> Ballade en bicyclette

Ballade en bicyclette

Par | 2018-02-20T10:59:54+00:00 5 octobre 2014|Catégories : Blog|

 

Tu roules, jeune gar­çon. Derrière le vent.
Derrière les mai­sons des amis,
dont les fis­sures ont été recou­vertes d’argile
les mains silen­cieuses d’un père
                                               silen­cieux.
Les branches, les toits gonflent
comme graines que l’été a ouvertes.
Tout gronde sous les roues
qui tournent avec toi.
Et ton cœur d’enfant tourne
se sub­merge dans des houles anciennes.
Toi qui ne connais pas l’attente de la mer sur les rivages,
le sel qui scin­tille sur le corps des noyés.
Ainsi tu ne t’émerveilles pas
N’abandonne pas ce vélo que tu as payé de tes sous
pour voir la fille aux pois­sons dorés.
C’est un rêve.
Derrière elle, le vent

 

Poème tra­duit de l’espagnol (Colombie) par Rémy Durand

 

 

Paseo en bici­cle­ta

 

Pasas, niño. Detrás el vien­to.
Detrás las casas de los ami­gos,
sus grie­tas ado­ba­das con arcilla
las manos silen­cio­sas de un padre
                                                 silen­cio­so.
Se cur­van ramas, techos,
gra­nos abier­tos por el vera­no.
Todo true­na  al paso de las rue­das
giran­do conti­go.
Y  tu corazón niño va giran­do
va sumer­gién­dose en oleajes remo­tos.
Tú  que no conoces la espe­ra del mar en las orillas,
la sal que rever­be­ra en los aho­ga­dos.
Así que no te des­lumbres,
no esta­ciones la suma de tus recreos 
para ver a la mucha­cha de los peces dora­dos.
Es sueño.
Detrás de ella, el vien­to.
 

Sommaires