> Debout

Debout

Par |2018-10-23T09:34:21+00:00 21 avril 2014|Catégories : Blog|

 

Des vagues, vague­lettes. Du vent, pas tant.
Une terre per­due et des vies par inter­valles,
Juste quelques varechs, quelque Baruch
Pour ton­ner, apeu­rer et s'abattre.
Oh ! Il y a des Hommes aus­si ;
Sans contrôle.
Fermés ; invrai­sem­bla­ble­ment bles­sés,
Qui ne savent mou­rir.
Et aus­si des sables, et puis des coquilles, et encore des sillons.
Et des sai­gnées d'eau dans les sables, et des moules vides, et des pas.
Et tou­jours du vent, des pierres par­se­mées de sable, du sens, un peu.
Et du sable, enva­hi de pierres, et des traî­nées, et des Hommes vivants.
Des Hommes vivants pour de faux, pour rien, juste réso­lus à vivre sans réso­lu­tion païenne.
L'eau aus­si, qui s'ébat dans des tran­chées,
La terre, un peu seule, s'entête et dans une réten­tion,
S'accroche, se vide, et lutte par ici.
Il y a des corps par là, et des fis­sures et des coups ter­ribles,
Il y a des temps de vie et des sai­sons de mort,
Il y a toi.
Il y a l'Alma Mater et du sang de vie sous nos doigts

 

 

​Efflorescences, Éditions du Menhir

X