remarked  
In small­er font size: ‘Only for ref­er­ence as gen­der-spe­cif­ic samples,’
Applied equal­ly to females, even humans in pre­ced­ing or sub­se­quent his­tor­i­cal stages.’ Quan­ta with­out features

Lon­gan-shaped-skulled ones, swirling blind, tak­ing in wisps of smoke, and aro­ma of wheat
Then dis­solved into dif­fer­en­ti­at­ed data. ‘Appear­ing like rolling date code stamp,
They formed dig­its of var­i­ous numer­als, with inher­ent DNA frag­ments with­in,  
Snaky bones (almost phe­nom­e­nal), and got the label
‘Super­posed State’. Braid­ed into a bina­ry plait

Thin and diaphanous, sus­pend­ed vertically,
They bid­ed their time. Lat­er claimed to be shaped like spin­ning tops
Instead of coins with heads and tails. They dis­en­tan­gled themselves
Into dif­fer­ent posi­tions. This time they were observed

On a two-dimen­sioned basis. hon­ey­comb pat­tern in the bulls­eye – men in [equi­lib­ri­um state] 9 Points- men in [par­tic­u­lar states] 7 & 8 Points- men bare­ly classed as [exist­ing] 2 to 6 Points- all men known to us

 

Prom­e­nade quantique

Un homme avec [des doigts couleur de gingembre][une hor­loge biologique standard][l’esprit d’un reclus][des poumons décrépits] Un homme avec [des doigts couleur de jade][une hor­loge biologique en surrégime][un esprit moyen][des poumons jeunes] Un homme avec [des doigts couleur de jade][une hor­loge biologique en désor­dre] [un esprit dérangé][des poumons forts]

Il les a for­mulés comme ci-dessus jusqu’à ce que zigzague le grif­fon­nage écarlate
Au-delà du mur qui s’étirait tou­jours plus, pen­dant qu’entre les courbes il notait
Dans une police de taille plus petite : « Seule­ment comme référence d’échantillons spé­ci­fiques à chaque genre, »
Appliquée indif­férem­ment aux femmes, même aux humains à des stades his­toriques précé­dents ou ultérieurs. » Des quan­ta sans traits

Avec des crânes en forme de lon­gane, tour­bil­lon­nant à l’aveuglette, absorbant des volutes de fumée, et une odeur de blé
Se sont ensuite dis­sous dans des don­nées dif­féren­ciées. « Sous l’apparence d’un cachet du code de date mobile
Ils for­maient les chiffres de nom­bres var­iés, avec les frag­ments d’ADN inhérents à l’intérieur,
Des os sin­ueux (presque phénomé­naux), et obte­naient l’étiquette
« État super­posé ». Tressés en une nat­te binaire

Fine et diaphane, sus­pendue verticalement,
Ils attendaient leur heure. Affir­mèrent plus tard être for­més comme des toupies
Au lieu de pièces avec un côté pile et un côté face. Ils se démêlaient
Et pre­naient dif­férentes posi­tions. Cette fois ils étaient observés

 Sur une base à deux dimen­sions, avec un motif octog­o­nal dans le mille – des hommes en[état d’équilibre] 9 Points- des hommes dans [des états par­ti­c­uliers] 7 & 8 Points- des hommes à peine class­es comme [exis­tants] 2 à 6 Points- tous les hommes con­nus de nous

 

 

 

