La poétesse Alix Ler­man- Enriquez est née à Paris le 5 mai 1972. Tit­u­laire d’un doc­tor­at de théorie et de philoso­phie du droit, elle tra­vaille actuelle­ment en tant qu’attachée ter­ri­to­ri­ale à la ville et à l’Eurométropole de Strasbourg.

Déjà auteur de plusieurs recueils de poésie (Météores La Bar­tavelle édi­teur 2005, A‑Con­tre-jour Hervé Roth Edi­teur 2013, Les fruits blets de ma soli­tude (Flammes vives 2014 etc..), elle écrit égale­ment des pros­es poé­tiques (site Hervé Roth Edi­teur) et a par­ticipé à plusieurs antholo­gies poé­tiques col­lec­tives (Société des poètes français, Asso­ci­a­tion Flammes vives).

Sa poésie s’apparente à une véri­ta­ble quête intérieure et soli­taire, une médi­ta­tion sur la dif­fi­culté à mar­quer de son empreinte le kaléi­do­scope de l’existence. Mais sa poésie n’est pas que cela, elle est égale­ment un hymne à la nature splen­dide et consolatrice.