> Attente s’écoule…

Attente s’écoule…

Par |2018-08-21T00:56:50+00:00 2 septembre 2017|Catégories : Blog|

Texte n°1 :

 

Attente s’écoule au bout du corps
Flétrie et meur­trie de tant d’oublis
Blessure du temps, j’y glisse
À en sor­tir pour y péné­trer à nou­veau
Éboulement des chairs et fuite en avant de l’envie
Les mots t’ouvrent au geste
T’emporte alors le rythme des voyelles soli­taires

 

 

Texte n°2 :

 

Trace de toi, toi sur la trace du temps
Toi, tout toi sur cet espace mobile
Gestes, paroles, émo­tions, des arrêts à répé­ti­tion
Tu marches, tu parles, tu sou­ris aus­si
Et la langue de nos yeux ins­crit ton par­cours
Trajet qui imprime sa marque aux lieux tra­ver­sés
Trajets à emme­ner voir la mémoire
Trace de toi, trace de nous
Trajectoire au cours des jours tou­jours
Trajectoire qui expé­ri­mente tout être au mond

 

 

Texte n°3 :

 

Main ten­due sur la plaine
Appel par-delà la ver­dure
Attraper tes doigts
Déesse des eaux et du feu
Main nue et lisse à la vie
Les caresses qu’elle ne peut maî­tri­ser
Boulimisent l’oubli
Le cré­pi­te­ment qui nour­rit l’embrasement
Jusqu’aux flux autom­naux
Évident la soli­tude du moment

 

 

Texte n°4 :

 

Vitre ouverte à l’envie
Les voiles de l’averse la ravissent
Elles invitent au dévers
Bruit de la nuit sur l’élégie
Où s’allongent les ombres des cris
Transparence de chaque côté des dési­rs
Je suis la dérive du ver­tige
Et tu inverses le sens du vent vers le revers

 

 

Texte n°5 :

 

Sous les rayons du soleil s’écoulent tes pas
Marche sécu­laire des jour­nées héré­di­taires
Le pay­sage s’écrit aux cou­leurs de son époque
Monts, vaux, mai­sons, rivières et mers
Tes tra­jets qui foulent tous ces élé­ments
Pendant que des mots trop éro­dés perdent leurs voyelles
Et que, fra­gi­li­sé, se casse le fil de ta pen­sée
Vite, briè­ve­ment, sau­ter les étapes
Jusqu’au débor­de­ment des idées ondu­lées
Lettres, mots écour­tés pour réflé­chir ces sens effri­tés
Sous les rayons du soleil s’écroule ta vie
Restant assis devant la crue de trous blancs

 

 

 

 

Attente s’écoule…

Par |2018-08-21T00:56:50+00:00 21 mai 2017|Catégories : Blog|

 

 

Texte n°1 

 

Attente s’écoule au bout du corps
Flétrie et meur­trie de tant d’oublis
Blessure du temps, j’y glisse
À en sor­tir pour y péné­trer à nou­veau
Éboulement des chairs et fuite en avant de l’envie
Les mots t’ouvrent au geste
T’emporte alors le rythme des voyelles soli­taires

 

 

Texte n°2 

 

Trace de toi, toi sur la trace du temps
Toi, tout toi sur cet espace mobile
Gestes, paroles, émo­tions, des arrêts à répé­ti­tion
Tu marches, tu parles, tu sou­ris aus­si
Et la langue de nos yeux ins­crit ton par­cours
Trajet qui imprime sa marque aux lieux tra­ver­sés
Trajets à emme­ner voir la mémoire
Trace de toi, trace de nous
Trajectoire au cours des jours tou­jours
Trajectoire qui expé­ri­mente tout être au monde

 

 

Texte n°3 

 

Main ten­due sur la plaine
Appel par-delà la ver­dure
Attraper tes doigts
Déesse des eaux et du feu
Main nue et lisse à la vie
Les caresses qu’elle ne peut maî­tri­ser
Boulimisent l’oubli
Le cré­pi­te­ment qui nour­rit l’embrasement
Jusqu’aux flux autom­naux
Évident la soli­tude du moment

 

 

Texte n°4 

 

Vitre ouverte à l’envie
Les voiles de l’averse la ravissent
Elles invitent au dévers
Bruit de la nuit sur l’élégie
Où s’allongent les ombres des cris
Transparence de chaque côté des dési­rs
Je suis la dérive du ver­tige
Et tu inverses le sens du vent vers le revers

 

 

Texte n°5 

 

Sous les rayons du soleil s’écoulent tes pas
Marche sécu­laire des jour­nées héré­di­taires
Le pay­sage s’écrit aux cou­leurs de son époque
Monts, vaux, mai­sons, rivières et mers
Tes tra­jets qui foulent tous ces élé­ments
Pendant que des mots trop éro­dés perdent leurs voyelles
Et que, fra­gi­li­sé, se casse le fil de ta pen­sée
Vite, briè­ve­ment, sau­ter les étapes
Jusqu’au débor­de­ment des idées ondu­lées
Lettres, mots écour­tés pour réflé­chir ces sens effri­tés
Sous les rayons du soleil s’écroule ta vie
Restant assis devant la crue de trous blancs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X