> Abdelhadi SaïdA une Tangéroise

Abdelhadi SaïdA une Tangéroise

2017-12-30T13:31:12+00:00

 

Avec bon­té de fusil et dex­té­ri­té d’ouragan, je tente ma chance avec l’abîme et tu danses. Dans l’air insom­niaque tu repro­duis une madone sonore douce-amère au tou­cher et je m’empêtre. Poétiquement je veux dire. Toute har­mo­nie est cri­mi­nelle, en ce sens qu’elle mobi­lise d’emblée notre désar­roi.

Discuter en tête-à-tête avec le pytha­gore qui pré­side à ton visage est une entre­prise vouée nous le savons à un bel échec. A la rigueur, une haine sans fio­ri­tures pour­rait m’aider à sur­vivre à la toxique après-midi repue d’ombres, trop bien t’imitant quand de loin en loin tu redoubles d’existence.

Après ils s’étonneront de trou­ver enla­cés nos cadavres. Et pla­quées aux parois du néant nos âmes séchant comme le plus spi­ri­tuel des linges. De nos rires tres­sés en colonne ver­té­brale le long du gouffre ils ne sai­si­ront pas une miette. Ni à notre envie décu­plée d’ingurgiter le vent détra­qué ne com­pren­dront goutte.

Absence solen­nelle de tout ce qui navre. Beauté momen­ta­née et poi­son rare.

Présentation de l’auteur

Sommaires