> Cité des alizés

Cité des alizés

Par | 2018-02-24T08:40:39+00:00 26 février 2014|Catégories : Blog|

 

Mogador

Quelques pas de che­vaux
et c'est le silence de l'eau

pour long­temps encore.

Une lueur s’installe,
ambre sur la ville
                               pré­sage
des soleils levants.

Cité des ali­zés
des rumeurs s’éveillent
s’évadent des rem­parts.

Mogador !
arène, qua­dra­ture _​
une impos­sible pri­son­nière.

Je suis de cette ville
qui est la ville de ceux qui sont sans ville*.

 

 

 

Déclic

Un antique rem­part s‘ouvre
des confu­sions reviennent

           anciennes, obs­cures

       enfouies

une sorte d’épiphanie
jusqu’à l’instant d’une conscience.

On croyait la mémoire un inven­taire
une biblio­thèque sage
le cours d’un très vieux che­min,
une trop loin­taine voix, per­due.

Un antique rem­part s’ouvre
des cris réveillent les tré­fonds
frag­ments, qui se révèlent briques
     « il me revient ! »

infans, on se fait verbe.

On ne naît pas, on devient.

 

 

 

D'ivoire et d'azur *

Le jour s’annonce
aux bruits des pas océa­niens

et les marins !
image pré­caire

     sur la mer
     sous le ciel,
     image d'ivoire et d'azur

oiseau bleu
qui passe le miroir.

Aux fenêtres des murailles
des visages se montrent
ils sont regards, qui cherchent
ils sont espoirs
qui scrutent la mer

qui s'aveuglent aus­si
sur le cris­tal de l’eau.

Cité des ali­zés
le jour s’annonce

    d'incertitude.

 

 

 

Rempart

Il y a sur la Ville
les anciennes années
ce suint tout le pas­sé

il y a dans la Ville
les vieilles idées _​
d’Avorrès*
toute la pen­sée.

Il y a sur la Mer
toutes les vagues
                              les goé­lands
des vagues de vent
toute la liber­té _​

…/​…
mais il y a
dans la Ville
toutes ces bures ces rem­parts
toutes ces mises
                              _​ obs­cures
toutes ces femmes ces visages
                        _​ enca­gés
 

][

toute la rage toutes ces femmes
                                                   _​ étouf­fées

…/​…

mais il y a dans la Ville
toutes ces femmes ces visages
                                                      _​ entra­vés

 

 

Des yeux béants

Femmes cachées
dans l'ombre des caf­tans

                                               /​

…/​…

Je vois des yeux
des yeux béants

je vois des regards
des regards pro­fonds

j’entends des silences
qui scandent des pri­sons

      bleus imma­té­riels
      bleus irré­mé­diables _​

      des yeux béants.

        ][

C'est une image pré­caire,
d’ivoire et de bleu

     incon­ce­vable,
     comme les larmes

     pro­fonde,
     comme la mer

des femmes
d’écume et d’azur

…/​…
Je vois des femmes pri­son­nières
dans les cachots de leurs car­cans dorés
                                                                           /​

 

Notes

* Rûmi (1207-1273). Mystique perse qui a pro­fon­dé­ment influen­cé le sou­fisme. Son dis­cours est contem­pla­tif et son esthé­tique ver­bale est poé­tique. Les deux der­nier vers du poème sont de Rûmi.
* Le bleu et le blanc sont les cou­leurs de la ville d’Essaouira et sa flot­tille de pêche s’y conforment stric­te­ment.
* Avorrès, phi­lo­sophe du XIIème siècle anda­lou, pen­sait et fut accu­sé d'avoir dit qu'il n'existait qu'une seule âme pour tous les hommes.