> Di rabbia /​ De rage (extrait 1)

Di rabbia /​ De rage (extrait 1)

Par |2018-08-15T05:55:48+00:00 27 mai 2012|Catégories : Blog|

 

De cette enve­loppe nom­mée amour cette nappe
de rage irrai­son­nable
comme un vent qui pleure et ne consume pas
force qui vide en rafales
cette eau sale que la caverne abri­tait.
Pour apprendre à ne pas aimer il fal­lait que le vent
du sud force la rose des vents
et force la ser­rure de la conque
où il criait encore
et depuis presque qua­rante ans
étouf­fant dans un son désar­mé.
Aucun vide ne fut alors pos­sible
et les dieux déser­tèrent le cœur
mal­gré de misé­rables tas de chif­fons
pour scel­ler la digue de toute cette peur
Souffle main­te­nant, souffle
secoue les années jusqu’au sel le plus amer
et peut-être qu’enfin l’amour arri­ve­ra par effrac­tion
tu sau­ras t’abandonner. Comme un cla­que­ment.

 

Da quel­la sac­ca det­ta amore quel­la fal­da
di rab­bia irra­gio­ne­vole
come un ven­to che non piange e non consu­ma
for­za che svuo­ta a raf­fiche
quest’acqua spor­ca che ha abi­ta­to la caver­na.
Per impa­rare a non amare biso­gna­va che il libec­cio
dal fon­do for­zasse la rosa dei ven­ti
e for­zasse la chiave del­la conca
dove lui anco­ra gri­da­va
e da qua­si quarant’anni
consu­man­do­si in un suo­no indi­fe­so
Nessun vuo­to fu pos­si­bile allo­ra
e gli dei diser­ta­ro­no il cue­ro
nonos­tante mise­re­vo­li stra­ti di strac­ci
pos­ti ad argine di tale e tan­ta pau­ra
Ma sof­fia ades­so sof­fia ora
scuo­ti gli anni fino al sale piú ama­ro e forse
infine l’amore arri­verà per effra­zione
saprai abban­do­nar­ti. Come uno schioc­co.

(…)

Traduit de l’italien par Mathilde Vischer

 

Poème extrait de Di rab­bia /​ De rage, édi­tions sot­tos­ca­la, bilingue ita­lien /​ fran­çais, tra­duc­tion de Mathilde Vischer, des­sins de Andrea Gabutti

Bellinzona (Suisse), 2009

X