> Affolement du sang

Affolement du sang

Par | 2018-02-26T00:07:40+00:00 21 avril 2014|Catégories : Blog|

 

 

Je vou­drais dire la vie
et je dis la dou­leur

Quelque chose en moi
s’est éteint.

*

Chaque fois au bord
de me taire
dans la nau­sée des heures

le vide ouvert
sous les mots
où tout se pétri­fie

il n’y a rien
à attendre
que l’attente.

*

A Claire Fourier,
(en écho à son  roman Les silences de la guerre)

Se taire
n’est pas convo­quer
le silence

c’est l’usurper.

*

La vie incer­taine
noue nos illu­sions
à nos ombres

Tout ce qui fut
n’est que sable
qui fuit
du creux de nos mains.

*

Sans bruit sans trace
chaque mot pèse
de son poids de vie

lan­cine
ruis­selle
dans le corps

comme fou
dans la cha­leur
du sang en cru.

*

Ce n’est qu’un che­min
pris par mon sang
un long éva­nouis­se­ment

le peu qu’il me reste
quand les mots se font rudes

je n’ai plus
pour me réchauf­fer
que le ver­tige
des points de sus­pen­sion
acca­pa­rés par l’attente.

 

 

Extrait de Affolement du sang (en cours d’écriture)