> CETTE VIE QUE JE ME SUIS PROMISE

CETTE VIE QUE JE ME SUIS PROMISE

Par |2018-11-20T19:28:30+00:00 2 février 2013|Catégories : Blog|

 

Un jour, je com­men­ce­rai à vivre cette vie que je me suis pro­mise, sans contrainte aucune :
avec un cœur de pirate luxu­riant et san­gui­naire où se feront écho les pas­sions les plus fortes, l'instinct m'emportera vers le délire de la foi, vers l'insanité de l'histoire, vers l'avalanche des jours et des nuits, par une active per­fec­tion du corps !

Resteront der­rière moi dilemmes et incer­ti­tudes, fai­blesse de la volon­té et gran­deur du doute, et, comme jadis face au peuple de Moïse, la mer va s'ouvrir pour livrer pas­sage au peuple-moi vers une vie pro­mise et entière, vers la terre qui m'est pro­mise.

Pour l'instant, je n'ai encore rien entre­pris en vue du grand évé­ne­ment, mais demain ! demain je ferai cer­tai­ne­ment quelque chose, dus­sé-je, impuis­sant, tour­ner en rond dans ma chambre, dus­sé-je res­ter au lit des jours durant, dus­sé-je relire les mêmes livres que je reli­sais depuis des années afin de para­ly­ser toute acti­vi­té.
Voilà, je me pré­pare déjà à sor­tir de ma chambre, à faire cla­quer toutes les portes avec fra­cas, mais, dans cet espace garan­ti du doute, en rai­son de la peur, fureur et colère me manquent, une com­pas­sion sou­daine m'inonde vers ces portes et le silence du vide qui res­te­raient, après moi, fan­to­ma­tiques, tel un bâille­ment gigan­tesque grand ouvert.

Un jour, tou­te­fois, je com­men­ce­rai cer­tai­ne­ment à vivre cette vie que je me suis pro­mise, sans limite aucune :
enva­hi par une volon­té qui pul­vé­rise tout je plon­ge­rai vigou­reu­se­ment dans la froi­deur mati­nale dans une vie éton­nam­ment natu­relle et bru­tale, de manière active, comme tout bar­bare, un jour, lorsque je serai moins sage et moins hau­tain, moins apa­thique, indé­cis et scep­tique :
lorsque je ne serai plus.

 

X