> Apocryphes sur Tito

Apocryphes sur Tito

Par | 2018-02-23T09:47:13+00:00 27 avril 2013|Catégories : Blog|

 

Tito dans le gre­nier cure la tête d’un cochon
d’un œil fur­tif sur­veille la rue pour ne pas être sur­pris par les parents
je m’en fous /​ pense-t-il /​ je m’échapperai en vélo

Tito clan­des­tin dans un tram­way à Vienne
a mis son meilleur cos­tume gris
il pense : pour­quoi serais-je pire que ces étu­diants ?

don’t mar­ry her
mar­ry me

Tito est Walter /​ John Smith /​ Fantômas /​ Caspar
Hauser /​ Howard Hughes /​ Tito est alias /​ alias est Tito
j’ai tant de noms /​ Tito s’admire

don’t mar­ry her
mar­ry me

Tito tra­verse à che­val la Romania
der­rière lui le vieux Nazor chan­celle dans la neige
Vladimir Vladimir /​ pense Tito bien­veillant

Tito de sa Mercedes salue les enfants ras­sem­blés
des fou­lards rouges autour de leurs cous comme de petits nœuds cou­lants /​ même le soleil
s’éteindra un jour /​ pense Tito en phi­lo­sophe

Tito est élé­gant dans sa mort
la liste des incon­so­lables par ordre alpha­bé­tique :
acro­bates du cirque /​ fonc­tion­naires /​ employés
de l’Institut d’histoire du mou­ve­ment ouvrier /​
reine d’Angleterre /​ cinéastes /​ hip­pies /​
Ilich Ramirez Sanchez a.k.a. Carlos /​ cou­tu­riers /​
indus­trie cubaine de cigares /​ belles femmes /​
hommes mous­ta­chus /​ ours rhi­no­cé­ros lions/​
ins­ti­tu­teurs d’école pri­maire /​ foot­bal­leurs /​
offi­ciers pom­piers /​ meilleurs élèves /​
chan­teurs d’opéras /​ per­son­nages his­to­riques /​ pré­si­dents
des clubs de pêcheurs /​ ven­deur de maïs au poste
n° 7 /​ punks /​ poli­ciers de réserve /​
Saï Baba /​ joueurs d’échec /​ pré­si­dents de conseil d’immeuble /​
lieu­te­nants retrai­tés /​ verts

Tito est réap­pa­ru en mont­gol­fière au-des­sus de l’Afrique de l’Est
il baisse ses jumelles vers un trou­peau de zèbres
diables aux rayures /​ pense Tito /​ ils sont tous pareils

don’t mar­ry her
mar­ry me
Tito dit NON à Staline et Staline
répond je m’en fous /​ vas te faire foutre
sais-tu comp­ter ?
j’en ai vingt et un mille huit cent cin­quante six
réduits en feuilles dans la forêt de Katyn /​ j’en ai trois cent mille
enter­rés secrè­te­ment
j’en ai dix mil­lions de liqui­dés dans les liqui­da­tions
j’ai tous leurs papiers /​ pho­tos de leurs enfants /​ lettres rem­plies
d’optimisme injus­ti­fié /​ leurs sty­los /​ mon­naie
je les ai tous bien ins­crits sur les registres

 

 

Extrait du recueil Južni križ  (« La croix du Sud »).
Traduction de Brankica Radić