> Cinq poèmes présentés par Silvia Guzzi

Cinq poèmes présentés par Silvia Guzzi

Par | 2018-06-25T21:17:22+00:00 23 mars 2016|Catégories : Blog|

Ascolta, un viale ave­vo
di ster­mi­nate rose
da guar­dare la sera,
cie­li di viole
che l’edera ram­pa­va a gran­di tele,
ave­vo corde amo­rose.
E guar­da ades­so
com’è tut­to rac­col­to in un miri­no,
che final­mente la mia stra­da ho per­so
nel mon­do delle cose
e mi sen­to salire rami nuo­vi
e il cie­lo ce l’ho ste­so sulle dita
e amo, e mi rin­chiu­do
tut­ta nel­la vita.

 

 

 

 

Écoute, une allée j’avais
de roses infi­nies
à regar­der le soir,
des ciels de vio­lettes
où le lierre ram­pait à grandes toiles,
j’avais des cordes d’amour.
Et regarde main­te­nant
comme tout est réduit dans une mire,
que ma route fina­le­ment j’ai per­due
dans le monde des choses
et je sens pous­ser des branches neuves
et le ciel je l’ai, allon­gé sur les doigts
et j’aime, et je m’enferme
tout entière dans la vie.

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

O suda­to cor­po. O espres­si­vo cor­po.
Mariangela Gualtieri

 

 

 

Bianco saha­ra
      ste­so nel­la vita pure tu
qui dove l’uso
è dare a ciò che dura solo poco
l’aria di un’infinita cor­sa oltre le dune :
       mio cor­po ere­mi­ta
       natu­rale
       di fronte al tuo mirag­gio di tor­nare
       alme­no indie­tro
       ver­so le prime due mole­cole abbrac­ciate
       da un movi­men­to solo
       quel­lo che ades­so fa girare il sangue
       fino ai pie­di
       den­tro la sab­bia d’oro
               e su alla tes­ta
               dove ogni cosa sem­bra una sor­gente
               ed è una goc­cia che diven­ta mat­ta
               per irri­gare il mon­do :

tut­to il bene che sen­ti non è cer­to,
solo la sete è vera –
modes­ta­mente
devi legar­ti al tem­po
come a una caro­va­na nel deser­to.

 

 

*

 

 

 

Ȏ corps en sueur. Ȏ corps expres­sif.
Mariangela Gualtieri

 

 

 

Blanc saha­ra
      allon­gé dans la vie toi aus­si
en ce lieu où l’usage
est de don­ner à ce qui dure le moins
l’air d’une course infi­nie au-delà des dunes :
      mon corps ermite
      natu­rel
      face à ton mirage d'un retour
      au moins en arrière
      vers les deux pre­mières molé­cules enla­cées
      dans un seul mou­ve­ment
      celui qui main­te­nant fait tour­ner le sang                    
      jusqu’aux pieds
      sous le sable d’or                        
                et monte à la tête
                où chaque chose res­semble à une source
                et n’est qu’une goutte deve­nue folle
                pour irri­guer le monde :                    

tout le bien que tu sens n’est pas cer­tain,
la soif elle seule est vraie –          
modes­te­ment
tu dois te lier au temps
comme à une cara­vane dans le désert.

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

È mes­tiere del ven­to alzare vele –
Ma noi pos­sia­mo sce­gliere il colore,
il loro ver­so, la gioia di resis­tere e che muove
dell’albero maes­tro – fer­mo,
con le radi­ci nel bene del­la ter­ra –
e che ci por­ta vivi
in pochi ami­ci, come dopo una guer­ra.

 

 

 

*

 

 

 

C’est son métier au vent, lever les voiles –
Mais nous pou­vons choi­sir la cou­leur,
leur direc­tion, la joie de résis­ter et qui anime
du grand mât – immo­bile,
les racines dans le bien de la terre –
et qui nous porte vivants
der­niers amis, comme après une guerre.

