> Après l’an deux mille

Après l’an deux mille

Par |2018-08-20T04:47:44+00:00 7 avril 2012|Catégories : Blog|

Depuis l’an deux mille
les astro­nautes som­nolent au clair de la lune.
Dans une nou­velle vie, Neil Armstrong est
un bûche­ron à la main ferme
dans son élan il coupe les arbres
comme jadis la Voie Lactée.

On dit que là haut
se trouve une pla­nète
tous les vais­seaux spa­tiaux s’y bri­se­raient
comme les assiettes dans les auberges grecques :

depuis l’an deux mille
la théo­lo­gie même est une part de jeu astro­nau­tique :
où cha­cun garde une petite boîte dans sa poche,
en sou­ve­nir du voyage céleste.

Dans chaque boîte un petit frag­ment de ciel
dans la plus inso­lite, une mince éra­flure de Dieu :
au fond de la tire­lire un sou unique
condam­né à être misé.

Celui qui a frô­lé Dieu
dans la vacui­té d’un été, c’est à lui
de faire des décla­ra­tions sur la struc­ture du ciel
sur la vie dans le cos­mos, si elle existe.

Depuis l’an deux mille
le cos­mos paie­rait des impôts,
les astro­nautes ne consi­gnant plus que des trous noirs –
enton­noirs d’amnésie, pos­si­bi­li­tés de fuite ;

tu peux gar­der du clair de la lune
comme bon te semble : elle est juste
ce qui a débor­dé du ciel …
En l’an deux mille.

Sur cha­cune des pla­nètes
une petite Laïka som­nole
nos­tal­gique de ses puces.

tra­duit par Mirjana Robin-Cerovic

 

POSLE DVEHILJADITE

(astro­nauts­ki bluz)

Posle dve­hil­ja­dite
astro­nau­ti dre­ma­ju na meseči­ni.
U novom živo­tu, Nil Armstrong je
drvo­seča čvrste ruke
čiji zamah seče sta­bla
kao nekad Mlečni put.

Kažu da negde u visi­ni
post­oji pla­ne­ta
o koju se raz­bi­ja­ju svi sve­mirs­ki bro­do­vi
kao tan­ji­ri u grč­koj kafa­ni :

posle dve­hil­ja­dite
i teo­lo­gi­ja je deo astro­nautske igre :
svi čuva­ju po malu kuti­ju u dže­pu,
uspo­me­nu sa nebes­kog puto­van­ja.

U sva­koj je delić neba
u najču­j­ni­joj, koma­dić okrz­nu­tog Boga :
edi­ni nočić na dnu kase
osuđen na ulog.

Ko je okrz­nuo Boga
u vakuum­skom letu, nje­go­vo je
da daje izjave o struk­tu­ri neba
o živo­tu u sve­mi­ru, ako ga ima.

Posle dve­hil­ja­dite
sve­mir je opo­re­zo­van,
astro­no­mi još samo knjiže crne rupe –
levke amne­zije, moguć­nos­ti bekst­va ;

meseči­nu možeš zadrža­ti
koli­ko hoćeš : ona je samo ono
što se pre­li­va pre­ko ruba …
Dvehiljadite.

Na sva­koj pla­ne­ti
dre­ma po jed­na Lajka
koja čezne za buva­ma.

X