> Corps

Corps

Par | 2018-02-25T01:12:08+00:00 18 mai 2014|Catégories : Blog|

 

La nuit a man­gé les cerises
et croque l’âme des cachots
je crache à l’âtre des tri­pots
en nage dans le sang des mots

 

La nuit engendre des rabots
qui glissent froids dans ma che­mise
où bour­geonnent des rats d’église
amants-morts de la nuit qui frise

 

La poé­sie m’a désos­sé
de mes feintes de mes cou­teaux
je suis nu de tant de far­deaux
per­du à l’abord de l’enclos

] CORPS [

Par | 2018-02-25T01:12:08+00:00 16 décembre 2012|Catégories : Blog|

 

En par­tant du prin­cipe, je renonce     
à mes pieds, et en remon­tant
je renonce à mes jambes.  

Elles fré­missent et me rap­pellent à la vie,
mais je n’en veux plus de la vie.

En tran­chant ma queue, lui atta­chant une pierre
pour qu’elle se couche à jamais, je songe
aux yeux de toutes ces femmes.

Je livre
au feu la sève des yeux.

Les émo­tions,
j’y renonce, le cœur net
ou pas, je renonce au cœur, du nom­bril
qui m’a lié à ma mère, je renonce à ma mère

et à tous les mots emprun­tés
lorsque j’ai com­pris que j’étais quelqu’un, je renonce à ce quelqu’un

pour deve­nir or, peu, feu, creux :

UN CORPS DÉVORE L’AUTRE

 

Traduit du por­tu­gais (Brésil) par Tania Henrique da Costa

 

 

] CORPO [

 

Partindo do princí­pio, eu desis­to
dos meus pés, e sub­in­do
eu desis­to das min­has per­nas.

Elas late­jam e me fazem sen­tir vivo,
mas eu não que­ro mais sen­tir-me vivo.

Ao cor­tar o pau, pren­der nele uma pedra
até que pen­da para sempre, eu só pen­so
nos olhos de todas aque­las mul­heres.

Eu entre­go
ao fogo o mel dos olhos.

As emo­ções,
eu desis­to delas todas, o cora­ção lim­po
ou não, eu desis­to do cora­ção, do umbi­go
que me ligou à min­ha mãe, eu desis­to da min­ha mãe

e de todas as pala­vras que usei
quan­do com­preen­di que era alguém, desis­to de ser alguém

para ser oco, novo, fogo, ouro :

UM CORPO DEVORA O OUTRO