> Di rabbia /​ De rage (extrait 3)

Di rabbia /​ De rage (extrait 3)

Par | 2018-02-25T01:12:29+00:00 27 mai 2012|Catégories : Blog|

 

Bien, main­te­nant,
je te fais ce petit cer­cueil, corps d’enfant,
je te dis cette simple poi­gnée
de terre, pas de fleurs

Au fond de tes yeux noirs comme un puits
les peurs seront là sans plus se déchaî­ner,
l’iris peut-être, hési­tant, lan­ce­ra un éclair.

Tu restes dans la paume d’une main déses­pé­rée d’amour,
chantes avec ta petite voix d’améthyste et de par­don ;
et je dévoile un silence ancien
que per­sonne ne m’a appris
pour ne pas nous bles­ser.

 

Bene, ades­so,
ti fac­cio ques­ta pic­co­la bara, cor­pi­ci­no
ti dico ques­ta sem­plice man­cia­ta
di ter­ra, niente fio­ri.

Sul fon­do dei tuoi occhi neri poz­zo
sta­ran­no sen­za più sca­te­nar­si le paure,
l’iride forse ; come esi­tan­do, darà un lam­po.

Resti nel pal­mo di mano dis­pe­ra­to dell’amore,
can­ti con la tua pic­co­la voce d’ametista e di per­do­no ;
ed io sve­lo un anti­co silen­zio
che nes­su­no mi ha inse­gna­to
per non ferir­ci anco­ra.

Traduit de l’italien par Mathilde Vischer

 

Poème extrait de Di rab­bia /​ De rage, édi­tions sot­tos­ca­la, bilingue ita­lien /​ fran­çais, tra­duc­tion de Mathilde Vischer, des­sins de Andrea Gabutti

Bellinzona (Suisse), 2009