> EPITHAPHEÏON

EPITHAPHEÏON

Par | 2018-05-26T21:33:30+00:00 15 février 2014|Catégories : Blog|

 

Je fus poète                   Si tu viens pour prier           Si vous voyez mon chat                  
Qui le sau­ra                   Qu’il te suf­fise de rire           Ne le chas­sez pas d’ici !
Ca ne fait rien                Pour te moquer de toi          Je n’ai rien d’autre à dire
Je fus poète                   Si tu crois les prières

Elle éle­va seule              Fonctionnaire géné­ral         Vous m’avez vu écrire
Ses trois enfants            Des impôts, ma place          Et ces­sant d’écrire, la
La misère seule              Ne devrait pas être ici         Mort a choi­si pour moi
Resta un amant

J’étais ton épouse          Même cette pierre                J’ai connu Alexandre le
Fidèle, ton esclave         J’ai dû l’emprunter                Grec. Alexandre le Grec 
Soumise : me voi­ci          C’est pour­quoi mon              M’a-t-il connu ? La mort
Jalouse la mort est         Nom n’y figure pas                Seule gar­de­ra le secret
Une femme qu’on
Dit de mau­vaise vie

 

Il était pauvre                   Si cette tombe paraît            A voir tant d’hommes
Et vieux, il res­pec­tait        Si petite c’est qu’une            En tuer tant d’autres
le vin, plus que le vin        Petite fille vou­lait sa             Il tua Dieu puis se tut
ne l’a res­pec­té                  Poupée à côté d’elle

 

Maîtres éclu­siers et           Démétrius n’eut que            J’ai deman­dé que l’on    
Gardiens de phares           Des filles c’est donc             M’oublie ; c’est inutile !
Ont dis­pa­ru ; je suis           La der­nière fois que             Ici, la mort ne célèbre            
Venu pour être seul            Vous ver­rez ce nom            Jamais qu’elle-même !

 

Passants ne pleu­rez          J’allais sur les 100                Je fus sol­dat et
Pas ! Trois fois je fus          Ans et fis tailler ce                J’avais 20 ans : mères
Marié. Enfin, plus de           Marbre mais je ne                 N’enfantez pas
Mots, sauf le der­nier           L’ai pas vu ache­vé

 

Invisible en vivant               Ne pas­sez pas                      Ce fut une belle fête
Voici qu’on s’arrête             La fron­tière il n’ya                  Qui dura long­temps                     
Pour relire qui est                Rien à voir, tout                     Puis ce fut la gueule
Cet homme incon­nu            Est ici devant vous                De bois pour tou­jours

X