> ce monde qui nous contraint

ce monde qui nous contraint

Par | 2018-06-19T19:54:28+00:00 25 mai 2014|Catégories : Blog|

ce monde qui nous contraint

à son lan­gage

 

ce monde qui dans la déchi­rure

du cri

res­pire

 

ce monde

illu­mi­né des larmes

qui le tra­versent

 

loin des mille et mille colonnes noir­cies

entre le mot

et le mot

au blanc    des voix

qui l'ébrèchent

            de lunes

le silencent

en prière

 

 

ce cri qui se dit

ce cri qui ne se hurle pas

étouffe le lan­gage l'assaille l'avale en mots bat­toirs baillons broyeurs de bouches muettes tor­dues au sol du labeur trom­pe­rie spec­ta­cu­laire trans­pa­rence

 

ce cri sourd

aux mots introu­vés

cri de        pré­sence

invo­ca­tion de l'homme

tra­vail du son    à sa chair

 

ô cri        ô lune

rouge

viens

monte

au souffle heur­té coups déments des mots qui se cognent

                                   s'accouplent

                        lacèrent

du sang ico­no­claste de leur amour

                                               vio­lence

l'opacité innom­mable

du monde

 

ô cri

ô lune

                        ***

 

Vois dit-elle

regarde

moi

les yeux                            

                là

le point de la ren­contre

l'étreinte nue

à l'orient du temps

où les mots chu­cho­tés mûrissent sous le des­sin des ombres

 

se forme l'espace

les corps émergent

pâlis d'attente

 

regarde au-delà

des bords étranges

l'eau noire            de lumière

 

regarde bien

sinon

ce bras n'est plus mon bras

ce ventre sous ta main

devient sel

stèle englou­tie

d'indifférences

 

regarde

notre bai­ser nous appelle

au dédale des pierres se cherche le feu

 

                        ***

 

Entre les murets en ruine grim­pant dans la mon­tagne

quête sèche

dis­ten­due

à vue per­due

 

mais sur la dalle des dieux

     gor­gées de soli­tude

et le vent

     herbes blanches

au creux des doigts

une étoile

 

le lichen

des­sine ta pierre

une autre

sous le pas du silence

 

 

                        ***

noces

 

 

au soir tom­bant

            une fenêtre bleue

une fenêtre grise

 

l'impartage du ciel se joue ici

 

dans la pièce

où tu écris

 

ce bateau

 

où le silence

cha­vire

 

                        ***

 

J'ai enten­du tes étoiles

            ne crois pas

j'ai sen­ti l'ombre claire de tes mains

sur l'horizon                cet appel

au creux de tes che­mins d'enfance

j'ai repo­sé mon regard

j'ai repo­sé le siècle

            ne crois pas

dans l'eau du dire l'âme a

reje­té la fron­tière

            dénon­cé la fatigue

prends mes bras ils ont

    besoin de tes épaules

besoin de ta hanche

au seuil de la nuit

 

            ***

 

cou­rir

cou­rir

la course

sans mains

sans signes

cou­rir

frap­per de néant

l'espace

de son écri­ture

 

tu ne ces­se­ras plus d'opposer

le blanc

à son manque

tu nei­ge­ras

sur l'espace

vidé de silence

tu nour­ri­ras

la terre 

 

 

 

            ***

 

quand l'ombre s'abat

 

sur la place publique

 

le froid

entre en prière

les cris

s'accrochent aux branches

l'eau appelle tes bras

un bai­ser

extra­dé

touche           le miroir

 

elle ne baille­ra pas sa perte

elle ira au stade

de sa rude pâleur

elle dénon­ce­ra

  ***

 

 

deine blut­lo­sen Finger                                                    tes doigts exsangues

vor­wurf­svoll schauen sie dich an                                  ils te fixent   répro­ba­teurs

abs­trakte Gebilde                                                             for­ma­tions abs­traites

einer Sprache knö­chern                                                 d’une langue    osseux

unflüs­sig                                                                            influides

zeits­tarr                                                                               temps racines

erblasst                                                                              pâlis

Gedanken blanke                                                             pen­sés à nu  de sen­tir

Gefühle

schreien hinan                                                                  leur cri

 

zeu­gend                                                                            défla­grant 

verwüs­tend                                                                       une  danse                                                                                 

                                                                                          – source    –    témoin

 

tän­ze­risch

Quand l’oubli  sur­git

insen­sé

            le mot ne dit pas cela

quand

sur l’arc de dou­leur

tu te sou­viens

de toi

            das        sagt      das Wort nicht

toi aus­si

 

pris dans les glaces

 

quand

sous la dou­ceur inexo­rable

quand tu te sou­viens

 

le cri

ton eau

                        le mot ne   dit    pas cela

dis­loque

en pleurs

ce poing de verre

                        le mot ne   dit   pas   cela

ce poing  

où sur­vi­vait

                        cela     se dit      peut     se dire

une argile

ton argile

                        par    le mot

ses bras

le bai­ser

tout contre

son souffle

                        cela     peut          sur­gir

           

                au blanc du dire

              

               son écoute

                       

   entre

 

 

            ***

 

ils vont et viennent

les mots

 

me vont

me viennent

 

silences

à tire d’ailes

 

des oies sau­vages

 

l’ombre de leur vol

ouvre au ciel          les façades

ville vague

immeubles

migra­teurs

habi­tables

 

 

 

            ***

 

Anrufung                                                                                     Invocation

 

 

Le sou­rire figé                                                                          Erstarrtes  Lächeln

du masque                                                                                eine Maske

Les touches de rouge                                                             mit Rouge

sur les joues blêmes                                                             auf blei­chen Wangen

 

Leben wol­len                                                                           Vouloir vivre

 

Ergaunerte Zeit                                                                        Temps escro­qué

und Schlaf-                                                                                re-

und Traum                                                                                –vivi­fiant

Belebung                                                                                  som­meil et rêve

 

Mais le regard est rieur                                                        Doch im Blick hell ein Lachen

La robe nuage                                                                        und das Kleid – eine Wolke

 

X