∗∗∗

Ode to Prime Numbers

    Your name is ‘le seul’.
    Unde­con­structible, and enig­mat­i­cal­ly unyielding.
    As straight as a feath­er, vivid­ly white as well, is the frag­ment of bone in the depth of entwined source codes. You nev­er know since when the lips of the cognoscen­ti start­ed test­ing on you: They longed to know how the flut­ter­ing sequences of bina­ry num­bers smell, which scin­til­late between pos­i­tive and neg­a­tive infin­i­ty. Ambery? Or just intox­i­cat­ing­ly oriental?
    Their coarse­ness ham­pered their for­lorn attempt to reach you; their lust to dis­as­sem­ble left them noth­ing but despair and dirty, worn gloves.
   Just as what Alphonse de Poli­gnac once said: There is a mir­ror image of you in the fath­om­less uni­verse, for­ev­er 2 degrees apart from where you are locat­ed. You almost felt her some­times… You have spared no vision or hear­ing in your explorato­ry search for her: yet you sank into an ocean of mol­e­cules — banal repli­cas of one anoth­er, and then a moor of dou­ble helix­es bloom­ing and with­er­ing ephemer­al­ly. All you could see is wav­ing hyphae, stretch­ing along fis­sures between clus­ters of stars, whose glim­mers tast­ed so antique­ly astringent!
    You were cho­sen out of all oth­ers since you were a ripe embryo. Time-rough­ened hands with sophis­ti­cate calm­ness, combed through and smoothed out ker­nels of corn, like what Fate did to cen­til­lion bytes of data. The blaz­ing ibis from the east con­de­scend­ed to them like a flash of wis­dom –- devout­ly before her they win­nowed away chaff and dust, while you clung to the cen­ter of the giant mesh, like a rare but­ter­fly… They let you nes­tle up among their fin­gers, held you to the light and mur­mured with a Mediter­ranean accent: “Ciao!”   
    The streets that have sup­plied you with all col­ors and sounds of life are in a par­al­lel sys­tem to theirs. When you saunter down to the sea­side, hands in pock­ets, local peo­ple approach­ing you with buck­ets of olives and sar­dines can not actu­al­ly meet you, as if you were walk­ing past this place at dif­fer­ent times of a day. They indulge in their neon nights while you embrace your sap­phire days. Grad­u­al­ly you turn from strangers to danc­ing part­ners, lovers and then rivals, in the rev­el­ry of dark­ness!  
    Growth curves of every­thing are invis­i­ble but to the stars: they appear as emer­ald waves, ris­ing from fee­ble­ness to robust­ness, soar­ing mar­velous­ly, and then plung­ing, increas­ing­ly close to zero. Just as what the fre­quen­cy of prime num­bers reveals, they end up in decay as you end up in soli­tude. You are des­tined to be the last celes­tial body over sev­en thou­sand miles of graveyards.
    [Voiceover 1] when you glanced away beyond tracks of time, sud­den­ly he came into view, emerg­ing from under­neath sur­face of the ethe­re­al, gleam­ing with vig­or and tenac­i­ty. Those attrib­ut­es of his do not per­ish with the body, or even with the soul. He is incar­nat­ed every­where, in weath­er, ener­gy, and even Zen. A roots-stems-leaves the­o­ry could nev­er demys­ti­fy the ori­gin of him or the canopy above, which could be traced back to Hadean time.
    [Voiceover 2] Com­pared to the entire his­to­ry of time, phan­tas­magoric voic­es rustling through those lines are noth­ing but drops of liq­uid in vas­cu­lar bun­dles of the uni­verse. Ears which hear them would turn away shy­ly like autumn leaves. When there drip out mer­cury, who­ev­er its sound reach­es will be doomed.
     [Voiceover 3] It has been kept secret, that the Fate of human race had been long pre­dict­ed, by the final scale the con­vex menis­cus rose to.

