> Dureté du ciel

Dureté du ciel

Par |2018-12-11T16:53:48+00:00 16 juillet 2012|Catégories : Blog|

L’entendez-vous, ain­si raillent des pro­to­coles de miel. Un mi-monde

de gyro­phare. Est-ce de l’air ou un mur ? Des oiseaux muets, attrapes de merles,

oui, des moi­neaux envou­tés dans la résine arti­fi­cielle et du soli­di­fiant, ver­sés

dans des cubes trans­lu­cides. On vou­drait presque chia­ler. Ou hurle oiseau au lieu

de sau­tiller et gazouiller. Mais il y a sur toi juste un lourd som­meil et seule­ment ton rêve

est au cou­rant des autres. Il le pense pour toi, p. ex.: Qu’est-ce qu’une éta­gère ?

Mettre quelque-chose dedans de manière ciblée, avec une main qui est sûre et habile.

Parce que c’est sa place, un empié­te­ment, si tel­le­ment exact, tu en fris­sonnes.

Maintenant tu es cou­ché éveillé dans ta tente en mon­naie et veux payer pour tout.

Reste ici, attends la fin du mur. Orne les bords du jour de som­no­lence,

non, pire, bien bien pire, tresse-toi le kitsch dans la che­ve­lure.

Mais regarde, la vie vul­né­rable le matin n’est quand-même rien !

Pas de faux mot, se lever, regar­der à tra­vers la fenêtre com­ment un mi-monde

de gyro­phare s’éclaire, là ! Un papillon d’aurore atter­rit, tremble, explose.

 

Traduit de l'allemand par Tom Nisse
 

X