Dans ta bouche mûre
s’engouffrent les mots fami­liers
de toute une exis­tence
pas­sée à par­ler
le lan­gage du monde.