> AUX VOISINS

AUX VOISINS

Par |2018-08-15T22:37:04+00:00 10 septembre 2012|Catégories : Blog|

 

AUX VOISINS (MA CHAIR EST UN DRAPEAU DESCENDU CE MATIN)

 

Le miel fond dans le thé, com­plè­te­ment, à la dif­fé­rence de moi dans toi
et de toi dans la musique clas­sique,

des appels télé­pho­niques tou­jours trop longs, jamais de place lorsque tu as besoin
d’une table, des ascen­seurs tou­jours en panne,

des esca­liers dérou­lés à l’infini, comme une conver­sa­tion sur la poli­tique,
et jus­te­ment au moment où quelqu’un fait la remarque que le tota­li­ta­risme et la démo­cra­tie

ne se dis­tinguent que par leur sys­tème numé­ral
l’image dis­pa­raît et tout recom­mence : des voix coulent des murs,

tota­le­ment incor­po­relles, le soir se pose dans les creux des mains, comme un mineur
dans la fosse, des chaus­sures aban­don­nées devant la porte prouvent,

tout de même, l’existence des vivants. mais que veut dire vivre,
pen­dant que l’hiver arrive en se rou­lant comme un souffle froid sor­tant de ma gorge,

et construit son nid dans un alpha­bet sombre ; tous ces gens incon­nus et pres­sés
avec des noms connus, un après-midi cou­pé en deux, comme la Corée,

un thé où le miel a déjà com­plè­te­ment fon­du, insé­pa­ra­ble­ment,
cette solu­tion en vis­cose est l’amour ; com­ment arri­ver jusqu’à toi, com­ment te prendre ?

 

tra­duit du croate par Vanda Mikšić, Brankica Radić

X