> before

before

Par |2018-08-15T13:34:50+00:00 12 avril 2013|Catégories : Blog|

 

because memo­ry has weight, and we can­not afford
to have it weigh us down.
                              – Abraham Tan

two months, and I have for­got­ten
eve­ry­thing you des­cribe.

you can­not ima­gine this silence. your world
is foun­ded on remem­be­red things :
the absence of salt in the air, acrid wind,
sea. mine is built on remin­ders. you say
that I must be gro­wing old, as if
you know the truth and it is worse.

par­don ? I will for­get the words before you repeat them.
all that occurs to me, now :

the tremble of your voice, hesi­tant,
like the sky brea­king on ano­ther shore.
Less than dis­tant from where we are.
Nothing I have seen, before.

 

parce que la mémoire pèse, et que nous ne pou­vons pas nous per­mettre
de la lais­ser nous écra­ser.
Abraham Tan

 

deux mois, et j’ai oublié
tout ce que tu décris.

tu ne peux pas ima­gi­ner ce silence. ton monde
se fonde sur les choses dont on se sou­vient :
l’absence de sel dans l’air, le vent âpre,
la mer. la mienne est bâtie sur des pense-bêtes. tu dis
que je dois vieillir, comme si
tu connais­sais la véri­té et c’est pire.

 

par­don ? je vais oublier les mots avant que tu ne les répètes.
tout ce qui m’arrive, main­te­nant :

le trem­blé de ta voix, hési­tante,
comme l’accalmie du ciel sur un autre rivage.
Moins dis­tant que là où nous sommes.
Rien , je n’ai rien vu, avant.

Traduction de Marilyne Bertoncini

X