> Espaces de lumières (extraits)

Espaces de lumières (extraits)

Par | 2018-05-28T03:26:30+00:00 29 septembre 2013|Catégories : Blog|


                             Ouverture de la clairière

 

FEMME QUI DANSE …………………………………………………………………………

(À lire  à haute  voie  avec  tam­bour  d’appel et  cas­ta­gnettes)
Fête de  têtes  de  plumes  de  tou­ra­co scin­tillantes.
Fous coups  de  perles  de  cau­ris étin­ce­lantes.
Essaim de  seins  peints  et fins à la  pétu­lance  flam­boyante.
Étranges  hanches  étanches  et  en  transe  éblouis­santes.
Reins  sereins d’airain aux  contor­sions  hale­tantes.
Bras  abra­ca­da­brants de  bra­ce­lets de  baronne de  Bafang.
                                                                              Et  de Dschang
Jambes  ruti­lantes  de  cas­ta­gnettes  d’initiée Fang
                                                   Aux  masques  épa­tants.
Yeux de  boa mâle de la chan­tante  Sanaga
                     Et  du ter­rible  Congo de Kinshasa.
Jupe  de  ner­vures  de raphia d’Akwaya
                                                De  Bafia
               D’Abuja
                               Et  de  Sangmélima.
Pieds en érup­tion d’esthète  d’ozila,
                                           De  makos­sa
                                       Et de cha cha cha
Elle  explose  en vir­tuose
           Et  se  méta­mor­phose
               En adi­peuse larve  de  pal­mier  dodue
Et en noire  che­nille  au dos  aigu et velu.
Qui se tré­mousse  avec  une  frousse
                                                   Douce.
Et  le  tam-tam ins­pi­ré de  ryth­mer
La tré­pi­dante  mélo­die pour  célé­brer
En  cadence la bien-aimée
Dans  la toni­truante  tru­cu­lence
                  De  la suave romance.
Et  le  soleil de dan­ser  fré­né­ti­que­ment
    Et la Lune  de scan­der fol­le­ment
             Au son de  l’algaita
                      De  Kolofata
La  chan­son du  tou­ra­co
                       Aux  échos
Musicaux
Infernaux
        Et phé­no­mé­naux.
Et géniaux.
                   Et tro­pi­caux.
     Et  éblouis­sants
Éblouissants
Éblouissants
        Accents
        Accents
        Accents
                                                                  Sang
                                                                  Sang
                                                                  Sang
                                                                      Ça
                                                                      Ça
                                                                      Ça
                                                                        a
                                                                        a
                                                                        a

                                                                              
Jacques FAME NDONGO,  Espaces de Lumière, Eloge de l’afritude, Yaoundé, Presses uni­ver­si­taires de Yaoundé, 2000, pp. 23-24.


                                       Deuxième clairière
                 
 

FEMME  CHEF  DE  GUERRE …………………………………………………………

Courageuse, majes­tueuse et  intré­pide,
La stra­tège Louh, chef Vuté splen­dide,
Règne  sur  la com­mu­nau­té  de  Séré avec  magni­fi­cence.
Avide de  puis­sance, d’honneur et  d’indépendance
Elle  dirige  les assauts  contre  les Allemands, avec  intel­li­gence.

Elle  étend  son impé­rium sur  toute  la contrée
De  Mankim,  Nyoo, Metep et Ouasso Babouté.
Et  de tous  ses sujets  elle  se fait   res­pec­ter.

Vêtue du tis­su de  bois  bat­tu  ngé­ré ;
De  son arba­lète, de  sa  lance  et  de ses flèches, armées,
Elle  exhibe son superbe et  solide  bou­clier
En  peau de  buffle, insigne du preux  guer­rier.

La  magni­fique fille  unique de Votoo et  de  Kukui
Tire  de  la soif  de  liber­té enfouie et  éva­nouie
Au fond  de  la conscience  de  son peuple  altier
La volon­té  iné­nar­rable de  défier  le félon étran­ger.

Elle  se  mire,  trans­fi­gu­rée, dans  sa  magique  besace
Aux  mille et  un  pou­voirs  sur­na­tu­rels,
Aux  étin­celles  et aux  éclairs  rebelles,
Aux  éclats  de ton­nerre et  de  foudre  coriaces

L’Amazone  de Séré et  de  Yamba-Mankim ter­ro­rise
Les  Germains, de  sa  pétu­lance  et  pul­vé­rise
L’armée  adverse  mise  en déroute par  les Vuté
À la  com­ba­ti­vi­té témé­raire  et  sans  pusil­la­ni­mi­té

Se sent –elle mena­cée  que  la digne  fille  de Votoo
Fait  ton­ner  la foudre  par  monts  et vaux
Et enfan­ter  la pluie  et l’orage
Et  pro­vo­quer  l’ire  de  la rivière  Njeke en rage ;

Les  troupes  alle­mandes  en déban­dade
Tombent  en pâmoi­son et  leur  pan­ta­lon­nade
Exacerbe que  leur  désar­roi et  leur  effroi
À la  vue de  l’olympienne Louh sans  émoi.

Puis  vient  le  couard  Humaru le  félon,
Travesti en fou et  vêtu de  loque­teux haillons
Qui voit s’ouvrir devant  lui le  por­tait  du Palais
De  la  Reine  Louh et, lâche, com­met le meurtre  laid.

L’âme sublime de  la valeu­reuse  guer­rière
Plane tou­jours  sur  la  contrée  fière
De  Yamba Mankim et l’esprit de  l’Amazone
Surnommée Mammy Katakata, erre  sans  aurôme.

Sa  terre  gémit  et saigne, spo­liée.
Son Palais  en que­nouille  accuse les insen­sés
Qui, par  pleu­tre­rie et  par  tur­pi­tude,
Ont  plon­gé  son noble  manoir  dans  la  décré­pi­tude.

                   Jacques FAME NDONGO,  Espaces de Lumière, Eloge de l’afritude, Yaoundé, Presses uni­ver­si­taires de Yaoundé, 2000, pp. 47-48.

X