> Béton C100/​115 autocompactant

Béton C100/​115 autocompactant

Par |2018-10-21T01:38:20+00:00 11 mai 2014|Catégories : Blog|

 

Ce qu’on voit, c’est la ville, sa fosse com­mune.
                       Là-bas, il y a la fabrique de clous, la forge
aux portes grandes ouvertes, le bâti­ment de la fila­ture
                  – comme une oreille immense, para­bo­lique.
Des toi­tures et autres bal­da­quins qui attendent leur proie,                        
            des porte-mon­naies car­nas­siers, prêts à écor­cher
                                  la beau­té des man­ne­quins locaux.

Dans les parcs, dans les impasses, guettent déjà héroï­que­ment
           tous ceux qui des­sinent des cibles et dressent le péri­scope.
           À chaque ins­tant, le slam abou­lique per­fore le béton,
                       l’âme des fonc­tion­naires insom­niaques qui
           s’élancent, prennent leur envol vers la décharge publique.
                       Et il y a aus­si les pierres tom­bales que les enfants
                                              sou­lèvent l’après-midi en jouant.

Le reste, c’est du béton.
Le cime­tière ver­ti­cal, presque propre, des murs.
Un ordre mili­taire, héroïque lui aus­si. Tu passes au long
                      du bou­le­vard comme par­mi des car­casses de porc  
                              accro­chées dans un congé­la­teur énorme.

 

Le quar­tier ancien, on ne le regarde pas. Les quar­tiers anciens
                sentent mau­vais. Les murs craquent,
                                                les chiens te tapent sur l’épaule.

De l’autre côté, l’on entre­voit la cre­vasse d’un nou­veau bou­le­vard,
           au-des­sus duquel brui­ront les her­ba­cées des toits.
Les aveugles ne se sont pas encore his­sés jusqu’en haut ;
                                                ils n’ont pas acquis la moindre lumière.
                       Les toits sont déserts – il n’y a guère de pas­sants –,
                                                                      presque lunaires.
           S’érigent là-bas de grandes HLM, leur appa­reil excré­teur.
Et les immeubles à venir s’appuient contre les tran­chées de com­bat,
                                                                      contre les rues à venir.
Mais là-bas, la ville nage encore dans ses sou­ter­rains.
Les bras des grues tournent par-des­sus jusque très tard le soir,
           à la recherche de l’unité dia­lec­tique du ciel et de la terre.

Et vers le sud, en plein champ, s’élèveront les murs pâteux
                des lotis­se­ments, avec leurs pelouses accou­plées
les unes aux autres, avec la gonor­rhée des pis­cines.
                       Avec les tym­pans cre­vés par les longs cris
                                  des femmes atta­chées au mât des mai­sons.

On construit des murs. C’est une zone où, la nuit,
                                  le silence est presque indus­triel.
Seul le bour­don­ne­ment léthar­gique du béton te rentre dans les os.
           Comme par­tout : du béton C100/​115 auto­com­pac­tant.

X