> 4 poèmes

4 poèmes

Par | 2018-02-22T06:00:22+00:00 1 octobre 2016|Catégories : Blog|

Souvenir

 

 

 

Notre maî­tresse qui d’un oiseau orne sa robe,
nous dit que les équa­tions
avaient sou­dai­ne­ment dis­pa­ru de sa tête,
quand elle se bai­gnait dans la mer.
Une élève dit : peut-être ont-elles été man­gées
par des pois­sons,
et nous dîmes tous : peut-être, peut-être…
Avec un long peigne que le vent lui ten­dit,
la maî­tresse se fit une raie au milieu des che­veux,
Mais faites atten­tion, nous dit-elle,
celui d’entre vous qui applau­dit plus qu’il ne faut,
sera accu­lé à tour­ner sept fois
autour du fou qui dort
à côté de la sta­tion d’essence.

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Éventail

 

 

 

Reste à la mai­son, il n’y a rien de nou­veau
dehors !
Ou alors vou­drais-tu sor­tir pour voir le vieux fou
contem­pler dans un nuage-miroir
sa moi­tié de visage pré­fé­rée ?
Ou serait-ce plu­tôt pour prendre une der­nière pho­to
de ton pauvre éven­tail dont les os se sont rom­pus,
lorsque tu l’as jeté dehors, ô cruel,
ô fos­soyeur de bou­teilles vides ?
Ainsi me par­la le spectre d’Ophélie
alors que je me diri­geais vers la porte,
alors que de loin m’arrivait le rou­cou­le­ment
de pigeons de vin !

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Maintenant, je suis au vil­lage

 

 

 

Maintenant, je suis au vil­lage de grand-père,
assis sur mes talons sous le mur de la petite mos­quée déla­brée,
autour de laquelle pendent
quelques figues de bar­ba­rie.
Il y a, près de moi, des chiens qui font la sieste à l’ombre
d’une grande botte de foin,
pen­dant que le groupe de joueurs de cartes
parle, sous un arbre,
der­rière la mos­quée,
à voix basse et ten­due,
d’Abdeslam, le ven­deur de kif,
arrê­té le matin même par les gen­darmes,
et des éclairs qui éma­naient de ses che­veux blancs
sous l’effet d’une peur panique,
ou d’une grande ran­cune.
Moi aus­si, un jour, j’ai mis mon petit che­val en jeu :
alors des airs de jazz s’élevèrent
dans mon oreille droite,
et dans la gauche, on enten­dait des for­ge­rons
qui mar­te­laient des fers à che­val, et j’ai per­du
le petit che­val…
Et me voi­là sous ce mur,
conti­nuant la lec­ture d’un roman.
Mais qu’est-ce qu’il est effrayant, ce roman !
et qu’ils y sont en grand nombre
les morts assas­si­nés !

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Dans la fleur de l’âge

 

 

 

Par affec­tion, nous ne réveillâmes point
les larmes éten­dues
près de nos deux têtes,
et à chaque fois que l’insomnie attei­gnait
le som­met des mon­tagnes,
nous pour­voyions les ruis­seaux affai­blis
de mélo­dies
et de tran­quilli­sants.
Nous étions alors dans la fleur de l’âge,
mais dès qu’on a ins­tal­lé des tentes,
pour accueillir les bébés errants,
des oiseaux nous pous­sèrent
vers la soixan­taine.
Un oiseau s’était mêlé à tes mur­mures,
puis s’envola et nos yeux avec,
alors nous ne pûmes sai­sir de lui
qu’un bat­te­ment d’ailes !
Néanmoins, nous les récu­pé­re­rons, nos yeux,
quand ils tom­be­ront avec la neige,
un matin d’hiver
meilleur que mille mois !

 

 

 

 

Poèmes écrits ori­gi­nel­le­ment en arabe, et tra­duits par l’auteur.

4 poèmes

Par | 2018-02-22T06:00:22+00:00 13 septembre 2015|Catégories : Blog|

 

à l’heure où l’air
ne sent plus rien
que le pouls est
sur un bateau à
faire vibrer la voile
tout est à apla­nir
à raser très lent
plus régu­lier qu’un
train au départ du
bout du monde et
à des­ti­na­tion de
l’autre bout du
monde

les kilo­mètres

der­rière la vitre
des voyages seul
avec pour unique
bagage une plaie
à refer­mer dans
un com­par­ti­ment
prêt à ima­gi­ner

toute sa vie durant

 

 

***

 

 

il faut se refaire au goût
des visions impo­sées là
devant nous muettes de
façon à jouer avec sans
tou­jours bien les voir se
mur­ger de cime­tières où
les cadavres sont béats
le ciel et son chi­gnon gris
a son tablier de grand
-mère appli­quée à écra­ser
la soupe à pen­ser invi­sible
dans les légumes apla­tis
le jus des songes passe
les morts parlent sous le
toit et la coiffe de tra­vers
se remet­tra toute seule de
ses émo­tions du matin une
suie tenace à la place du
cœur que les bocaux sur
l’étage font trem­bler des
cils et des mains froides

