> C’est à l’écart qu’il faut marcher

C’est à l’écart qu’il faut marcher

Par | 2018-02-25T22:47:21+00:00 9 novembre 2014|Catégories : Blog|

 

C’est à l’écart qu’il faut mar­cher
enri­chir la terre & tenir
table ouverte tran­cher le temps
dans le sens de la rivière
tra­vailler les dou­lou­reuses
épaules du fir­ma­ment

c’est à l’écart qu’il te faut faire
ce que tu sais faire à l’écart
dans le lacis des aban­dons
dans le lierre des vic­toires
quand vire­voussent les dan­seurs
sans bruit de pas ou de tis­su

c’est à l’écart que tu élagues
les nuits aux branches trop lourdes
trop gor­gées de sèves d’ailleurs
de soli­loques impor­tuns
quand quelqu’un d’autre s’est assis
chez toi qui plus est en ton nom

c’est à l’écart que tu restes
atti­sé loin des vents mau­vais
dans cet affais­se­ment de mâts
loin des nau­frages & des regrets
atti­sé comme un frêle phare
ne gui­dant que les roses rouges
& quelque autre cœur à l’écart

c’est à l’écart que d’autres jours
aiment à naître tres­sés de treilles
& de trilles char­gés de voix
incon­nues & tiennes pour­tant

c’est à l’écart que ton souffle
se creu­se­ra pour accueillir
au lit des paumes acco­lées
les plus anté­rieures des pluies

 

 

extrait de Les Belles Choses – Paul Dirmeikis – Editions de L’Eveilleur (2014)