Dis-moi si quelque chose te rap­pelle hier. Un fleuve ? Une mon­tagne der­rière une ombre ? Peut-être quelqu’un que tu as aimé en silence ? Qui ? Peut-être un incon­nu qui s’est égaré en pleu­rant au coin d’une rue bleue ? Dis-moi si mes paroles d’hi­er te rap­pel­lent quelque chose, aujour­d’hui étant déjà du temps passé ! La parole nais­sante est sans impor­tance quand tu passeras. Elle con­tin­ue de chercher dans l’herbe l’ar­bre promis ! Les nuits suc­céderont aux jours, comme à tes pas en suc­céderont à d’autres, encore incon­nus. Main­tenant je ne suis per­son­ne dans le bruit immense de ton regard dis­trait, mais je vis dans chaque instant qui passe.

 

 

Traduit de l’espagnol (Pérou) par Max Alhau