> Extraits de « Korrespondanse »

Extraits de « Korrespondanse »

Par | 2018-05-28T01:18:33+00:00 10 mai 2013|Catégories : Blog|

 

FEVRIER

 

En kvinne sa en gang til en mann
elsk meg
jeg vil all­tid huske deg
elsk meg glem min skjebne

den sam­men­sukne jen­ta
med en svart skygg på ryg­gen
har ikke ord
for det hun sier med øynene

 

Une femme dit un jour à un homme
aime-moi
je pen­se­rai tou­jours à toi
aime-moi oublie mon sort

la gamine qui s’est blot­tie
une ombre noire sur le dos
ne pos­sède pas de mots
pour ce qu’elle dit avec les yeux

 

÷÷÷÷÷÷÷÷

Du er fjern
av og til skri­ver jeg brev til deg
for å holde liv i deg
må jeg øse av min kjær­li­ghet
til andre

 

Tu es loin
de temps en temps je t’écris une lettre
pour te main­te­nir en vie
je dois pui­ser dans mon amour
pour d’autres

÷÷÷÷÷÷÷÷

 

Håret elek­trisk i kul­den
pus­ten tørr og salt

vin­te­rens hjerte er iskaldt
uten sam­men­li­gning

 

Cheveux élec­triques dans le froid
haleine sèche et salée

le cœur de l’hiver est de glace
rien ne peut s’y com­pa­rer

 

÷÷÷÷÷÷÷÷÷

MARS

 

Bare en detalj
skri­ver du
kra­gen

straks blir jeg stor
straks er jeg Venus-vin­den
mel­lom gen­se­ren og huden

 

la meg få trenge inn
og sette merke

Un seul détail
écris-tu
le col

 

aus­si­tôt je suis grande
aus­si­tôt vent de Vénus
entre pull et peau

laisse-moi entrer me fau­fi­ler
poser ma marque

 

÷÷÷÷÷÷÷÷÷

Jeg er din hem­me­li­ghet
det er alle­rede for sent
å ikke velge

 

klok­ka ti
Corellis nøyak­ti­ghet fyl­ler rom­met
hver enhet en ensom­het
i beve­gelse

Je suis ton secret
il est déjà trop tard
pour ne pas choi­sir

 

dix heures
l’exactitude de Corelli emplit la pièce
chaque uni­té est une soli­tude
en mou­ve­ment

÷÷÷÷÷÷÷÷÷

 

Fra den ene dagen til den neste
ingen foran­dring å spore
i mars-treets krone

men med de nakne gre­nene
for­ven­ter jeg at noe skal skje
det som er skal bli syn­lig

 

D’un jour à l’autre
aucune trace de chan­ge­ment
dans la cou­ronne de l’arbre de mars

mais avec les ramures nues
j’attends un avè­ne­ment
ce qui est sera visible

 

÷÷÷÷÷÷÷÷÷

Ondskapen finnes
skrev jeg
selv om jeg ikke ser den
fra kjøk­ken­vin­duet
barn ris­ser para­dis på asfal­ten
jeg kas­ter vin­terkå­pen for tid­lig

 

jeg må gjen­ta det
sakte
ond­ska­pen finnes

Le mal existe
ai-je écrit
même si je ne le vois pas
par la fenêtre de ma cui­sine
marelle d’enfants tra­cée sur l’asphalte
je jette trop tôt mon man­teau d’hiver

 

je répète il le faut
à voix basse
le mal existe

÷÷÷÷÷÷÷÷÷

 

OCTOBRE

I morges
løf­tet ikke him­me­len fra gaten
men sola skar igjen­nom

 

under føt­tene : sam­ti­dig
noe avs­lut­tet
og nytt

Ce matin le ciel
ne s’est pas levé de la rue
mais le soleil a per­cé

 

jusque sous mes pieds : à la fois
une chose est finie
une autre est encore neuve

÷÷÷÷÷÷÷÷

 

Jeg tren­ger ensom­he­ten
sa kvin­nen in fil­men vi så

jeg tren­ger ikke ensom­het
slik du tren­ger meg

 

J’ai besoin de soli­tude
disait-elle dans le film que nous avons vu

je n’ai pas besoin de soli­tude
autant que tu as besoin de moi

 

÷÷÷÷÷÷÷÷

Du sier at du els­ker meg
sam­ti­dig mener du
at jeg all­tid er så intel­lek­tuell
den du els­ker
står i forhold til deg selv

 

Tu dis que tu m’aimes
et en même temps tu trouves
que je suis tou­jours tel­le­ment intel­lec­tuelle
celle que tu aimes
n’existe que par rap­port à toi

÷÷÷÷÷÷÷÷

 

Hvilke minut­ter er vesent­lige

jeg vil kjenne hvert minutts tom­het
briste i blo­det

 

Jeg ven­ter all­tid
der­for finnes det ingen over­ras­kel­sen

men å kjenne det forutgående
gjen­nom­strømmes av mening

 

jeg ser det slik
det er tidens gåte
at den er selv­fork­la­rende

Quelles minutes sont essen­tielles

 

je veux sen­tir le vide de cha­cune
écla­ter dans mon sang

Comme j’attends sans cesse
rien ne me sur­prend

 

mais sachant ce qui pré­cé­da
la pen­sée afflue

et je le vois bien
l’énigme du temps
c’est qu’il se trans­fi­gure lui-même

 

 

Traductions inédites d’Anne-Marie Soulier

X