> 9 poèmes

9 poèmes

Par |2018-11-18T11:13:15+00:00 25 août 2013|Catégories : Blog|

   

   Désorientation

 

   l'après-midi nous montre ses crocs dorés
   nous mord le torse les épaules
   s'absorbe dans mon cou

   dans ton regard un couple de chauve-sou­ris éga­rées

 

 

  
    Subterfuge

   

   dra­gons vaga­bonds tes yeux
   ont plan­té leurs griffes dans ma poi­trine

   je les allaite

   alors une ancienne dou­leur se réveille

                            les écrase

 

 

    Trèfles

   des trèfles dans tes mains quand elles touchent les miennes
   ton soleil étend ses racines sur les mon­tagnes

   une prai­rie couvre mon corps

 

 

    Des papillons

   tu prends le miel de mes bles­sures
   tu attaches ton été à mes ailes

   nous remon­tons par­mi des draps de vent

   démons et dieux nous pour­suivent

 

 

    Nectar

   la peur s'enroule dans les bras de l'oranger
   se crispe par­mi ses branches

   un jeune coli­bri réclame à man­ger

   par­mi des éta­mines et des pis­tils
   une his­toire d'averses et de tor­nades

   l'oiseau se fraie un pas­sage
   pénètre glisse vainc est vain­cu
   dénoue des vagues de rosée

   la brise se lève pour le saluer
   des plumes bleues frappent son corps

   il atteint le nec­tar

 

 

    Trèfles et feuilles

   des trèfles à quatre feuilles montent vers le ciel

   couvrent mon corps dénu­dé
   le pro­tègent de la pluie des tem­pêtes solaires
 
   quelqu'un pro­nonce mon nom m'appelle à tra­vers bois

   mais j'ai aban­don­né toutes mes pro­prié­tés oubliées
   pour sup­por­ter la vie des arbres
   pour plan­ter mes racines comme des doigts assoif­fés cher­chant
   d'autres mains

   seuls les trèfles à quatre feuilles peuvent mon­ter au ciel
   grim­per sur mon corps nu 
   le cou­vrir le pro­té­ger le lais­ser être sans nom

   le bois source d'échos loin­tains se tait

 

 

    Amour éter­nel

 

                                                   à javier o.

   j'affronte le vam­pire à corps décou­vert

   son ombre me caresse
   j'ouvre mes ailes de bois

   bien avant les pre­mières lueurs nous nous sommes endor­mis
                                                                                          cru­ci­fiés

 

   
    Des barques de fumée tra­versent la pluie

 

   mon cœur cherche à ne plus pleu­voir sur ton corps

   la pluie se trouve sur le pro­fil en creux de la mai­son
   les brous­sailles les mûres des forêts

   un arbre paraît lire leurs man­da­las

   je demeure désar­mée à la proue

   une embar­ca­tion de fumée m'éloigne du port

 

 

     Bruit sau­vage

 

    l'hiver a ense­ve­li irré­mé­dia­ble­ment tes traces

   une arai­gnée attache ses fils en liber­té
   quelques pieds courent déchaus­sés à tra­vers la mai­son

   il ne reste pas trace de toi
   seule­ment un peu de sucre ren­ver­sé sur la table

 

 

 

Extrait de Tu vera­no en mis alas & ver­bal (La Cabra edi­ciones, 2011)
tra­duits de l'espagnol (Équateur) par Max Alhau.

X