> Alfred Edward Housman, Quand la fumée

Alfred Edward Housman, Quand la fumée

Par |2017-12-30T11:42:10+00:00 20 octobre 2013|Catégories : Alfred Edward Housman, Poèmes|

Quand la fumée mon­tait droit de Ludlow
    Un brouillard s’élevant de la Teme,
Heureux de l’étendue à labou­rer
   Dans la gloire du matin
   Je condui­sais mon atte­lage.

Le merle en son taillis
   Observait mes larges pas,
Et m’entendant sif­fler
   Près des che­vaux pié­ti­nant
Répondait de sa flûte :

« Reste cou­ché, reste cou­ché, jeune fer­mier ;
    A quoi bon te lever sans cesse ?
L’homme levé des mil­liers de matins,
    Finit pour­tant par se cou­cher,
    C’est alors qu’il est sage. »

J’ai enten­du l’air qu’il chan­ta,
   Et aper­çus son jaune bec ;
Ramassant un caillou, j’ai visé,
   J’ai ciblé l’oiseau
   Qui s’est tu.

Alors mon âme à l’intérieur
   A repris le chant de ce merle
Et tou­jours près des che­vaux
   Au long d’un che­min de rosée
   Il a de nou­veau chan­té :

« Reste cou­ché, reste cou­ché, jeune fer­mier ;
   Le soleil va tou­jours vers l’ouest ;
La route que l’on suit pour tra­vailler
   Conduit chez soi vers le repos,
   C’est là ce que nous aurons de meilleur. »

 

Traduction par Delia Morris et André Ughetto

*  *  *

When smoke stood up from Ludlow,
    And mist blew off from Teme,
             And blithe afield to plou­ghing
   Against the mor­ning beam
              I strode beside my team,

             The black­bird in the cop­pice
    Looked out to see me stride,
  And hear­ke­ned as I whist­led
    The tram­pling team beside,
     And flu­ted and replied :

             ‘Lie down, lie down, young yeo­man ;
    What use to rise and rise ?
             Rise man a thou­sand mor­nings
   Yet down at last he lies,
    And then the man is wise.’

             I heard the tune he sang me,
    And spied his yel­low bill ;
             I picked a stone and aimed it
    And threw it with a will :
    Then the bird was still.

             Then my soul within me
    Took up the blackbird’s strain,
             And still beside the horses
    Along the dewy lane
    It sang the song again :

             ‘Lie down, lie down, young yeo­man ;
    The sun moves always west ;
             The road one treads to labour
    Will lead one home to rest,
    And that will be the best.
 

 

*  *  *

Présentation de l’auteur

X