> Derrière la fenêtre aux barreaux de neige

Derrière la fenêtre aux barreaux de neige

Par | 2018-05-21T16:49:00+00:00 25 août 2013|Catégories : Blog|

je ne sais plus com­ment par­ler de la vie

elle vient de me res­ter dans les mains

 

  Le cœur

C’est la main qui le dira

Sur le par­vis de Lansola

Main libre de rêve de colère de papillon de misère

 

Elle 

C’est une prière à la fin

Descendre à l’ombre de soi-même

Tu as la mort dans les yeux

Dans la geôle incer­taine

Un péri­mètre de sécu­ri­té

Le désir

Couvre-toi bien et ne prends pas froid

Les mains gla­pissent au fond de l’eau

 

Le cœur

Danse sur la branche de lilas

 A peine recou­verte par la rosée

Egare ta main

Laisse-là t’enivrer

 

 

je me déplace à l'ondée sou­ve­nir

je suis de tous ces voyages

je suis de l'histoire du monde

un peu

un peu pour dire

que je suis

de tous les rivages

de tous les aban­dons

de toutes les dimen­sions

je suis du majeur au del­ta

la chair de l'église

le pen­dant des cieux

alors que je prends part

à la vie de ton cœur

à l'éphémère dou­leur

d'être seule au monde

 

Elle

Cueille chaque jour la rivière

Comme une feuille

Entre deux uni-

Vers celle qui se voile

Pour que l’autre se dise

 

Le cœur

Donne ta main au jour qui se lève

A part dieu qui est là

C’est la main qui le dira

Sur le par­vis de Lansola

 

 

« Seule la main qui efface peut écrire la chose vraie » Maitre Eckhart

 

 

 

publi­ca­tion Revue Bacchanales n°48, A pleines mains, novembre 2012

X