> fragments d’invisible

fragments d’invisible

Par | 2018-02-19T22:51:49+00:00 26 octobre 2013|Catégories : Blog|

 

Tentatively I begin this blue day
till the sky dar­kens
And it will be the end
again
Why ?
The end again till the very end
The day will not be blue
any more
But a flight of wild geese
crosses the sky
And eve­ry­thing is orde­red
The anguish of my heart
disap­pears
The win­dow is no more blue
but trans­lucent
Behind
the black trees write their branches
on the sky
so deter­mi­ned
So sure of them­selves
and of the ins­tant of time
So jus­ti­fied to be there
The light­ness of things takes
my hea­vy thoughts away
And I leave this mor­ning
never­more
new
 

 

Dans une hési­ta­tion je com­mence ce jour
bleu
jusqu’à ce que le ciel devienne obs­cur
Et ce sera la fin
à nou­veau
Pourquoi ?
La fin à nou­veau jusqu’à la fin défi­ni­tive
Jamais plus
le jour ne sera bleu
Mais un vol d’oies sau­vages
tra­verse le ciel
Et toute chose est en ordre
L’angoisse de mon cœur
dis­pa­raît
La fenêtre n’est plus bleue
mais trans­lu­cide
Derrière
les arbres noirs écrivent leurs branches
sur le ciel
si défi­nies
Si sûres d’elles-mêmes
et de l’instant du temps
Si jus­ti­fiées d’être là
La clar­té des choses emporte
mes pen­sées sombres au loin
Et je quitte ce matin
jamais plus
nou­veau

 

 

 

Dans la brume des vagues reve­nantes
un soleil
restrei­gnant l’angoisse
Tu es ici
et c’est déjà
l’éternité

C’est très vite
plus loin
Et tu restes invi­sible à tes yeux
Le som­meil t’a quit­tée pour d’autres lunes

Je pleure ce que je perds chaque ins­tant
per­du par la mon­tée du temps
Le retour d’un che­val sans cava­lier
dans le matin levant
Et recom­mence le mys­tère du jour
nou­veau

Surgit le trem­ble­ment
d’une incer­ti­tude
Le doute de conti­nuer
Je m’accroche à ce qui reste
Et le reste s’effrite

Transparence de l’aube
com­men­çant son ascen­sion
vers la lumière

                                                        Oh ! la com­pas­sion cruelle
                                                        de l’aube qui char­rie
                                                        les dési­rs au large des ténèbres

L’aube pas­sa­gère
pour tou­jours
pas­sa­gère

Les temps échouent à être
quelque temps
dont on aura mémoire
Époque sans fan­tômes
où on ne revient pas
d’où l’on ne revient pas
Temps sans pré­sent
déjà
per­dus
Je regarde par la vitre
sans ima­gi­ner
rien qui per­pé­tue
le reflet
de la réa­li­té en arrêt
Puisqu’ils sont là
les jours
plan­tés dans la terre
Et on les encercle de pierres
pour les rete­nir de s’échapper
dans le néant

Lieux syn­co­pés
aux sou­bre­sauts sans mots
Une rup­ture infor­mu­lée
Le retour à la table
per­due
La lampe éclaire les mots
qui s’étaient éteints
avec le souffle dis­pa­ru

Les mots domp­tés
ont eu rai­son des
mots sau­vages
L’avenir tient en laisse
le pré­sent
et toute vel­léi­té d’être
au jour
le jour

Deux cygnes passent
der­rière la fenêtre
Blanc est le silence
de ce côté du bruit
évi­dant
les corps de leur sang

                                            La feuille frois­sée ne dira rien

 

La nuit trans­lu­cide
Et le vol des oiseaux
Ces temps de mer et de vagues et de galets
recom­mencent le temps des falaises

Peut-être se pas­se­ra bien
le pas­sage
Peut-être l’autre
pas­se­ra-t-il au large

Là-bas de l’autre côté de la mer
il y a une autre terre
Là-bas loin des nuits tran­quille­ment intran­quilles
Où rien ne bouge que l’horloge
qui bat silen­cieu­se­ment
le pas­sage
et le pas­sage encore
inces­sant
sans pitié

Peut-être que la nuit
épar­gne­ra le noir
d’encre
Peut-être que la mer bat­tra les falaises
Et les galets
sur­vi­vront encore
à la vague
et à la vague encore
les oiseaux de la mer
cher­che­ront encore les cou­rants
qui appri­voisent leur vol
Eux qui savent récon­ci­lier
la mer et le ciel
leur corps inces­sant
comme la vague
qui consent à pas­ser
tou­jours sur la grève
et cela s’interrompt
avec la bru­ta­li­té de l’éveil
à ce qui doit
pas­ser outre
main­te­nant

…/​…
…/​…

                                                                                          La mer est reve­nue sur la ville
                                                                                          Et avec elle l’enfance inquiète
                                                                                          de ne pou­voir dor­mir
                                                                                          La ville encore une fois
                                                                                          a détruit la nuit
                                                                                          Les vagues bat­taient-elles
                                                                                          la mesure de la des­truc­tion ?

Et il fal­lait croire
que le matin serait
plus que tous les matins
 

 

La grâce du temps accom­pli
accède à la parole

La grâce comme un feu­le­ment de l’âme

Et lui le tour­men­té de la terre
n’a place dans la pitié
des hommes
 

                                                                                     Quel qu’il fut
                                                                                      il fut
                                                                                     Quelle renais­sance lui ren­dra l’enfance per­due

Le conte du diable a tra­ver­sé les mers noires
et le laisse ici
sur la grève sans eau :
                                                                                    J’ai soif à ma bles­sure
                                                                                    Ma dou­leur ne passe pas mes lèvres
                                                                                    Mon regard sublime
                                                                                    le ver­tige de voir
                                                                                    encore ce que je vois
                                                                                    Rien n’arrive
                                                                                    à mes mots
                                                                                    que je puisse aimer
                                                                                    Ou bien ce soleil tran­ché
                                                                                    à l’agonie
                                                                                    sur la plage ?
 

Les goë­lands guet­teurs du vent sur la falaise
lignent la mer
grise
L’invisible se tait
Comme une mem­brane
indes­truc­tible

En haut de la falaise
regar­der la mer jusqu’à la fin
Aucun trem­ble­ment des signes
ne per­tur­be­ra la lumière
Le soleil accor­dé à la terre :
l’horizon ori­gi­nel

                                                                                     Est-il la résur­gence de l’hiver
                                                                                     celui qui souille le lieu sacré ?
                                                                                     L’hiver brû­lé qui s’achève sous la terre.

Retrouver l’enfant du monde
qui per­dit la blan­cheur des goë­lands
Il devient l’effacement
de la vague sur les galets
Caché du monde
Lâché du monde
Là-haut sur la falaise

 

                                                                                    La conscience et son double
                                                                                    noir
                                                                                    Le cercle de lumière
                                                                                    faseye autour de la parole
                                                                                    L’être et sa che­ve­lure d’inconscient
                                                                                    Son nom de lumière impos­sible
                                                                                    sans la mort
                                                                                    L’invisible appri­voise l’effroi
                                                                                    peu à peu

Quel nom ce nom
pris aux filets
de l’incessant retour
des vagues contre la falaise
Et les guet­teurs annoncent
la ligne de par­tage de la mer et du ciel
C’est là que com­mence l’éternité
Dans le regard tran­quille des goë­lands
Vigiles de l’invisible

 

Sommaires