Ode aux nom­bres premiers

      Votre nom est « le seul ».
      Impos­si­ble à décon­stru­ire et énig­ma­tique­ment inflexible.
      Aus­si droit qu’une plume, et d’un blanc vif, le frag­ment d’os dans la pro­fondeur de codes sources entrelacés. Tu ne sais jamais quand les lèvres des experts ont com­mencé à te tester : Ils brûlaient de savoir ce que sen­tent les séquences mou­vantes de chiffres binaires, qui scin­til­lent entre l’infini posi­tif et négatif. L’ambre ? Ou juste un par­fum ori­en­tal qui vous monte à la tête ?
       Leur rugosité gênait leur ten­ta­tive sans espoir de t’atteindre ; leur ardent désir de se défaire ne leur lais­sait que le dés­espoir et des gants sales et usés.
      Comme Alphonse de Poli­gnac l’a dit une fois : Il y a une image miroir de toi dans l’univers sans fond, tou­jours à deux degrés d’où tu te trou­ves. Tu l’as presque éprou­vée par­fois… Tu n’as épargné ni vision ni écoute dans ta quête exploratoire pour la retrou­ver : pour­tant tu as som­bré dans un océan de molécules – des répliques banales des unes et des autres, et puis une éten­due de dou­bles hélices fleuris­sant et se desséchant de façon fugace. Tout ce que tu voy­ais était de l’hyphe qui ondoy­ait, s’étendait le long de fis­sures entre des amas d’étoiles dont les lueurs avaient un goût ancien et âpre !
      Tu as été choisi par­mi tous les autres parce que tu étais un embry­on à matu­rité. Des mains endur­cies par le temps et d’un calme sophis­tiqué, dégageaient des grains de blé en peignant et en lis­sant, comme le Des­tin l’a fait pour des quin­til­lions d’octets de don­nées. L’ibis flam­boy­ant venu de l’Est s’est incliné devant eux tel un éclair de sagesse – devant elle, ils ont dévote­ment séparé la balle et la pous­sière, pen­dant que tu t’accrochais au cen­tre du filet géant, comme un papil­lon rare… Ils t’ont lais­sé te blot­tir entre leurs doigts, t’ont tenu à la lumière et mur­muré avec un accent méditer­ranéen : « Ciao ! »
       Les rues qui t’ont fourni toutes les couleurs et les bruits de la vie sont un sys­tème par­al­lèle au leur. Quand tu flânes jusqu’au bord de mer, les mains dans les poches, les gens du pays qui s’approchent de toi avec des seaux d’olives et de sar­dines ne peu­vent pas vrai­ment te ren­con­tr­er, comme si tu pas­sais cet endroit à dif­férents moments de la journée. Ils se font plaisir avec leurs nuits de néon pen­dant que tu embrass­es tes journées de saphir. Petit à petit tu les trans­formes d’étrangers en parte­naires de danse, d’amants en rivaux, dans les fes­tiv­ités de l’ombre !
      Les courbes de crois­sance sont invis­i­bles sauf aux étoiles : elles appa­rais­sent comme des ondes émer­audes, qui s’amplifient, faibles puis robustes, s’essorent à mer­veille, et puis plon­gent, de plus en plus proche de zéro. Exacte­ment comme ce que révèle la fréquence des nom­bres pre­miers, elles ter­mi­nent dans le déclin comme tu ter­mines dans la soli­tude. Tu es voué à être le dernier corps céleste sur sept mille miles de cimetières.
      [Voix off 1] quand tu as jeté un coup d’œil au-delà des traces du temps, il est soudain apparu sous la sur­face de l’éther, luisant de vigueur et de ténac­ité. Ces attrib­uts qui sont les siens ne péris­sent pas avec le corps, ni même avec l’âme. Il est incar­né partout, dans le cli­mat, l’énergie et même le Zen. Une théorie racines-tiges-feuilles ne pour­rait jamais démys­ti­fi­er son orig­ine ni la canopée au-dessus de lui, qui pour­rait remon­ter à l’époque hadéenne.
      [Voix off 2] Com­parées à l’histoire entière du temps, les voix fan­tas­magoriques qui bruis­sent à tra­vers ces lignes ne sont rien que des gouttes de liq­uide dans les fais­ceaux vas­cu­laires de l’univers. Les oreilles qui les enten­dent se détourn­eraient timide­ment comme des feuilles d’automne. Quand du mer­cure s’égoutte, quiconque en entend le bruit sera damné.
      [Voix off 3] Il a été tenu secret que le Des­tin de la race humaine a été prévu de longue date, selon l’échelle finale du ménisque convexe.

 

 

Pour en savoir plus sur Yin Xiaoyuan , l’ar­ti­cle de Mar­i­lyne Bertonci­ni : Yin Xiaoyuan : Les Mys­tères d’Elche

Présentation de l’auteur

Yin Xiaoyuan

Yin Xiaoyuan(Yīn Xiǎoyuán, “殷晓媛” in Chi­nese) est un poète épique avant-gardiste  et mélant les gen­res,  ain­si qu’un écrivain mul­ti­lingue, fon­da­teur de l’En­cy­clo­pe­dic Poet­ry School (est.2007), ini­ti­a­teur d’un mou­ve­ment d’écri­t­ure qui tran­scende les gen­res,   et rédac­teur en chef de la Déc­la­ra­tion d’écri­t­ure ‘her­maph­ro­dite”, rédac­teur en chef et con­cep­teur visuel de “Ency­clo­pe­dic Poet­ry School AI Paper­cube “(Édi­tion Spé­ciale 10e Anniver­saire),” 12e Anniver­saire Poésie Pho­togra­phie╳ Album Man­u­scrits “et” Annu­aire 2020: Poésie Pho­togra­phie “, réal­isa­teur et con­cep­teur visuel de” 12ème Anniver­saire Poésie Set­Tea Deluxe Gift Set “et” 12th Anniver­sary Com­mem­o­ra­tive Medal­lions ” “. Elle dirige égale­ment “Ency­clo­pe­dic Poet­ry School Cre­ative Writ­ing & Inte­grat­ed Art Work­shop”, dont les mem­bres com­pren­nent des poètes, des écrivains, des dra­maturges, des musi­ciens et des artistes visuels / instal­la­tion / pho­togra­phie / calligraphie.

