Je bois l’âcre vin de mon automne
et m’accorde peu de phrases

si rien à dire de plus excite la salive
je la ravale

aucune véri­té à rapié­cer
aucun pon­cif à maquiller

je cha­hute le bon vou­loir des mots
dans mon silence