Danse, Mod­esty
Choix de poèmes

 

 

Danse, Mod­esty, danse,
elles sont der­rière toi, les années de camp rose,
les longues prom­e­nades soli­taires au-delà des bor­ds des villes
et les mil­liers d’étés rem­plis de livres sur les lits.

Pour faire de la voile prends juste une tasse de thé,
des jumelles et un pro­duit qui efface
tout sou­venir super­flu lors du voyage.

Dans l’ombre de l’agave qui pousse sur le bateau,
pen­dant de longues nuits au large, prête l’oreille
à la dis­pari­tion des bruits du monde.

Tu as trou­vé l’amour de ta vie,
y a‑t-il de bon­heur plus grand que sa pen­sée posée
sur toi à n’importe quel moment de la journée, et sans que per­son­ne le voie !

 

Pleši, mod­esty, pleši

Pleši, Mod­esty, pleši,
iza tebe su godine ružičas­tog logora
duge, osaml­jene šet­nje preko rubo­va grada
i tisuće lje­ta pre­punih knji­ga po krevetima.
Na jedren­je pone­si samo šalicu čaja
daleko­zor i sred­st­vo koje briše
svako suvišno sjećan­je na putu.
U sjen­ci agave koja raste na brodu
u dugim noći­ma na otvorenom, osluškuj
kako gube se zvukovi svijeta.
Našla si ljubav svog života
i ima li veće sreće, nego kad spusti se mišlju
na tebe u bilo koje doba dana, a nitko ga ne vidi!

 

***

Dah

 

Udah­ni i pusti neka sjenke inja i gomolja
prospu se i rastvore tvo­je unutrašn­je vrtove
A srce, koje god­i­na­ma je sku­pl­ja­lo gorčinu,
neka se odmori pod blag­im dodirom
neči­je smirene ruke.

 

 

Souf­fle

 

Inspire et laisse les ombres du givre et des bulbes
se répan­dre et faire éclore tes jardins intérieurs.
Et le cœur, plein de l’amertume accu­mulée pen­dant des années,
se repos­er sous la douce caresse
d’une main sereine.

 

***

 

Brod luđa­ka

 

U polum­raku pro­laze sjene na plat­nu dok mno­ga udobna
sjedala osta­ju netaknu­ta i praz­na. Nitko ne želi gle­dati film
o šut­nji i holokaus­tu, o bolesnim ljudi­ma koji plu­ta­ju na
lađi, slika­ju cvjetiće po bije­lim papir­i­ma i ostavl­jeni, jedni
drugi­ma priča­ju o još jed­nom danu u logoru.
A gradovi? Oni su san­duci puni olo­va. Država­ma ne treba
tepati, one su osvetile svo­je zeml­je i ostavile pločnike za
zbun­jene dječake i bolesnike.
Šutke, nakon pro­jek­ci­je, sme­te­na, hodam gradom
koji se pret­vara u brod luđa­ka i nes­ta­je u rijeci.

 

 

Un bateau de fous

 

Dans la pénom­bre, les sil­hou­ettes passent sur l’écran alors que plein de
sièges con­fort­a­bles restent intacts et vides. Per­son­ne ne veut regarder un film
sur le silence et l’holocauste, les gens malades qui flot­tent sur
le navire, peignent de petites fleurs sur les feuilles blanch­es et, abandonnés,
se racon­tent les uns aux autres encore un jour de camp.

Et les villes ? Elles sont des caiss­es rem­plies de plomb. Pas de paroles douces
pour les États, ils ont vengé leurs pays et lais­sé les trot­toirs aux
garçons con­fus et aux malades.

Silen­cieuse, après la pro­jec­tion, trou­blée, je marche dans la ville
qui se trans­forme en un bateau de fous et dis­paraît dans la rivière.

 

***

 

Spo­ra duša

 

Književnost je tek utvara i utje­ha za spore duše koje
zab­o­rav­ile su brzo trčati i nabav­i­ti osobnog bankara. 
Sko­ro sam se prepala kad si se skin­uo. Meni je knjiga
o holokaus­tu bliža od tijela golog muškarca.
Tre­bala bih živ­jeti na otoku, gdje rad­ni dan se razlikuje
od ner­adnog samo po tri bicik­la više na ulici.

 

 

Âme lente

 

La lit­téra­ture n’est qu’un fan­tôme et la con­so­la­tion pour des âmes lentes
qui ont oublié de courir vite et de trou­ver leur ban­quier personnel.

J’ai eu presque peur quand tu t’es désha­bil­lé. Un livre sur
l’holocauste m’est plus proche que le corps d´un homme nu.

Je devrais vivre sur une île, là où trois vélos de plus dans la rue font
la dif­férence entre un jour ouvré et non ouvré.