 

***

 

les ombres arrivent à leur terme
et c’est tou­jours très lent de sen­tir
leur dis­pa­ri­tion parce qu’elle
s’accompagne de traces sur les
murs que réveillé il fau­dra oublier
cha­cun pour soi en étant ensemble
les figu­rines par­tout dans le silence
rap­pellent les jeux d’enfant que nous
inven­tions parce que nous avions
peur de deve­nir des adultes effi­caces
guer­riers un flingue à la place des mots
des rots en guise de mer­ci de cris pour
signi­fier la marée haute tel­le­ment haute
que les bai­gneurs péris­saient en lisant leur
jour­nal absor­bés par l’actualité ter­restre
la météo du vent et pour­tant l’apocalypse
ils n’y pen­saient pas comme ça tran­quilles
seule­ment en trin­quant entre amis sur la
plage où les châ­teaux atten­daient d’être
pris en pho­to avec les pelles et les sceaux

 

***

 

le bois se casse
dans les yeux du
vieillard seul là
assis habillé sans
effet ni sou­rire
la tête déjà par­tie
les mains fati­guées
cra­quant l’horizon
à la moindre pen­sée
qu’il vou­drait ne plus
avoir : elle l’empêche
de se lever mal dor­mi
il se pré­pare à res­ter
sur sa chaise : sait que
debout ce sera pire
il aura envie de
s’asseoir à nou­veau
devant sa table à la
toile cirée silen­cieuse
et effrayante avec ses
cou­leurs que lui n’a
plus depuis long­temps
mais qu’il subi­ra encore
faute de pou­voir en créer
de nou­velles pour la vie
il sent cou­rir sur les
gan­glions de ses fleurs
sèches la rai­deur du vase

 

4 poèmes

Par | 2018-02-22T06:00:22+00:00 10 mai 2015|Catégories : Blog|

 

PLATA FUNDIDA

Cuando el vien­to y el mar
Los deja­ron atrás
La gente del mar
Los alqui­mis­tas secre­tos
En las cue­vas
Sobre las orillas
Bajo la ciu­dad pro­fun­di­za­ron…
recor­da­ron
el fue­go este­lar
donde
fun­di­da
La pla­ta
Se depo­sitó día a día
En sus manos
De la que se escapó
el pez.

 

 

Argent fon­du

   Lorsque le vent et la mer
   les lais­sèrent loin en arrière,
   les hommes de la mer,
   les alchi­mistes secrets
   creu­sèrent sous la ville
   dans les grottes,
   sur les plages.
   Ils se rap­pe­lèrent
   le feu stel­laire
   où l'argent fon­du
   se dépo­sa jour après jour
   dans leurs mains
   et d'où s'échappa le pois­son.

 

 

 

ТОПЕЊЕ  СРЕБРО      /​ Argent fon­du

 

                           Зад себе
   Ветрот и морето
   кога ги оставија
   Луѓето од морето
   Тајните алхемичари
   во пештерите
   на Брегот под градот
               навлегоа
               И зедоа по сеќавање
   на оган од ѕвезди
   да го топат
   Среброто
   што со денови им се таложеше
   во рацете
   низ кои им бегаа
   Рибите.

***

 

 

Mar Desierto
(Amenaza)

¿A quien estás ame­na­zan­do
mar
lle­no de agua y amar­gu­ra ? 

Tú eres
un desier­to de agua
para un camel­le­ro pobre
y seco.

 

 

Mer – Désert
     ( Menace )

   Mer, qui menaces-tu,
   toi emplie d'eau et d'amertume ?

   Tu es
   un désert d'eau
   pour un cha­me­lier
   pauvre et des­sé­ché.

 

 

МОРСКА  ПУСТИНА      /​ Mer – Désert

/​ Закана/​        ( Menace )

На кого му се закануваш
Море
од вода и горчина
Пресито.

Ти само
Пустина си од вода
За камилар еден
беден

и жеден.

***

 

Torre Derribada
(Cruce de cami­nos)

Primero,
los pája­ros la deja­ron.
Después,
los cami­nos la rodea­ron
y los via­je­ros
la denun­cia­ron como un mal pre­sa­gio.

Y cuan­do el sol
empezó a pasar por su lado,
la Torre mal­di­jo,
sus cimien­tos,
y empezó a llo­rar
lágri­mas de pie­dra
y su cie­lo lar­go cabel­lo
empezó a arran­car
cru­zan­do
la his­to­ria
de su desa­pa­ri­ción
empe­za­da
con la muerte del cor­de­ro
en el cimien­to.

 

 

Tour abat­tue
( Croisée des che­mins )

   D'abord
   les oiseaux l'abandonnèrent.
   Ensuite
   les che­mins l'encerclèrent
   et les voya­geurs
   la dénon­cèrent comme un mau­vais pré­sage.

