> Elixir

Elixir

Par | 2018-02-24T09:06:28+00:00 30 novembre 2013|Catégories : Blog|

 

Il ne reste qu’une rosée d’élixir au fond de la coupe vide qui dort comme un agneau
On l’appelle par­fois cœur, je l’appelle esprit pol­lué, et tu peux l’appeler grains de gre­nade rubis Mais nous, les plus simples, ensemble ne pou­vons qu’Aimer et cela suf­fit
A souf­frir mille ans plus un jour

Celui qui ne s’en sou­cie pas est le plus chan­ceux des igno­rants mais je suis celui qui déverse sa quin­tes­sence sans savoir pour qui
Sans savoir pour quelle rai­son l’évidence du but n’est jamais visible à l’avance Avertissement, amour, ou même mani­fes­ta­tion la plus pure

A l’époque où les mots s’alignaient sur le fil enrou­lé dru sur le cuir che­ve­lu
Le col­lier de vers se ter­nit aucune brillante véri­té ne jaillit de sa source pour obéir à notre soif
Nous les âmes assoif­fées de nour­ri­tures divines nous errons comme les spectres des sui­ci­dés
Estomacs vides d’enfants ter­ribles avides de cette véri­té qu’on n’entend jamais même comme un bruit d’insecte
Jamais comme le bruit de la chute de l’esprit de jade gelé qu’on ver­ra plus tard en Galatée de divine essence
Une corne d’abondance de béné­dic­tions latentes attend
Un défi­cit d’Amour éclate exhi­bant fiè­re­ment son sexe sans la moindre goutte de honte Comme une abeille ouvrière j’erre, cher­chant le nec­tar de la sagesse afin de nour­rir ma Reine Lui infu­ser la vie éter­nelle, la gelée royale qui coule élé­gam­ment du cul au nom­bril

 

 

Traduit par l'équipe Festival des Voix de la Mediterranée