> Autour du zéro

Autour du zéro

Par |2018-10-19T03:28:31+00:00 7 avril 2012|Catégories : Blog|

Nous voi­là, femmes indé­pen­dantes.
Dans l’attente d’un nou­vel amour
notre res­pi­ra­tion est asth­ma­tique. Gavées de pilules
de pro­messes tra­hies. Plongées dans des rêves troubles.
Vingt-quatre heures par jour nous fai­sons l’amour
en par­don­nant à la migraine du fait de son genre fémi­nin.

Indépendantes. A nos hommes
nous pré­pa­rons des plats aux­quels nous ont ini­tiées
leurs pré­dé­ces­seurs.
Des maca­rons en forme de cli­to­ris.
Du ket­chup qui s’épand comme le sang mens­truel
pro­met­tant juste le léchage de l’assiette.

Mais nous croyons encore aux arcs triom­phants
s’élevant entre le lit
et la table de cui­sine.

Nous leur pas­sons la musique que nous écou­tions
au moment de perdre vir­gi­ni­té et enfance.

.De la lin­ge­rie de séduc­tion
mélan­co­liques nous gar­dons les échan­tillons
por­tant la trace invi­sible d’autres spermes.
Nous rou­lons des hanches comme tourne le mou­lin :
après un cer­tain temps il ne s’en écoule
rien qu’un peu de bile col­lante.

Enfin nous disons que nous ne croyons plus
à l’air par­ta­gé
celui qui réuni­rait les deux bouches
bien que le plus sou­vent nous en avons le souffle cou­pé.

Et nous disons que la cen­tri­fu­geuse du lave-linge
nous sert uni­que­ment lorsque nous fai­sons
jou­jou des­sus en vue d’un bon orgasme.
Puis, dans  le pro­gramme du trop-plein et de l’essorage
à la place des vête­ments, nous four­rons sou­vent
mor­ceau par mor­ceau, notre peau lami­né.

Nous, femmes indé­pen­dantes. Nous cen­su­rons
nos paroles trop conci­liantes.
Nous sou­te­nons la révi­sion des sen­ti­ments, et la théo­rie
d’une Eve inno­cente créée en pre­mier
avec Adam mor­dant dans la pomme empoi­son­née
car il dési­rait que Dieu
change ce ser­pent en deux phal­lus :
il pen­sait, le pau­vret, qu’un seul
serait bien insuf­fi­sant.

Indépendantes, disais-je, plus que jamais.
Mais au long des nuits soli­taires, dans la vulve étroite
nous posons de plus en plus sou­vent notre petit doigt mira­cu­leux
comme si nous char­gions une balle dans le canon d’un fusil
des­ti­né à ne jamais faire feu.
Puis nous sou­rions, pei­nées, dans un rêve sans rêves.
Avec la main en lieu sûr, tant qu’elle tourne
autour du zéro moel­leux.

tra­duit par
Mirjana Robin-Cerovic

 

OKO NULE

 

Nezavisne smo žene.
U išče­ki­van­ju nove lju­ba­vi
diše­mo ast­ma­tič­no. Hranimo se pilu­la­ma
neis­pun­je­nih obećan­ja. Tonemo u mutne snove.
Dvadeset i četi­ri časa bol­no vodi­mo lju­bav
sa migre­nom
i opraš­ta­mo joj jer je žens­kog pola.

Nezavisne. Svojim muš­kar­ci­ma
kuva­mo jela koji­ma su nas nauči­li
nji­ho­vi pre­thod­ni­ci.
Makarone u obli­ku kli­to­ri­sa.
Kečap što kli­zi kao mens­trual­na krv
i obeća­va samo lizanje tan­ji­ra.
Al’ još uvek veru­je­mo u tri­jum­falne kapije
koje ras­tu između pos­telje
i kuhin­js­kog sto­la.

Puštamo im muzi­ku koju smo slušale
pri gubl­jen­ju nevi­nos­ti i devo­jašt­va.
Među zavo­dl­ji­vim vešom
set­no čuva­mo pri­merke
sa nevidl­ji­vim tra­gom pre­thod­nih sper­mi.
Njišemo bedri­ma kao da okreće­mo mlin :
posle izves­nog vre­me­na curi
još samo lepl­ji­va žuč.

I kaže­mo, da ne veru­je­mo više
u zajed­nič­ki vaz­duh
koji se može deli­ti između usta i usta,
a sve češće osta­je­mo bez daha.

I kaže­mo, da cen­tri­fu­gu veš-mašine
koris­ti­mo samo kada se na njoj
može odi­gra­ti dobar snošaj.
A u pro­gram pret­pran­ja i ceđen­ja
sve češće, umes­to rubl­ja, uba­cu­je­mo
parče po parče svoje istan­jene kože.

Nezavisne žene. Cenzurišemo
svoje odveć meke reči.
Podupiremo revi­zi­ju osećan­ja i teo­ri­ju
po kojoj je prvo nas­ta­la neduž­na Eva,
a Adam zagri­zao otrov­nu jabu­ku
jer je pože­leo da mu Bog
od zmije stvo­ri još dva falu­sa :
mis­lio, jad­ničak, da mu jedan
dovol­jan neće biti.

Nezavisne, kaže­mo, više no ikad.
A u osaml­je­nim noći­ma, u usku vul­vu
spuš­ta­mo svoj čudes­ni prs­tić sve češće
kao da uba­cu­je­mo metak u pušča­nu cev
koja opa­li­ti neće.
I smeši­mo se, s tugom, u snu bez sno­va.
I ruka je na sigur­nom, dok kruži
oko meke nule.

X