> Cornucopia

Cornucopia

Par | 2018-02-22T15:53:53+00:00 19 octobre 2012|Catégories : Blog|

 

Subtle femi­nine power creates a magni­ficent
uni­verse, rich soil,
Edenic mytho­lo­gi­cal birds
and trees bloo­ming in apo­theo­sis.

I tra­vel cor­ri­dors of mind, synapses
of chaos, fre­ne­tic amne­sia, begui­ling
impulses, dif­fu­sion of hea­ven, past marble
por­tals to crys­tal­line temples.

 

Poseidon’s laugh­ter reso­nates : Hail
the water dra­gon
. With ame­thyst eyes
wit­ness dashes of magic. Smiling
cro­co­diles turn to tor­toises, my name

pyra­mid, antique amu­let, the heart
a secret tower I inha­bit. Across
the web I’ve woven I cut loose
the end of sor­row. I’m here to stay.

 

From Dreaming My Animal Selves (Le Songe de mes Âmes Animales), for­th­co­ming from Salmon Poetry in Ireland in 2013
 

 

 

 

Corne d'abondance 

 
 

Univers magni­fique créé par une force fémi­nine
sub­tile, riche terre,
Éden, oiseaux mytho­lo­giques
et arbres fleu­ris­sants en apo­théose.

Je par­cours les cor­ri­dors de l’esprit,
synapses chao­tiques, amné­sie fré­né­tique,
élans cap­ti­vants, para­dis dif­fus,
pénètre temples cris­tal­lins par por­tails de marbre.

Le rire de Poséidon résonne : salue
le dra­gon aqua­tique. Avec des yeux
amé­thyste observe un soup­çon de magie,
cro­co­diles sou­riants se trans­for­mant en tor­tues,

mon nom pyra­mide, amu­lette antique,
le cœur une tour secrète que j’habite.
À tra­vers la toile que j’ai tis­sée je libère
la fin du cha­grin. Je reste ici pour de bon.

 

From Dreaming My Animal Selves (Le Songe de mes Âmes Animales), for­th­co­ming from Salmon Poetry in Ireland in 2013.

Sommaires