> Elodie Meunier, “Pierre-Albert Jourdan”

Elodie Meunier, “Pierre-Albert Jourdan”

Par |2018-08-14T19:23:23+00:00 15 mars 2013|Catégories : Critiques|

Pierre-Albert Jourdan connaît enfin un regain d’actualité édi­to­riale, lui qui, mort en 1981, avait alors vu ses œuvres presque com­plètes être édi­tées sous la hou­lette de Yves Leclair, au Mercure de France, entre 1987 et 1991. Discret de son vivant, le poète et l’homme méritent ample­ment d’être redé­cou­verts aujourd’hui, tant ils appar­tiennent (à l’image d’un Paul Pugnaud, autre poète dis­cret) à ces poètes qui écri­vaient, dans la seconde par­tie du 20e siècle, en terres intel­lec­tuelles pour ain­si dire enne­mies. En terres d’exil, aurait dit un Dominique de Roux. Il y avait loin entre les modes d’alors, dont presque plus per­sonne ne se sou­vient, si ce ne sont quelques dino­saures accom­pa­gnés d’épigones sou­vent bien pâles, et les poé­sies comme celles de Jourdan. Elodie Meunier résume d’ailleurs fort bien la pro­blé­ma­tique du silence impo­sé aux poètes authen­tiques de cette époque par une cer­taine « culture » édi­to­riale, issue d’un mili­tan­tisme pour­tant déjà pré­his­to­rique pour ceux qui avaient des yeux pour voir et des oreilles pour entendre, en don­nant cette belle phrase comme sous titre de son essai : « L’écriture poé­tique comme voie spi­ri­tuelle ». Cela résume bien la démarche et le che­mi­ne­ment poé­tiques de Jourdan, et de cela nous nous sen­tons par­ti­cu­liè­re­ment proches au sein de Recours au Poème. Le Poème, pen­sons-nous sans cepen­dant pré­tendre à une quel­conque « véri­té », est un lieu géo­gra­phique de sacra­li­té, une géo­mé­trie et une archi­tec­ture tou­chant aux pro­fon­deurs de l’être, c’est-à-dire aux infi­nis qui irriguent l’apparent corps de l’être homme.

Jourdan n’a pas tou­jours per­çu le monde comme poé­sie. Du moins, pas tou­jours en ce sens spi­ri­tuel. Notez que je n’écris pas « reli­gieux ». Il faut être pru­dent en ces matières, on se retrouve vite décrit sous un jour que l’on ne recon­naît guère, pour un mot mal com­pris. Le lisant, on ver­ra immé­dia­te­ment la filia­tion entre le par­cours de Jourdan et celui d’un Daumal, avant de s’apercevoir qu’en effet Jourdan don­na comme titre à sa revue une expres­sion réfé­rée au Mont Analogue de Daumal,  Port des Singes. Une revue dans laquelle il a publié des poètes tels que Vigée, Bonnefoy, Jaccottet, Gaspar, Munier, Réda… Mais au début Jourdan était for­te­ment influen­cé par Char, lequel l’aida à publier ses pre­miers poèmes en revue et ses pre­miers recueils. Elodie Meunier, dans cet essai brillant, montre bien l’évolution de son écri­ture et com­bien cette évo­lu­tion fut liée aux méandres de la vie du poète, avec cette rup­ture dans l’écriture, l’éloignement rela­tif de Char, et l’ouverture à l’Orient, au boud­dhisme en par­ti­cu­lier, débou­chant sur une écri­ture en effet per­çue et vécue, sinon à quoi bon ?, comme voie spi­ri­tuelle. Comment ne pas pen­ser à Daumal, poète dont on com­mence à peine à mesu­rer l’extraordinaire influence sur toute la poé­sie contem­po­raine. Du moins, sur la poé­sie qui conti­nue à vivre une fois les modes estom­pées. Après 1970, Jourdan cesse d’écrire des poèmes au sens for­mel du terme, publiant alors des Fragments, ce que nombre de ses lec­teurs consi­dèrent comme le point d‘orgue de son œuvre.  Pourtant, on ne dira aucu­ne­ment qu’il cesse d’être poète, bien au contraire. C’est le déploie­ment de sa poé­tique inté­rieure, la réa­li­sa­tion d’une œuvre incor­po­rée en l’homme qui le conduit à écrire une poé­sie for­mel­le­ment dif­fé­rente de ce que nous appe­lons com­mu­né­ment poème. Et cette œuvre, comme ce par­cours, ont à dire – beau­coup – sur ce qu’il faut bien nom­mer ici, main­te­nant, la renais­sance du Poème, retrou­vant souffle depuis les décombres des poé­sies « poli­tiques » et idéo­lo­giques de la fin du siècle pas­sé. On res­pire un peu, et comme l’on aime res­pi­rer en conscience de ce qu’est la res­pi­ra­tion à l’échelle de la vie, on lira Jourdan et on décou­vri­ra son œuvre par l’entremise de ce fort bel essai signé Elodie Meunier.

Merci.

 

Sur Pierre-Albert Jourdan :
http://​pier​real​bert​.jour​dan​.free​.fr/
http://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​P​i​e​r​r​e​-​A​l​b​e​r​t​_​J​o​u​r​dan

X