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Quello che s’apre è un cam­po di silen­zio.
Io sono qui da tem­po, che lo temo.
È cosí che mi alle­no a sen­tir­lo
e alla vita.

Noi mori­re­mo,
e forse avre­mo det­to solo ques­to.
Però l’alba fu vera,
pie­ni di gra­zia appe­na spin­ti a riva
un pae­sag­gio, le voci,
una figu­ra uma­na,
la mia casa –
la loro fine sem­plice e com­ple­ta.
       Per il suo sal­to cie­co a quel­la sce­na
il cuore bru­cia,
tut­to lo spa­zio gri­da
e nei pol­mo­ni nasce una madre :
                                       aria del­la paro­la
come una via che sem­bra breve
e s’allontana.

Andrai fino a dove t’accompagna
la lin­gua ita­lia­na,
fino a dove ti chia­ma e poi ti perde.

Sempre da allo­ra
sen­to qual­cu­no che s’inchina
den­tro di me
ver­so le cose intor­no
come se fos­si io, pie­to­sa
al mio sog­gior­no.

E se ricor­do,
non ho sapu­to altro che la fret­ta
di radu­nare una patria in un foglio,
di tra­dire ogni gior­no il suo­no scu­ro
che ques­ta sera ascol­to
cosí tan­to piú sacro di ogni boc­ca.

Vedrai, con poco
si fa sfio­rare il mon­do :
con l’impazienza
e poi con la pazien­za.

(Cosí uno sguar­do, un volo,
cor­re­va sul­la cer­va del tap­pe­to
e pure lei cor­re­va, anche piú lieve
nell’erba fit­ta di nodi labo­rio­si –
set­te­mi­la).

Ma sen­za niente s’arriva piú lon­ta­no
dove il pen­sie­ro tor­na anti­co, lim­pi­do, vano –

come se fos­si un muro da dis­fare,
e il can­to da cer­care
fosse il piú muto.

Sommessamente
cresce il verde del pra­to.

Qualcosa ho ripa­ra­to dal mio assal­to
per non tre­mare di liber­tà infi­ni­ta.
Ma ogni paro­la sull’altra acca­tas­ta­ta
     tavo­lo, sas­so, infer­no, reve­ren­za,
si è alza­ta intor­no a un’aria che la svuo­ta,
l’assottiglia –
non fa nes­sun rumore
quan­do crol­la, si spia­na
e las­cia allo sco­per­to la mia vita.
E ades­so solo la vita mi ripa­ra –
       un ven­to che pro­tegge una ban­die­ra.

Oltre di te, si scio­glierà di nuo­vo.

Ora che tut­to è anda­to come anda­va,
su ques­to ciglio che non sepa­ra niente
io m’inginocchio, res­to all’aperto, veglio
il cam­po neb­bio­so che s’allarga
dis­cen­den­do da me come uno scialle
e un silen­zio serale sale forte
per alle­nar­mi a sen­tir­lo
e alla morte.

Chiudere gli occhi
è sempre sta­to uguale a ques­ta valle.

 

 

 

*

 

 

 

À s’ouvrir c’est un champ de silence.
Je suis là depuis long­temps, qui le crains.
C’est ain­si que je m’entraîne à l’entendre
et à la vie.

Nous mour­rons,
et peut-être n’aurons-nous dit que ça.
Mais l’aube fut vraie,
pleins de grâce dès que pous­sés sur le rivage  
un pay­sage, les voix,
une sil­houette humaine,
ma mai­son –
leur fin simple et com­plète.
       Pour son saut aveugle à cette scène
le cœur brûle,
tout l’espace crie
et dans les pou­mons une mère naît :
                                                 air de la parole
tel un che­min qui semble court
et s’éloigne.

Tu iras jusqu’où elle t’accompagne
la langue ita­lienne,
jusqu’où elle t’appelle et puis te perd.

Toujours depuis lors
je sens quelqu’un s’incliner
en moi
vers les choses alen­tour
comme si c’était moi, piteuse
à mon séjour.