 

***

Dnev­na tuširanja

Tuši­ran­je u podne,
mlaz mlake vode preko
pre­pona i sli­ka gra­da u
običnoj kaplji­ci vode.

Tko nosi pročišćenje,
oprost, zab­o­rav, utjehu?
Pal­imo svi­jeće i čekamo
da marš protutnji.

U gradovi­ma kopanje
kanala ima veću važnost
od nježnog pogle­da na ulici.

Hajde, utrl­jaj miris­ni sapun
u poder­anu kožu i potjeraj
moljce lavan­dom iz kade.

Naši živ­oti su kao oprane mačke uzdignute dlake.

 

 

Les douch­es quotidiennes

 

La douche à midi, filet d’eau tiède au pli de l’aine
et l’image de la ville dans une sim­ple goutte d’eau.

Qui apporte la pur­ga­tion, l’oubli, la consolation ?
On allume des bou­gies et on attend que la marche passe grondante.

Dans les villes, creuser un canal a plus d’importance
qu’un regard ten­dre dans la rue.

Vas‑y, frotte le savon odor­ant sur ta peau déchirée
et chas­se les mites avec de la lavande.

Nos vies sont comme des chats lavés aux poils
dressés, tou­jours prêts à se défendre.

 

***

 

Glas dobi­va tijelo

 

Zapisi su se razlili po stropu –
Doći ću, neću doći,
sli­ka apaurina
i crtež jednog rasprsnuća.

Hajde, pre­briši ljet­no ludilo,
strah je nacr­tao tisuće sli­ka i
rukom si bezbroj puta prelazio
preko kvr­gav­ih riječi – mrz­im te !

Glas dobi­va tije­lo i milu­je lice.
Nagov­ori me, zaveži i baci psima,
baš oni­ma koji negdje uzalud
čeka­ju srce, da im se baci.

 

 

La voix prend corps

 

Les écrits se sont répan­dus sur le plafond –
je viendrai, ne viendrai pas,
l’image du Valium
et le dessin d’un éclatement.

Vas‑y, efface la folie estivale,
la peur a dess­iné des mil­liers d’images
et ta main reve­nait sans fin
sur des mots cabossés – je te hais !

La voix prend corps et caresse le visage.
Con­va­incs-moi, attache-moi et jette-moi aux chiens,
à ceux pré­cisé­ment qui atten­dent vainement
quelque part un cœur, qu’on le leur jette.

 

***

Medit­er­an, čežnja

 

Tre­ba samo uzeti periskop i pogledati
dno. Morske trave lelu­ja­ju, spljoštene
ribe klize, olupine gal­i­je čeka­ju da budu
otkrivene.

Gdje se sakri­lo blago ?
Otvo­rimo kar­tu svi­je­ta i zavirimo
u puteve kave, riže i kruha.

U izvr­nu­tim mori­ma riječi su pravilno
posložene i ptice ima­ju snažni­je pokrete.
Opon­ašat ćemo drevne mornare i otkrivati
nove puteve u pustin­ji Mediterana.

 

 

La Méditer­ranée, nostalgie

 

Il suf­fit de pren­dre le périscope et d’observer
le fond. Les herbes marines ond­u­lent, les poissons
aplatis glis­sent, l’épave d’une galère attend d’être
découverte.

Où s’est caché le trésor ?
Ouvrons la carte du monde et jetons un coup d’œil
sur les routes du café, du riz et du pain.

Dans les mers ren­ver­sées les mots sont bien
ordon­nés et les mou­ve­ments d’oiseaux plus vigoureux.
Nous imiterons les marins anciens et découvrirons
de nou­veaux chemins dans le désert de la Méditerranée.

 

***

 

Kao Emi­ly

 

Da mogu, živ­jela bih kao Emily,
među pti­ca­ma i pče­la­ma u vrtu,
na stoli­ci kraj vinove loze.
Ne bih se micala oda­tle i bio bi to
sasvim dovol­jan pros­tor za mene.

Pila bih vodu, jela prež­ganu juhu i nosila
uvi­jek istu sivu haljinu. Oku­pl­jala bih
dru­gove da u rano popodne, ispod bora,
zbo­ri­mo o jez­er­skim pjesnicima.

U ran­im večer­i­ma slušala bih zvukove ćuka
i tjer­ala raširenih ruku svrake koje zauzimaju
tuđa gni­jez­da. Da mogu, živ­jela bih kao Emily,
ispod hras­ta i čekala smrt s licem sretne
djevojčice.

 

 

Comme Emi­ly

 

Si je pou­vais, je vivrais comme Emily,
par­mi les oiseaux et les abeilles dans le jardin,
sur la chaise près de la vigne.
Je ne bougerais pas de là et ce serait
un espace suff­isant pour moi.

Je boirais de l’eau, mangerais la soupe au roux brun
et porterais tou­jours la même robe grise.
Je rassem­blerais les cama­rades en début
d’après-midi, sous le pin, pour causer
poètes lakistes.