   Et quand le soleil
   com­men­ça à pas­ser
   à côté d'elle,
   la tour mau­dit
   ses ori­gines
   et se mit à pleu­rer
   des larmes de pierre

  
   et elle com­men­ça à arra­cher
   le ciel, cette longue che­ve­lure,
   croi­sant
   l'histoire
   de sa dis­pa­ri­tion
   débu­tée
   avec la mort de l'agneau
   dans ses fon­da­tions.

 

 

Tour abat­tue

(Распаќе) ( Croisée des che­mins )
         
   Прво
   птиците ја напуштија
   Потоа патиштата
   ја заобиколија а патниците
  за лош  знак ја прогласија

  А кога Сонцето
  фати да ја одминува
  Кулата си ги проколна
  темелите
  и почна камени солзи
  да рони
  И небесните свои почна
  да ги кубе коси
  Проколнувајќи ја
  историјата
  на своето исчезнување
  отпочнато уште
  со смртта на јагнето во
  Темелите.

 

***

 

Fatiga

No olvi­da­ré el relám­pa­go, la golon­dri­na.
La feroz yegua, los semen­tales blan­cos, la silla de mon­tar.
No olvi­da­ré tu intoxi­cante pen­sa­mien­to, el galope.
La char­la noc­tur­na, no pue­do olvi­dar, el vino.

No olvi­da­ré, o, no podré olvi­dar jamás el cer­va­to.
Luminoso lige­ro car­ruaje, el estre­cho cami­no.
Las rien­das el cin­turón alre­de­dor del cie­lo, el secre­to.
O, no olvi­da­ré el rugi­do del car­ro, la espu­ma.

No, no olvi­da­ré el negro arco iris, la mal­di­ción.
el brillo exten­di­do  de los ojos,  la bon­dad,
La jau­la del seto donde ocurre, la cacería,
donde la muerte corre y la vida per­sigue voraz.

No olvi­da­ré, o, como podría  olvi­dar, el ama­ne­cer,
el sueño de un rei­no, las cali­das mon­tañas de nieve y fati­ga.
Como olvi­dar el atar­de­cer, nues­tro ama­ne­cer,
cuan­do el pája­ro no me deja ni siquie­ra volar.

Y el vien­to contra la eter­ni­dad de nues­tros cuer­pos,
enre­da­de­ra hábil alre­de­dor de nues­tra inmen­sa nada.

 

   

  
     Fatigue

   Je n'oublierai pas l'éclair, l'hirondelle.
   La jument farouche, les éta­lons blancs, la selle.
   Je n'oublierai pas ta pen­sée empoi­son­née, le galop.
   La conver­sa­tion noc­turne, je ne peux oublier le vin.

   Je n'oublierai pas ou ne pour­rai jamais oublier le faon.
   Le convoi écla­tant, léger, le che­min étroit.
   Les rênes, le cein­tu­ron autour du ciel, le secret.
   Non, je n'oublieriai pas le bruit du cha­riot, l'écume.

   Non, je n'oublierai pas le sombre arc-en-ciel, la malé­dic­tion,
   l'éclat infi­ni de tes yeux, la bon­té.
   La haie comme une pri­son où tout arri­vé, la chasse
   où galope la mort et la vie qui conti­nue, vorace.

  
   Je n'oublierai pas, com­ment le pour­rai-je ?, le matin,
   le rêve d'un royaume, les chaudes mon­tagnes de neige, la fatigue.
   Comment oublier le soir, notre aube,
   quand l'oiseau ne me laisse même pas voler ?

   Et le vent contre l'éternité de nos corps,
   lise­ron habile autour de notre immense néant.

 

 

Fatigue

Не ти ја заборавам молскавицата Ластовицата
Бесната кобила И белите ждребиња Седлото
Не ти ја заборавам опојната мисла Галопот
Говорот на ноќта не ти го заборавам Виното

Не ти ја заборавам О никако да ја заборавам Срната
Прелесната небесна двоколка  тесна Патеката
Уздите и стремените околу просторот Тајната
О не ќе ти ја заборавам забревтаната кочија Пената

Не Не ќе го заборавам виножитото црно Клетвата
Распосланата раскош на очите  Добрината
Кафезот од жива ограда во кој се случува Ловот
Каде смртта бега а животот ја гони Стрвен

Не ти ја заборавам О како да ја заборавам Зората
Царството на сонот Врелите ридја снегови Умората
Како да го заборавам нашиот заод нашиот  Изгрев
Птицата штом летот не ми го напушта Залуден

А ветрот е станат против вечноста на нашите тела
така вешто свиткани  околу нашето големо Ништо.

 

                                                                                         
                                                                                               Превод од шпански Макс Алхау
Traduction de l'espagnol par Max Alhau.
 

Sommaires