Et si je me sou­viens,
je n’ai su autre chose que la hâte
de ras­sem­bler une patrie dans une feuille,
de tra­hir chaque jour le son obs­cur
que ce soir j’écoute
tel­le­ment plus sacré que n’importe quelle bouche.

Tu ver­ras avec peu
le monde se fait effleu­rer :
avec l’impatience
et puis avec la patience.

(Ainsi un regard, un vol,
cou­rait sur la biche du tapis
et elle aus­si cou­rait, plus légère même
dans l’herbe touf­fue de nœuds tra­vaillés –
sept-mille).

Mais sans rien on arrive plus loin
où la pen­sée rede­vient ancienne, lim­pide, vaine –

comme si j’étais un mur à défaire,
et le chant à cher­cher
plus muet encore.

En silence
le vert du jar­din gran­dit.            

J’ai pro­té­gé cer­taines par­ties de mon assaut
pour ne pas trem­bler de liber­té infi­nie.
Mais chaque mot sur l’autre empi­lé
      table, pierre, enfer, révé­rence,
s’est levé autour d’un air qui le vide,
l’amincit –
il ne fait aucun bruit
quand il s’écroule, il s’aplanit
et laisse ma vie à décou­vert.
Et à pré­sent seule la vie m’abrite –
       un vent qui pro­tège un dra­peau.

            Au-delà de toi, elle se dis­sou­dra à nou­veau.

Maintenant que tout s’est fait comme il fal­lait,
sur cette lisière qui ne sépare rien
je m’agenouille, je reste à l’air, je veille
le champ bru­meux qui s’élargit
glis­sant sur moi comme un châle,
et un silence du soir monte fort
pour m’entraîner à l’entendre
et à la mort.

Fermer les yeux
a tou­jours été pareil à ce val.

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Prima di dar­si al sole l’uccelletto
teso sul ramo forse aspet­ta un uomo
o pre­ga l’uccelletta – spez­za­mi un’ala,
fa’ che sia fer­mo a ques­to gior­no nuo­vo,
eter­na­mente tol­to al maes­to­so
navi­gare del cie­lo come uno
che ha col­to il fiore suo,
il suo solo, e las­cia pra­ti interi
alla malin­co­nia di un altro.
Ma non viene nes­su­no – cosí lo vince il volo.

 

 

 

 

 

 

Avant de se don­ner au soleil l’oisillon
ten­du sur la branche attend un homme peut-être
ou prie l’oisillonne – casse-moi une aile,
rends-moi immo­bile à ce jour nou­veau,
à jamais arra­ché au majes­tueux
rou­le­ment du ciel comme qui
a cueilli sa fleur,
son seul, et laisse des prés entiers
à la mélan­co­lie d’un autre.
Mais il ne vient per­sonne – ain­si le vol le gagne.

 

 

 

 

 

[Silvia Bre, “Le bar­ri­cate mis­te­riose”, Einaudi, 2000, tra­duit de l’italien par Silvia Guzzi]

 

Silvia Guzzi est tra­duc­trice de l’italien, de l’espagnol et de l’anglais. Après avoir obte­nu sa licence en tra­duc­tion avec dis­tinc­tion, à l’Institut Libre Marie-Haps de Bruxelles, avec un mémoire de tra­duc­tion com­men­tée du roman Temblor de Rosa Montero, elle a sui­vi une for­ma­tion au Centre euro­péen de tra­duc­tion lit­té­raire diri­gé par Françoise Wuilmart. Elle tra­duit de la poé­sie contem­po­raine ita­lienne et ses tra­duc­tions ont été accueillies dans les revues numé­riques de poé­sie Terres de femmes, Terre à ciel, Paysages écrits ain­si que sur les blog de poé­sie ita­lienne PoetarumSilva et IrisNews. Elle a tra­duit un roman et de nom­breux ouvrages en sciences humaines. Son site inter­net : www​.tra​duc​tions​.it 

X