Tôt le soir j’écouterais
les cris des chou­ettes et chas­serais les mains
écartées les pies qui pren­nent le nid
des autres. Si je pou­vais, je vivrais
comme Emi­ly, sous le chêne, et attendrais
la mort avec le vis­age de petite fille heureuse.

 

***

 

Zima na otoku
                               Senku Karuzi

 

Kad zime dođu na otoke s velik­ih trajekata
spuš­ta­ju se žene iz Smed­ere­va i Bačke palanke.
One ima­ju kapute od ovč­je vune i lije­po pjevaju.
Usaml­jeni otoč­ki muškar­ci pozi­va­ju ih u svoje
kuće, daju im malo sira, kruha i sip­ine juhe.
Ujutro, dok još nisu zazvoni­la zvona s romaničke
crkve, svi zajed­no kreću u mal­im čam­ci­ma, na pučinu.

Eh, da vam je čuti kako peva­ju te žene koje prvi
put su puta vid­jele more! Nji­hove su pjesme prave
koz­mogo­ni­je, kao da pjes­mom kazu­ju gdje je
sunce, gdje su pol­je i nebo, a gdje more. Miješaju
se jezi­ci i ribe same uskaču u čam­ce, pa se opet,
bljeska­jući, baca­ju dole.

 

 

L’hiver sur l’île
                               à Senko Karuza

 

Quand les hivers arrivent sur les îles, des femmes
de Smed­ere­vo et de Bač­ka Palan­ka descen­dent de grands ferries.
Elles ont des man­teaux en laine de mou­ton et chantent bien.
Les hommes soli­taires de l’île les invi­tent chez
eux, leur don­nent un peu de fro­mage, du pain et de la soupe de seiche.
Le matin, avant le son des cloches de l’église
romane, ils par­tent ensem­ble dans de petites barques
vers le large.

Ah, si vous pou­viez enten­dre chanter ces femmes qui pour la première
fois ont vu la mer ! Leurs chants sont de véritables
cos­mogo­nies, comme si par le chant elles dis­aient où était
le soleil, où le champ et le ciel, et où la mer. Les langues
s’entremêlent et les pois­sons bondis­sent tout seuls dans les barques,
puis repar­tent en bas tout scintillants.

Les pêcheurs avec des chemis­es com­plète­ment mouil­lées ne craig­nent pas le vent.
La bora ne peut rien con­tre eux. Leurs mains célibataires
ont envelop­pé les corps chauds des femmes. De leurs cœurs se sont
écoulées des chimères aux cheveux noirs.

 

***

 

Vrući­na

Kuće su postale kavezi, umjet­no ohlađe­na jezera
s kori­ca­ma limuna.
Zabran­jeno kre­tan­je između jedanaest i tri.

Gutaš slanu ribu iz staklenke.
Mozak ti je zgus­nut i rastopljen.

Asfalt pot­pal­je­na šuma, mlaz vode kao
more koje nedosta­je, lap­top samo ploča koju
mogu odmah bac­i­ti, bez grižn­je savjesti.

Kroz roletne pro­dre pone­ka zra­ka i sasječe
cvi­jet u vazi, čašu na stolu. Koc­k­ice leda
kotrl­ja­ju se po tepisima.

 

 

La canicule

 

Le goudron comme une forêt en feu, le jet d’eau comme
une mer man­quante, l’ordinateur portable juste une plaque que
tu peux jeter immé­di­ate­ment, sans remords.

Quelque ray­on de lumière pénètre à tra­vers les volets
et coupe la fleur dans le vase, le verre sur la table.
Les glaçons roulent sur les tapis.

J’engloutis le pois­son salé du bocal.
Le cou­vre-feu expire bien­tôt et la possibilité
que je reste un être humain est tout à fait certaine.

 

***

 

Škare

 

Mogla bih pri­h­vati­ti poziv
.
Ipak, osta­jem. Tije­lo putuje
samo onda kad noge
rast­vara­ju se same od sebe.

Samo žud­n­ja nije ispisiva.
Noge se šire, kao vrtne škare
i nitko ih, osim tebe, ne može spojiti.

 

 

Les cisailles

 

Je pour­rais accepter l’invitation et me retrouver
aujourd’hui dans le lit de quelqu’un. Je reste toutefois
en chaus­sons et en pyja­ma de flanelle.

J’écoute le chat pour­suiv­re le merle
et je sais que l’oiseau sor­ti­ra vainqueur.

Le corps ne voy­age que quand les jambes
s’ouvrent d’elles-mêmes, avec la tête
tournée en arrière.

Les jambes s’écartent, comme des cisailles de jardinier,
et per­son­ne, à part toi, ne peut les refermer.

 

 

traduit du croate par Bran­ki­ca Radić