> Canto do Verbo em busca da forma

Canto do Verbo em busca da forma

Par | 2018-02-21T14:08:24+00:00 5 avril 2013|Catégories : Blog|

 

Eu pre­si­do a todos os enga­nos                                              
os do céu os da ter­ra há tan­tos anos                          
que nem o tem­po os lem­bra                                           
Antes do mar fui voo
Antes do sal fui mar e sede antes da água fres­ca
Antes do ver­so eu fui a poe­sia
Eu sou antes de Deus e do uni­ver­so
Estando antes eu nun­ca fui ontem
e sen­do a tudo pre­so nun­ca fui refém
nem de mim mes­mo porque a min­ha fome
não tem dis­tân­cia hori­zonte não tem nome
Sempre que me contam sou inumerá­vel
sempre que me caçam sou invul­nerá­vel
Eu nun­ca estou no pé e nun­ca estou no pas­so
a min­ha dimensão é outra sou o com­pas­so cós­mi­co
a que pal­pi­tam todas as galáxias
e a que se geram flores nos ramos das acá­cias
Não fui pla­nea­do nem pro­jec­to
Não sou von­tade
Nas letras de prisão lêem-me liber­dade
não a min­ha a tua a deles ou a de todos
Eu sou a liber­dade do dese­jo
Do dese­jo dos lodos e das aves dos rios
dos homens e mul­heres
de todo o espa­ço de todas as coi­sas
de todos os seres
Por isso eu pre­si­do a todos os enga­nos
os do céu os da ter­ra há tan­tos anos
que nem o tem­po os lem­bra
Sou a razão de todas as der­ro­tas
o cora­ção da mágoa as mãos do deses­pe­ro
Eu sempre estou e per­ma­ne­ço e espe­ro
desde o caos e can­to o refa­zer do dese­jo
na sua liber­dade como lábios no bei­jo
Em mim tudo reco­me­ça grão a grão pon­to a pon­to peça a peça
mão a mão sol a sol segun­do a segun­do
porque comi­go reco­me­ça o mun­do
até que tudo seja o que não vejo
até que o mun­do seja o do dese­jo

 

 

 

Chant du Verbe en quête de forme

 

Je pré­side à tous les men­songes
ceux du ciel ceux de la terre depuis si long­temps
que même le temps ne s’en sou­vient pas
Avant la mer j’ai été vol
Avant le sel j’ai été mer et soif avant l’eau fraîche
Avant le vers la poé­sie
Je suis avant Dieu et l’univers
Etant avant je n’ai jamais été hier
et pri­son­nier de tout jamais otage
même pas de moi-même car ma faim
n’a ni dis­tance ni hori­zon ni fin
Si on me compte je suis innom­brable
si on me chasse je suis invul­né­rable
Jamais debout et jamais en mesure
ma dimen­sion est autre je suis le rythme cos­mique
auquel battent toutes les galaxies
et qui fait fleu­rir les branches des aca­cias
Jamais pré­vu ni pen­sé
Je ne suis pas volon­té
Dans les lettres de pri­son on me lit liber­té
pas la mienne la tienne la leur ou celle de tous
Je suis la liber­té du désir
Du désir des lotus et des oiseaux des fleuves
des hommes et des femmes
de tout l’espace de toutes les choses
de tous les êtres
C’est pour­quoi je pré­side à tous les men­songes
ceux du ciel ceux de la terre depuis si long­temps
que même le temps ne s’en sou­vient pas
Je suis la rai­son de toutes les défaites
le cœur de la souf­france les mains du déses­poir
J’existe éter­nel­le­ment et je reste et j'attends
depuis le chaos et je chante la re-créa­tion du désir
dans sa liber­té comme les lèvres dans le bai­ser
En moi tout recom­mence grain par grain point par point pièce à pièce
main par main soleil par soleil seconde par seconde
parce qu’avec moi recom­mence le monde
jusqu’à ce que tout soit ce que je ne vois pas
jusqu’à ce que le monde soit celui du désir

 

Traduction Cécile Lombard
(Resumos, Insumos e dores emer­gentes, éd. AEMO, 1997)

Sommaires