> Acrostiches

Acrostiches

Par |2018-08-18T03:29:49+00:00 21 décembre 2015|Catégories : Blog|

Extraits de Apotropaïque (édi­tions Phi)

 

 

Régner sur les immon­dices
Inculque sans céré­mo­nie la
Passion des choses bien faites
En ce temps-là j’étais
Un comique salu­taire
Repous­sant les limites de la puan­teur

 

Rue déserte
Opaque brume d’un matin calme
Se dis­sipe avec tor­peur
Tinta­marre sou­dain
Rive­rains per­plexes puis
Envo­lée cris­se­ment du panier à salade

 

Si les gla­ciers alpins négli­gem­ment
Étalent à tout va leur blan­cheur aveu­glante
Restent-ils cepen­dant indif­fé­rents,
Alarme désen­clen­chée, à la
Chaleur des alpi­nistes sans cor­dée ?

 

Poltron sou­dain
Appa­rem­ment le secré­taire
Rendu jadis ambi­tieux par une
Èche lui pré­di­sant le pou­voir
Découvre avec stu­peur la
Risible comé­die dont il est vic­time
Et dis­pa­raît dans l’anonymat

 

Gagnée par un
Redou­table ins­tinct
Allé­gée par son poids
Verti­gi­neux
Insen­sible aux regards
Détour­nés de sa poi­trine affrio­lante
Elle exige — et obtient — le siège convoi­té

 

Agui­cheuse rive où
Noyés dans des sédi­ments d’ivresse
Ondule à la lueur de
Subtils rayons un
Massif amas de reflets clairs, qu’
Il fait bon igno­rer les
Excré­ments des bro­chets san­gui­naires !

 

Gorge adou­cie par le miel il
Avance d’un pas déci­dé le
Vieil ours mal léché à l’
Ennui dis­si­mu­lé par les piqûres

 

Bouées à la mer !
Instant contraint de flot­tai­son
Tirez les ficelles !
Où donc ?
Nagez de concert !
Il doit pour­tant y avoir une issue pense
Arri­mé au caou­tchouc salu­taire
Un roquet enfin libé­ré de sa marâtre

 

Revoi­là les mâtins !
Armé de ses seuls bois
Il tré­pigne
Rue plus haut que la cano­pée
Et vend sa peau au prix de l’ivoire

 

Un gnon bien sen­ti des
Coups de pieds bien pla­cés des
Horions par dizaines une
Rouée magis­trale : log-
Or(rh)ée d’une inven­tion béné­fique que
Narre sans gêne et
Imper­tur­ba­ble­ment l’
Enfant cloué dans son fau­teuil

X