Yin Xiaoyuan est diplômé de l’U­ni­ver­sité des études inter­na­tionales de Pékin. Elle est mem­bre de l’Association des écrivains de Chine, de l’Association des tra­duc­teurs de Chine et du Poet­ry Insti­tute of Chi­na. Elle a pub­lié 11 livres, dont 5 antholo­gies de poésie: Ephemer­al Mem­o­ries (Dazhong lit­er­a­ture & art pub­lish­ing, 2010), Beyond the Tzolk’in (Chi­na Fed­er­a­tion of Lit­er­ary and Art Pub­lish­ing House, 2013), Avant-garde Tril­o­gy (Tuan­jie Pub­lish­ing House, 2015 ), Agent d’ense­mence­ment des nuages ​​(Ency­clo­pe­dic Poet­ry School ‘10th Anniver­sary Series) (Beiyue Lit­er­a­ture & Art Pub­lish­ing House, 2017), et Cloud Seed­ing Agent (Piny­on Pub­lish­ing, États-Unis); et 6 tra­duc­tions, dont The Ruby in Her Navel (Tsinghua Uni­ver­si­ty Press, 2014) du lau­réat du prix Book­er Bar­ry Unsworth, une tra­duc­tion de l’an­tholo­gie de poésie con­tem­po­raine de poète / artiste new-yorkais Bill Wolak Devenir une riv­ière (New Fer­al, 2018), deux romans de Japon­ais et une antholo­gie de haïku. TVPetrusenko, chef du départe­ment des acqui­si­tions, Bib­lio­thèque nationale de Russie, a qual­i­fié les œuvres de l’En­cy­clo­pe­dic Poet­ry School de “nou­velle ten­dance de la poésie chi­noise con­tem­po­raine” et Glen­nys Reyes Tapia, chef du départe­ment des col­lec­tions, BNPHU, les a décrites comme “un tré­sor bib­li­ographique”. de leur cul­ture (chi­noise) “.

Elle a écrit 18 épopées (ce qui représente un total de 70 000 lignes) et 24 vol­umes de poèmes encyclopédiques.

Ses œuvres ont été écrites en chi­nois, anglais, japon­ais, alle­mand et français et traduites en ital­ien, espag­nol, français, por­tu­gais, gali­cien, finnois, estonien, russe, ben­gali et bul­gare, pub­liées au pays et à l’é­tranger. Elle coopère avec plus de 100 poètes con­tem­po­rains aux États-Unis, au Roy­aume-Uni, en Suède, en Irlande, en Aus­tralie, en Espagne, au Por­tu­gal, en Russie, en Alle­magne, en France, en Fin­lande, au Cana­da, en Argen­tine, au Japon, en Inde, en Estonie, à Cuba, au Hon­duras, en Colom­bie, au Chili, en Bul­gar­ie , Bolivie et Equa­teur, etc.

Elle a voy­agé à tra­vers la Chine par ses pro­pres mon­tagnes dif­fi­ciles, notam­ment le mont Huang, le mont Hua, le mont Heng (Hunan) et le mont Tai, qu’elle a som­més à pied.

 

Epics by Yin Xiaoyuan:

Avant-garde Tril­o­gy (前沿三部曲in Chi­nese):

Nephoretic­u­lum (《云心枢》in Chi­nese)

Polysom­nus (《多相睡眠》in Chinese)

Ennead­i­men­sion­nalite (《九次元》in Chinese)

 

Wind Rose Sede­col­o­gy (风能玫瑰十六传奇in Chinese):

Iki of Bashō, Wabi of Mura­masa (《武芭蕉,雌村正》in Chinese)

Seep­ra­land (《锡璞拉群岛战纪》in Chinese)

Wind Quencher (《止风之心》in Chi­nese)

Hanoi Tow­er (《汉诺塔》in Chinese)

Turkana (《图尔卡纳》in Chinese)

la Byzan­tine(《拜占庭野心》in Chi­nese), 

Dop­pel­ganger Duet(《自他体二重唱》in Chi­nese), 

Lap­land Blood-soaked(《血沃拉普兰》in Chi­nese),

The Space-time Opti­miza­tion Bureau(《时空优化署》in Chi­nese), 

The Dis­ap­pear­ance with­in Ata­ca­ma (《盐湖疑踪》in Chinese),

Twin Flames(《双生火焰》).

 

 

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Yin Xiaoyuan : Les Mystères d’Elche

Yin Xiaoyuan, poète mil­i­tante  au sein du mou­ve­ment qu’elle a fondé pour une lit­téra­ture qui tran­scende les gen­res, ani­me aus­si l’EPS  « Ency­clo­pe­dic Poet­ry School », créé par elle en 2017. Elle fédère […]

Trois poèmes de Yin Xiaoyuan

Yin Xiaoyuan, poète mil­i­tante  au sein du mou­ve­ment qu’elle a fondé pour une lit­téra­ture qui tran­scende les gen­res, ani­me aus­si l’EPS  « Ency­clo­pe­dic Poet­ry School », créé par elle en 2017. Elle fédère […]

Aller en haut