> 2 poems /​ 2 poèmes

2 poems /​ 2 poèmes

Par | 2018-02-20T14:26:04+00:00 31 octobre 2016|Catégories : Blog|

 

A Dosage of Diminishing Returns

                      Maybe all one can do is hope to end up with the right regrets

                                                                                                 Arthur Miller

 

I’ve jui­ced of my years a curious patch­work –

a dosage of dimi­ni­shing returns. I am anther

 

eye­bal­ling the habit of a Kentia Palm

addict in breeze. For it’s sema­phore

 

of green swells with pro­gres­sive ideas. Telling

how a hou­se­plant does this. With ease, it says hang

 

on, sta­men – watch these fronds blow a shape of hips

in sculp­ting gusts. It says glass.

 

It shouts woman. It

carves a man­go out

 

shar­ply from its wind-swept savoir-faire and tumbles them to shore

up a peni­ten­tial fruc­tose you can’t undo. It says dee­per

 

at my end how I will live

sweet among­st the artists of post-Gauguin

 

Tahiti and must allow paci­fic winds to disin­fect

my age. My bee. I watch the oceans keep.

 

 

*

 

 

UNE POSOLOGIE DE RETOURS DECROISSANTS

                                 Peut-être qu’on peut seule­ment espé­rer de finir avec les bons regrets. 

                                                                                                                        Arthur Miller

 

J’ai fait de ma vie un étrange assem­blage –

une poso­lo­gie de retours décrois­sants. Je suis anthère

 

relu­quant ce que fait un pal­mier Kentia

accro à la brise. Car c’est un séma­phore

 

de houles vertes aux idées pro­gres­sistes. Racontant

com­ment s’y prend une plante d’intérieur. Avec dou­ceur, elle dit atten­dez

 

voir, éta­mines – regar­dez ces frondes souf­fler une forme de hanches

en rafales sculp­tantes. Elle dit verre.

 

Elle crie femme. Elle

sculpte une mangue en mor­ceaux

 

Brusquement avec son savoir-faire bat­tu de vent et les jette pour

étayer un indé­fec­tible fruc­tose péni­ten­tiel. Elle dit encore plus bas

 

à la fin com­ment je vivrai

tout doux par­mi les artistes post-gau­guin

 

à Tahiti, et je devrai auto­ri­ser les vents du Pacifique à dés­in­fec­ter

mon âge. Sang doute 1. Je contemple les fonds marins.

 

 

 

*

 

 

Are You Ready to Go Superfast ?

                   Osteospermum jucun­dum

 

to be with the dan­cing women

cose­cants of how their diet pops

 

wet mimeo­graphs is to be orga­ni­sed just off

the gra­vi­tas of ear­ly jit­ter­bugs

 

stems and ear­lier still

pea­hen down to por­trait calm and votes

 

their faire frou frou

to fly and woo as tai

 

babi­lo­nia twis­ting there a cala­tra­va

can­ti­le­ve­red onto stamps in para­guay

 

the tele­pho­ny of english but­ter

say or our ape­ri­tif of snow­bank

 

are you rea­dy to go super­fast

on de beers the carat of mas­sa­chu­setts

to be with the dan­cing women is sin­geing weed boy

george s wind up

 

cha­me­leon2 and it s so meteo­ric why the afri­can

coast­line resem­bling a lla­ma s head

 

sip bent for antarc­tic ice

skates the reti­na of lake

 

vic­to­ria you re a dai­sy if you do 3

 

 

 

*

 

 

 

Tu es prêt à aller super vite ?

                      Osteo sper­mum jucun­dum

 

être avec les femmes qui dansent
cosé­cantes de la façon dont leur light soda fait pop !

 

d’humides sten­cils c’est être ins­tal­lé juste en marge
de la digni­té des pre­miers swings endia­blés

 

de tiges et avant encore
ce duvet de paon qui imite le calme qui adopte

 

leur frou-frou fou
volant flir­tant comme la

 

baby­lone tai se tor­tillant là un cala­tra­va
en porte-à-faux sur des timbres au para­guay

 

le chic bidon du beurre anglais
disons ou notre apé­ri­tif aux gla­çons de congère

 

es-tu prêt à aller super vite
sur de beers le carat du mas­sa­chu­setts

 

être avec les femmes qui dansent c’est cra­mer l’herbe
la fin du camé­léon

 

de boy george c’est ful­gu­rant aus­si c’est pour­quoi en afrique
le rivage tel une tête de lama

 

sirote pen­ché sur l’antartique sa glace
patine sur la rétine du lac

 

vic­to­ria quelle crème tu es si tu le fais

 

— —  —  —  —  —  — –

Notes

 

1My bee – jeu de mot sur la pro­non­cia­tion de ”maybe” avec l’accent aus­tra­lien

2 Cette image ren­voie autant au suc­cès musi­cal des années 80, Karma Chameleon de Boy George, qu’à la varia­bi­li­té de cou­leur de cet ani­mal.

 

3Réplique culte du per­son­nage de Doc Holiday dans le film Tombstone (1993), terme à la mode aux alen­tours de 1870, où il signi­fie “être excep­tion­nel” – pra­ti­que­ment intra­dui­sible, car lié aus­si au thème flo­ral du poème, annon­cé par l’osteospermum, ou “mar­gue­rite du Cap”

 

entretien avec l’auteur à lire ici :https://www.recoursaupoeme.fr/essais-chroniques/ping-pong-deux-po%C3%A8mes-et-un-entretien-avec-kent-mac-carter/marilyne-bertoncini

Sommaires