> D’abord chercher la simple épure du vivant

D’abord chercher la simple épure du vivant

Par |2018-09-18T17:41:10+00:00 26 février 2014|Catégories : Blog|

 

D’abord cher­cher la simple épure du vivant
être au monde sans la rai­son.
Ni le poids des autres et de leur regard

No pas­sa­ran, votre regard

Dire je ne serais pas ce que vous vou­lez que je suis
C’est déjà être ce que vous vou­lez que je sois…
Je suis l’incertain, l’insignifiant, l’innommable autre.
Enfants nés ici, fuyant ailleurs.
L’ordre du monde et de l’errant.
Traverser le fleuve à la nage pour la fron­tière
Périr dans les flots du sable trop immense
Epopée des temps modernes cas­cades de papiers.

Des vau­tours par cen­taines planent dans le ciel
Gare aban­don­née qui semble expur­ger l’histoire.
Plus per­sonne ne veut savoir qu’elle a exis­té
Plus de témoi­gnage sur son pas­sé, per­sonne ne doit savoir

Qu’ici dans cette gare aban­don­née a tran­si­té l’Or…
l’Or des fous, des canons, du mérite et de la gloire

Dans cette gare aban­don­née où a tran­si­té l’Or
L’or des cadavres de mes frères juifs
Contre du tungs­tène pour chars et blin­dages avec la béné­dic­tion
De la troï­ka du natio­nal catho­li­cisme en route pour la gloire,
Chevauchant d’amis ban­quiers hel­vètes

Estacion inter­na­cio­nal de fer­ro­ca­ril de Cafranc

http://​www​.lade​peche​.fr/​a​r​t​i​c​l​e​/​2​0​1​1​/​0​3​/​0​5​/​1​0​2​8​4​1​2​-​q​u​a​n​d​-​l​-​o​r​-​n​a​z​i​-​p​a​s​s​a​i​t​-​p​a​r​-​c​a​n​f​r​a​n​c​.​h​tml

X